Société-Économie

Collectif Lève les yeux: "Nous devons redevenir maître de notre smartphone"

Par Anaïs Marechal I Publié le 20 Août 2018

Le collectif Lève les yeux, créé en mai 2018, veut nous faire retrouver une convivialité perdue par l'usage intensif des smartphones. Il propose un label pour les restaurants et bars, et veut utiliser l'art pour reconquérir l'attention. Entretien avec Yves Marry, co-fondateur.


Image d'illustration (crédits : Shutterstock).
Image d'illustration (crédits : Shutterstock).
Retrouvez également l'appel du collectif

Les smartphones font parfois peur. L'ANSES recommande un usage modéré et encadré pour les enfants, et des études montrent que, même éteints, ils réduiraient nos capacités cognitives. Ça n'effraie pourtant pas votre meilleur ami qui passe la moitié de la soirée à vérifier son Snapchat ?

Le collectif Lève les yeux ! est là pour vous aider. Partis du même constat, mais avec l'envie de proposer des solutions concrètes, l'association a été fondée en mai 2018 par deux amis, Florent Souillot et Yves Marry. Entretien avec ce dernier.
 
  • We Demain : Pourquoi avoir lancé ce collectif ?
 
Yves Marry : J'ai passé les 4 dernières années en Birmanie. Courant 2014, le réseau téléphonique a été largement déployé et les smartphones se sont démocratisés. J'avais l'habitude de m'asseoir auprès de mes amis birmans du quartier qui jouaient de la guitare dans la rue... mais celles-ci ont été remplacées par les téléphones en l'espace de quelques mois ! C'est dix fois pire qu'en France.

J'ai vu un peuple auquel j'étais très attaché, auprès duquel j'ai appris la valeur de l'attention, se voir dépouiller de sa concentration par cet objet surpuissant. Ça m'a profondément touché. Mon ami Florent Souillot a fait le même constat à Paris. Je suis rentré en France en mars 2018, et nous avons fondé le collectif en mai.
 
  • Quelles actions menez-vous ?
 
Nous voulons promouvoir un discours positif et bienveillant, non anxiogène. Nous proposons des solutions concrètes à travers trois types d'actions. Tout d'abord, nous voulons retrouver de la convivialité dans les bars, restaurants, salles de concert etc. Nous avons créé un label Lève les yeux qui leur est dédié : les responsables signent une charte à travers laquelle ils s'engagent dans une démarche de sensibilisation, qui peut aller à de simples panneaux explicatifs à l'interdiction stricte des téléphones.

Nous organisons également des conférences : le sujet est neuf et très pluridisciplinaire. Troisième action, le meilleur levier possible selon nous : collaborer avec des artistes ambassadeurs.

Nous voulons bousculer la norme, que cela devienne cool de passer une soirée sans smartphone. De nombreux chanteurs sont agacés par la présence de téléphones pendant les concerts : nous sommes en train de mettre en place des partenariats avec certains. On aimerait à terme faire un agenda des évènements 
Lève les yeux, et promouvoir l'art comme un moyen de reconquérir l'attention.
 
  • Qui sont les gens impliqués ?
 
Nos amis ont voulu prendre part au collectif. Puis nous avons organisé une soirée de lancement au Bar Commun à Paris, et nous avons reçu des demandes de gens convaincus. Nous venons de lancer un appel pour interpeller les citoyens. Deux artistes ont également rejoint le mouvement, Tara et Ramdam. Nous avons des référents dans plusieurs villes en France, et espérons voir le réseau se développer à partir de septembre. Notre objectif est de labelliser une cinquantaine de lieux d'ici la fin de l'année.
 
  • Comment adhérer à la démarche ?
 
Nous nous définissons comme un collectif, dans le sens où l'on souhaite un fonctionnement le plus horizontal possible, mais nous avons le statut d'association. Il y a 3 niveaux d'adhésion : "intéressé", vous vous abonnez à notre lettre d'information ; "adhérant" en devenant membre du collectif ; ou "participant" où vous devenez un membre actif impliqué dans les activités (ndlr : de nombreux conseils sont également disponibles sur le site internet du collectif).
 
  • Pensez-vous que l'on doive complètement se déconnecter ?
 
Non, nous ne sommes pas technophobes ! Le smartphone est un objet qui apporte énormément, mais dont on sous-estime la puissance. D'esclave nous devons redevenir maitre. Dans un monde idéal, chacun réfléchirait à son usage et ne le subirait pas de manière addictive. À titre personnel, j'ai retiré les notifications et je mets mon téléphone en mode avion le plus souvent possible. Je ne l'utilise que quand je l'ai décidé. Il nous faut plus de moments consacrés à la déconnexion.
 













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile