Connectez-vous S'inscrire

Avec sa lampe solaire, le Danois Olafur Eliasson joue les Robins des Bois de l'énergie

Par Natacha Delmotte I Publié le 9 Juin 2016

Baptisée Little Sun par l'artiste, elle vise à éclairer tout le monde, même les individus résidant dans des zones hors réseau. Sa particularité ? Lorsqu'elle est vendue dans les pays riches, cela finance sa distribution dans ceux en difficulté.


Olafur Eliasson et sa lampe Little Sun (Crédit : Tomas Gislason/littlesun.com)
Olafur Eliasson et sa lampe Little Sun (Crédit : Tomas Gislason/littlesun.com)
Jusqu’au 30 octobre, l’art contemporain investit pour la neuvième fois le château de Versailles. L’artiste à l'honneur cette année n'est autre que le Danois Olafur Eliasson. Très préoccupé par les questions d’environnement, il avait présenté Ice Watch - des blocs de glace du Groenland sur la place du Panthéon - à Paris pendant la COP21.

Ceux qui auront la chance de le croiser chez le roi soleil remarqueront peut-être qu'autour du cou, Olafur Eliasson porte un étrange collier. Son nom : Little Sun.

Little Sun, c’est cette petite lampe solaire en forme de fleur jaune, que l'artiste a mis au point en collaboration avec un ingénieur, Frederick Ottesen. Avec sa batterie rechargeable, cet objet vise à répondre à remplir un objectif ambitieux : fournir une lumière “propre, fiable et abordable” aux populations qui ne sont pas reliées au réseau électrique, soit un cinquième de la population mondiale.

S'éclairer à l'énergie solaire est surtout un moyen de s’affranchir du pétrole, de se réapproprier de l’énergie et donc de gagner en autonomie, selon l’artiste.
 

Grâce à Little Sun, "vous avez votre propre centrale électrique dans la main, vous êtes main dans la main avec le soleil", explique l’artiste danois à Francetvinfo .

 

50 heures de lumière douce

Little Sun est une lampe solaire au fonctionnement très simple. En plaçant son panneau solaire pendant cinq heures au soleil, on obtient quatre heures de lumière vive (25 lumen) et environ 50 heures de lumière douce (deux lumen). Plutôt compact (douze centimètres de diamètre), elle est équipée d’une sangle détachable.


Little Sun est conçu pour résister aux UV, à la pluie à la poussière et... aux fortes chaleurs du continent africain. Un système de ventilation interne permet de garder sa batterie et son panneau solaire aussi frais que possible. Utilisée quotidiennement, la lampe affiche une durée de vie théorique de quatre à cinq ans. Olafur Eliasson vante sa solidité auprès de The Guardian :
 

“On peut la jeter par la fenêtre au troisième étage, elle marchera encore. On peut la faire passer à la machine à laver - je ne le recommande pas, mais on a essayé - et elle marchera encore.”


Un modèle commercial "à la Robin des Bois”

Là où cette lampe innove le plus, c’est dans son modèle commercial. Son prix s’adapte à la zone où le produit est commercialisé. Dans une zone reliée au réseau électrique, le prix de vente de Little Sun est plus élevé, afin de la rendre plus accessible au 1,1 milliard de personnes privées d’électricité dans le monde.
 

“Certains ont comparé notre modèle commercial à Robin des Bois”, explique Frédérick Ottesen à Arte


Aux États-Unis, Little Sun coûte ainsi 30 dollars, soit environ 25 euros en Europe et autour de 10 dollars en Afrique (soit 8 euros environ).


Des enfants étudient à la lumière de Little Sun (Crédit : Michael Tsegaye/littlesun.com)
Des enfants étudient à la lumière de Little Sun (Crédit : Michael Tsegaye/littlesun.com)
L’entreprise apporte également son soutien à des entrepreneurs locaux sur le continent africain. Grâce à une formation et un accompagnement, ils peuvent distribuer les produits de l’entreprise dans leurs pays pour compléter leur revenu.

Et l’art dans tout cela ?

Le design a été, évidemment, élaboré par l’artiste. “Les gens veulent de belles choses dans leur vie, ils veulent quelque chose qu'ils peuvent utiliser avec fierté ... Personne ne se contente de quelque chose uniquement fonctionnel”, détaille-t-il à The Guardian.


Le lien entre ce projet et le reste des oeuvres réalisés par Olafur Eliasson ? Sa perception de l’art en tant que “mode de vie, la façon dont nous nous identifions et dont nous communiquons ensemble”, explique-t-il à Slate . L'artiste réaffirme ainsi sa conviction : l’art peut jouer un rôle majeur dans la société, notamment en créant du lien entre les individus.


Little Sun en Éthiopie (Crédit : Michael Tsegaye/littlesun.com)
Little Sun en Éthiopie (Crédit : Michael Tsegaye/littlesun.com)

En 2003, avec son oeuvre “The Weather Project”, exposé à la Tate Modern de Londres, Olafur Elisson avait attiré plus de deux millions de personnes.
 

“Je suis chanceux d’avoir pu vivre une expérience au cours de laquelle partager cette expérience avec d’autres la rendait encore plus forte”, explique-t-il sur le site web de Little Sun.

“Par conséquent, je me suis engagé dans ce projet extrêmement ambitieux (...) où la connectivité, dès le départ, a été l'un des principaux sujets.”

 

Little Sun a déjà écoulé 439 035 exemplaires de sa lampe partout dans le monde. À noter qu'une version de Little Sun incluant un chargeur solaire est venue compléter l’offre de l’entreprise en 2015.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Octobre 2017 - 19:56 Que vont devenir les 20 000 anciens Velib' ?

WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE