Connectez-vous S'inscrire

Contre le gaspillage alimentaire, l’heure de s’engager a sonné !

I Publié le 7 Juin 2017

TRIBUNE. Par Lucie Basch, fondatrice France de Too Good To Go.


Pour une cuisine zéro déchet, un pesto réalisé avec des fanes de carottes... (Crédit : Jules/Flickr)
Pour une cuisine zéro déchet, un pesto réalisé avec des fanes de carottes... (Crédit : Jules/Flickr)
A l’occasion de la Semaine Européenne du Développement Durable, il est essentiel de s’interroger sur nos manières de vivre et de s’approprier les initiatives positives qui nous permettent d’agir.

Le système alimentaire de nos sociétés "modernes" est obsolète ; il en découle une problématique majeure : celle du gaspillage alimentaire. Peu débattue, cette thématique recèle pourtant des chiffres effrayants.

Le gaspillage alimentaire, c’est plus de 15 300 000 tonnes de CO2 rejetées en France chaque année ; à l’échelle mondiale, ce serait le 3ème pays le plus pollueur !

C’est une problématique de société de premier plan, alors éveillons les consciences sur le sujet et mettons l’accent sur des actions simples et concrètes accessibles à tous.
 

Les ménages responsables de 45 % du gaspillage alimentaire

C’est en devenant expert sur le sujet qu’on prend conscience du manque d’information disponible auprès de la population française. Qui sait, aujourd’hui, qu’un tiers de la production alimentaire est jetée chaque année ? Comment peut-on alors agir contre quelque chose dont on a peu conscience ?

Ainsi, 2/3 des Français estimaient en 2012 jeter moins que les 20kg/personne par an, selon une étude TNS-Sofres. Pourtant, en France, ce sont 10 millions de tonnes qui sont jetées tous les ans. Certes, la responsabilité est partagée : transformation et production sont en cause, mais les ménages sont en fait responsables de 45 % du gaspillage alimentaire, soit 4,5 millions de tonnes de nourriture gâchée chaque année. C’est donc à chacun d’entre nous d’agir, et il est temps de s’y mettre !
 

Adopter de nouvelles habitudes de consommation

Pour cela, de nombreux projets permettent aux personnes d'agir quotidiennement et d'observer des changements à leur niveau.
Tout commence par une sensibilisation dès l’école, des ateliers pratiques menés par les collectivités locales, des engagements pris par les initiés au niveau national grâce au Pacte National de lutte contre le gaspillage alimentaire, et une communication de sensibilisation via les médias.

À l’instar des petits gestes écolos qui étaient affichés il y a quelques années dans toutes les écoles et autres lieux publics, on trouve de plus en plus d’infographies informatives sur les conséquences du gaspillage alimentaire et les gestes simples pour l’éviter sont relayées dans les établissements publics et tous les lieux de restauration.
 

De nombreuses applications et plateformes existent désormais pour permettre aux consommateurs de réduire le gaspillage. À l’heure où le doggy bag s’installe petit à petit dans les soirées restaurants des uns, d’autres participent régulièrement à des distributions d’invendus alimentaires. Certaines plateformes permettent également de calculer l’empreinte carbone de ses repas, ou d’acheter de façon plus responsable.

C’est grâce à des initiatives comme celles-ci que nous pouvons adopter des habitudes de consommation durables, telles que finir son assiette, consommer de manière responsable – local et de saison – ou encore réduire les emballages jetables.
 

La lutte contre le gaspillage alimentaire : l'affaire de tous

Ce n’est pas qu’en mobilisant de grands moyens que l’on peut obtenir de grands résultats, c’est aussi l’affaire de chacun. Une fois encore, la question du gaspillage alimentaire n’est pas une question qui n’intéresse pas, mais une question qui reste méconnue et qui manque de solutions individuelles. Valorisons les solutions existantes et encourageons le passage à l’action.

Ensemble, nous pouvons faire du monde dans lequel nous vivons un monde responsable et durable : nous avons tous un rôle à jouer, alors engageons-nous !

Lucie Basch.

Ingénieure centralienne, Lucie Basch a démarré sa carrière dans l’agro-alimentaire au Royaume-Uni.

Toujours sensible au gaspillage alimentaire et choquée par ce qu'elle voit dans l'industrie, elle décide de mettre son énergie au service de causes qui ont du sens et quitte son travail pour créer Too Good To Go.

De retour en France, c’est désormais entourée d’une dizaine de femmes engagées que la solution sensibilise des dizaines de milliers d’utilisateurs en France au gaspillage !
 
 



WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE