Planète

Bientôt une filière de recyclage des masques en France ?

Par I Publié le 11 Juin 2020

Depuis le déconfinement, les Français utilisent quotidiennement plusieurs masques contre le coronavirus. Comment éviter qu'ils finissent incinérés, voire dans la nature ? Des expérimentations sont en cours afin de recycler les masques chirurgicaux et FFP2.


Les masques jetables ne sont pas recyclables. De plus, ils doivent être jetés dans une poubelle spéciale pour plus de sécurité. (Crédit : Shutterstock)
Les masques jetables ne sont pas recyclables. De plus, ils doivent être jetés dans une poubelle spéciale pour plus de sécurité. (Crédit : Shutterstock)
Sur les trottoirs, dans le caniveaux, dans les parcs… Depuis que le France est déconfinée, des masques sont retrouvés un peu partout dans l’espace public. Un déchet potentiellement dangereux – si son utilisateur était porteur du Covid-19 – mais aussi non biodégradables. Composés de microfibres de polypropylène, une matière plastique, les masques chirurgicaux ne sont pas recyclables non plus. Et il est nécessaire de suivre un processus précis avant de les jeter à la poubelle, comme Nous vous l'expliquions tout dans cet article
 
Pour traiter cette nouvelle source de déchets, deux expérimentations sont actuellement en cours en France. L’objectif : recycler les masques jetables.
 

Une première mondiale dans le Nord de la France

Dans le Nord de la France, dans son usine d’Avelin, près de Lille, l’entreprise Cosmolys, spécialisée dans la collecte de déchets infectieux auprès de professionnels, teste depuis un an un processus pour désinfecter, trier et valoriser le polypropylène.

Chaque année, la société récupère plus de 8 000 déchets – masques, blouses, seringues, etc. Ces détritus toxiques et dangereux sont collectés dans des fûts hermétiquement fermés auprès des hôpitaux, des professionnels libéraux, des maisons de retraite ou encore des industries pharmaceutiques et agroalimentaires. Ils sont ensuite acheminés jusqu’à un centre de tri, où ils sont scannés, broyés, désinfectés par micro-ondes ou incinérés. 
 
Seul "le polypropylène jaune est rebroyé, lavé, extrudé et devient une matière primaire secondaire et réinjecté dans les emballages", en laboratoire exclusivement, explique Arnaud Mary, directeur commercial de Cosmolys, à La Tribune
  
Il s’agit d’un processus "unique en France et même au niveau mondial", se targue Karine Neut, directrice générale du groupe Santélys dont Cosmolys est une filiale.
 
En avril 2019, l’entreprise a obtenu une dérogation de trois ans du gouvernement pour tester le recyclage des déchets infectieux, qui restent bien souvent incinérés. 
 
Une solution qui pourrait s’avérer utile pour les déchets liés au Covid-19, et notamment pour les masques, jetés après seulement quelques heures d’utilisation. "C'est à éprouver scientifiquement", mais "tout est envisageable", assure le directeur commercial de Cosmolys.

Un consortium de chercheurs, d'industriels et de médecins

Depuis début mars, un consortium interdisciplinaire bûche sur différentes solutions pour recycler les masques chirurgicaux ou FFP2. Il rassemble des médecins, des industriels ou encore des scientifiques du CNRS, du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) et de plusieurs universités et CHU.
 
Son objectif est de parvenir à "éliminer la charge virale [des masques] après une première utilisation tout en garantissant le maintien de leur niveau de performance", explique le professeur Philippe Cinquin, membre du consortium, dans le journal du CNRS
 
"On doit aussi tester le nombre de traitements possibles : recycler une fois, d’accord, mais peut-on le faire deux, trois fois ?", ajoute Laurence Le Coq, enseignante-chercheuse et directrice de recherche à IMT Atlantique, sur le site du Figaro .
 
Plusieurs pistes sont à l’étude, détaille Philippe Cinquin sur le site du CNRS : "Nous explorons ainsi actuellement les avantages comparés d’un lavage avec un détergent à 60 ou 95 °C, d’un passage en autoclave à 121 °C pendant 50 minutes, d’une irradiation par des rayonnements gamma ou bêta, d’une exposition à l’oxyde d’éthylène et d’un chauffage à 70 °C en chaleur sèche ou humide, ou dans l’eau."
 
Il s’agit pour le moment de tests, rappelle le professeur, qui "ne peuvent à ce stade être considérés comme des recommandations, que seules les autorités compétentes pourront faire"
 
Les résultats de ces tests sont néanmoins prometteurs. Les masques chirurgicaux conservent leurs performances après un lavage jusqu’à 95 °C. Deux autres techniques testées n'induirait qu'"une perte d’efficacité de filtration inférieure à 2 %", précise l’enseignant chercheur du laboratoire Techniques de l’Ingénierie médicale et de la complexité de Grenoble. 
 
Enfin, concernant les masques FFP2, un chercheur au Centre international de recherche en infectiologie, Olivier Terrier, "vient de réussir à démontrer que la chaleur sèche à 70 °C détruit très efficacement une charge virale calibrée déposée sur des masques chirurgicaux et FFP2", rapport Pierre Cinquin. Des pistes prometteuses donc, qui laissent entrevoir la possibilité d'un recyclage des masques de protection dans un futur proche.










Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles









    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile