Société-Économie

Christophe André : Mes conseils pour rester zen dans un monde de dingue

Le psychiatre et célèbre spécialiste de la méditation Christophe André a accordé un grand entretien à We Demain. Extraits.

Par Philippe Desfilhes I Publié le 20 Novembre 2018


Christophe André encourage à méditer, même quelques instants par jour, se concentrer sur ce qui nous entoure, juste être au présent. (Crédit : Eric Garault)
Christophe André encourage à méditer, même quelques instants par jour, se concentrer sur ce qui nous entoure, juste être au présent. (Crédit : Eric Garault)
Il est la star française de la méditation, mais pas que. Jeune retraité du service de psychiatrie de l’hôpital Sainte-Anne, à Paris, Christophe André a passé sa carrière aux avant-postes de nos angoisses face à un monde toujours plus dur. Péril climatique, chômage, cadences infernales… Il a pris le temps de nous livrer quelques solutions simples pour rester serein face à tout ça.
 
Retrouvez l'interview en intégralité dans We Demain n° 24

Méditation - "Les études montrent que les personnes qui pratiquent régulièrement la méditation en pleine conscience répondent à l’inquiétude avec plus de calme et de discernement. Leur cortex préfrontal garde le contrôle de l’amygdale cérébrale qui est le siège des activations émotionnelles."

Contact avec la nature - "Un contact régulier avec la nature est très important. D’autres études montrent une amélioration de l’immunité après deux heures de marche en forêt ou en bord de mer."

Intériorité citoyenne - "Je conseille de prendre soi de soi. De petites choses en apparence : manger plus de fruits et légumes, faire de l’exercice, pratiquer la psychologie positive. (...) Plus on est heureux et à l’équilibre, plus on a de l’énergie pour comprendre le monde et s’y impliquer."

Effondrement"Il ne faut pas sombrer dans le catastrophisme. (…) Au fil des siècles, les violences entre les humains, qu’il s’agisse des guerres, de la criminalité, des relations personnelles, n’ont cessé de régresser. (…) Si l’on insiste trop sur la gravité du danger, il y a un seuil au-delà duquel les gens ont l’impression qu’ils sont impuissants à modifier quoi que ce soit".
 
Urgence écologique – "Je trouve que, pour le coup, on ne se fait pas assez de souci. Mais là encore, la peur ne pousse pas nécessairement à l’action. Cela peut au contraire conduire à la démission ou à la rumination. (…) Il est alors important de se retourner vers les petites fables du type de celle du colibri de Pierre Rabhi."
 
Action collective - "Je crois aussi à l’action collective (...). Mais cette action collective, je crois que cela ne peut marcher que sur des consciences individuelles préparées. Si l’on veut que les gens modifient leur comportement durablement, il faut préparer les esprits. (...) La méditation est outil efficace pour se rendre réceptif aux idées nouvelles."
 












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile