Connectez-vous S'inscrire

Ayno, la plateforme qui booste l’intrapreneuriat

I Publié le 8 Juin 2018

Ofer Attali était destiné à une carrière dans le professorat. Finalement, il est devenu serial entrepreneur. Aujourd’hui, il a créé la plateforme Ayno, qui permet aux salariés de proposer des projets pour développer leur entreprise.


L'équipe d'Ayno. (Crédit : Ayno)
L'équipe d'Ayno. (Crédit : Ayno)
Les carrières révèlent parfois d’heureux compromis. Ainsi, Ofer Attali aurait dû être prof. Ses études de mathématiques à Jussieu (Paris 7) l’orientaient en effet vers une carrière d’enseignant chercheur. Au lieu de ça, il est devenu startuper.
 
Reste que, comme s’il n’avait pas voulu tirer un trait définitif sur la transmission, il a inventé Ayno : une plateforme pour apprendre… à entreprendre. Ses apprenants sont les salariés des entreprises. Quant au savoir transmis, c’est l’art de promouvoir et réaliser ses idées d’innovation en interne.
 
Des idées, Ofer Attali en a eu tôt, dès la sortie de la fac. En 1996, il crée sa première boîte avec un copain. 1998, rebelote. L’essai sera plus concluant. Langage Virtuel, sa solution de streaming rich media, est rachetée par un gros poisson du secteur.
 
Ofer Attali intègre l’entreprise (environ 3 000 collaborateurs) mais… ne s’y plaît pas. Il s’en va : retour à la case start-up. C’est en 2006 qu’il crée Popsi’iT, spécialisée dans le développement de solutions B2B collaboratives.

Garder les idées proche de leur concepteur

Ou comment faire émerger au sein des équipes de ses clients des projets d’innovation. Avec Orange, les résultats seront spectaculaires : 130 000 idées, pour 12 000 réalisations et quelque 450 millions d’euros générés.
 
Demeure une petite frustration : l’innovation participative, c’est bien, mais "il manquait quelque chose"… Les salariés donnent leurs idées, certes, mais celles-ci vont ensuite vivre leur vie loin d’eux, migrant en interne vers d’autres mains. Pas très valorisant ni motivant.

"Nous sommes repartis d’une page blanche". Avec son équipe, il se plonge dans la sociologie d’entreprise, creuse les nouveaux usages, pour "donner le pouvoir de l’innovation et de sa réalisation aux collaborateurs, tout en mobilisant l’intelligence collective". De la page blanche est née Ayno. L’outil a été conçu en co-construction avec un client-partenaire, Bioderma, pour optimiser la prise en main.
      
Commercialisée depuis 2016, Ayno est donc une plateforme intelligente qui permet aux salariés de proposer une idée (nouveau service, nouveau produit), de la structurer et, si elle est retenue, de la développer.

"Ayno accompagne toutes les phases du processus intrapreneurial", explique Ofer Attali : "l’idéation ; l’évaluation ; la constitution de l’équipe (un algorithme met en relation des salariés selon leurs compétences et leurs envies) ; puis le cadrage du projet (enregistrement d’un business model canvas)".

Une plateforme complète

In fine, la plateforme génère un pitch que les salariés vont défendre devant le comité de sélection de leur entreprise. Si c’est un oui, la suite s’écrit, elle aussi, sur Ayno. La plateforme offre aux salariés des outils de planification, gestion de tâche, suivi budgétaire, stockage de documents sécurisé, etc.

Ofer Attali, le fondateur d'Ayno. (Crédit : Ayno)
Ofer Attali, le fondateur d'Ayno. (Crédit : Ayno)
La page blanche n’est plus : Ayno a décollé, et convaincu de grands groupes tels qu’Air France, Orange, L’Oréal, Pôle Emploi ou encore Société Générale. Chez cette dernière, les résultats ont dépassé toutes les attentes.
 
En 2 mois et demi, la plateforme a enregistré 17 000 visites de collaborateurs, faisant émerger 600 concepts, dont 150 ont été retenus. Près de 60 sont d’ores et déjà en incubation.
 
"Ayno démontre que les grands groupes sont capables, eux aussi, de produire de l’innovation en mode agile et à grande vitesse". La BPI ne s’y est d’ailleurs pas trompée : elle vient d’accorder son soutien financier au développement d’Ayno.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE