wedemain.fr
We Demain - Info Partenaire

Cette start-up transforme la pollution de nos déchets en énergie renouvelable

I 23 Novembre 2017

Du gaz propre, renouvelable et local... Issu de nos déchets ! C’est possible grâce à un procédé inventé par la start-up Waga-Energy. Cette dernière collabore avec le groupe Air Liquide, au sein duquel la technologie est née. Cette alliance entre petite et grande entreprise est récompensée par le prix David avec Goliath.


Vue aérienne de la première Wagabox, en exploitation sur le site Coved de Saint-Florentin (Yonne). (Crédit : Waga-Energy)
Vue aérienne de la première Wagabox, en exploitation sur le site Coved de Saint-Florentin (Yonne). (Crédit : Waga-Energy)
Et si votre chauffage ou votre cuisinière pouvait fonctionner grâce à vos déchets ménagers ? C’est l’idée de la start-up grenobloise Waga-Energy.
 
5 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète sont dus au biogaz émis par nos déchets. En effet, les déchets non-recyclables, comme les restes alimentaires, sont enfouis sous terre dans des décharges spéciales. Ces derniers fermentent et produisent du méthane.
 
"La plupart du temps, le biogaz est brulé pour éviter les émissions dans l’atmosphère", explique Mathieu Lefebvre, PDG de Waga-Energy. Pourtant, il représente une ressource énergétique renouvelable importante.
 
L’idée de transformer ce déchet en énergie est née au sein du groupe Air Liquide en 2007. "Nos premiers résultats n’étaient pas très convaincants mais Mathieu Lefebvre a voulu continuer. Les équipes d’Air Liquide l’ont donc aidé à monter sa start-up", explique Pierre-Etienne Franc, Directeur marché et technologies chez Air Liquide.

Un gaz propre et local

Le groupe industriel lui a cédé ses droits de propriété intellectuelle et a même participé à sa levée de fond. La start-up Waga-Energy a ainsi vu le jour en janvier 2015. "Sur ce gaz, nous sommes les seuls en Europe. C’est la première fois qu’on obtient une qualité aussi pure", se réjouit Mathieu Lefebvre.
 
La jeune pousse installe des Wagabox, sorte de petites usines, qui combinent deux technologies d’épuration, le gaz de décharge étant particulièrement impur au départ. Le biogaz est tout d’abord séparé de ces impuretés grâce à une membrane. Le méthane est ensuite extrait via un procédé de distillation cryogénique. 

Finalement, le biométhane est réinjecté dans le système, après avoir été revendu à des acheteurs d’énergie, dont Air Liquide.
 
"Aujourd’hui nous avons deux Wagabox, une à Saint-Florentin dans le nord de la Bourgogne et l’autre à Saint-Maximin dans l’Oise", raconte le co-fondateur de Waga-Energy.
 
Une dizaine d’autres devraient être installées en France d’ici la fin de l’année 2018.
 
"Cette technologie est au cœur de la transition énergétique : valorisation des déchets, économie circulaire, énergie renouvelable… C’est du concret et cela crée de l’emploi !", se réjouit Pierre-Etienne Franc d’Air Liquide.
 
Ce biométhane local et renouvelable est par ailleurs utilisable chez les particuliers, pour le chauffage ou la cuisine, mais aussi pour les transports de la ville. 
 

Le prix « David avec Goliath  » distingue les alliances entre grandes et jeunes entreprises. Lancé par Raise (société d'investissement et fonds de dotation pour les startups) et Bain & Company (cabinet de conseil en management), il a été décerné le 15 novembre par un jury composé de grands patrons ou d’entrepreneurs, comme Gilles Pélisson (PDG de TF1), Claude Terosier (Co-fondatrice de Magic Makers) ou encore David Monteau (Directeur de Mission French Tech).


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE