wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

Cotoiturage : Financez vos panneaux solaires à plusieurs !

Par Alice Pouyat I Publié le 16 Juillet 2018

Vous souhaitez investir dans l’énergie solaire mais vous n’avez pas de toit ? Au contraire, vous avez une toiture bien exposée mais peu de moyens ? Pour lever ces obstacles, des coopératives de "cotoiturage" aident à développer l’électricité photovoltaïque entre voisins.


Des citoyens se regroupent pour financer des panneaux solaires sur les toitures disponibles (Crédit : DR)
Des citoyens se regroupent pour financer des panneaux solaires sur les toitures disponibles (Crédit : DR)
Dans le quartier de la Marronnière, à la Roche-sur-Yon, un lotissement écolo et atypique vient de sortir de terre. Dix familles ont construit une résidence participative et bioclimatique, avec récupérateur d’eau de pluie, murs en paille, poêle à bois... Ils rêvaient aussi de panneaux solaires, mais leurs moyens étaient limités. Que cela ne tienne : ils ont fait appel à CoWatt.
 
Cette société réunit des citoyens des Pays de la Loire décidés à promouvoir ensemble l’énergie solaire, sur un modèle qui se développe peu à peu en France : le cotoiturage.
       
"Nous regroupons des personnes qui ont des toitures disponibles mais peu d’argent et des personnes qui ont envie d’investir dans le solaire mais pas de toit adapté", résume Eric Bureau, chargé de développement chez CoWatt.

Développer les énergies renouvelables

Grâce à ce système, 40 m2 de panneaux ont été installés gratuitement chez les résidents de la Marronnière. Ils s'épargnent aussi les problèmes d'entretien et les démarches administratives. Comme toute personne qui met sa toiture à disposition de Cowatt, ils détiennent également une part de la société et un crédit sur leur facture électrique de 500 euros la première année.

En revanche, l’électricité produite appartient à la communauté CoWatt qui la revend à EDF et bientôt à Enercoop, pour financer d’autres projets similaires. Les habitants devront patienter 20 ans pour devenir propriétaires des panneaux solaires.

Les citoyens qui n’ont pas de toiture, eux, peuvent investir dans CoWatt à hauteur de leurs moyens, dès 100 euros, avec un rendement estimé à 3 % par an, mais non garanti.
 
"L’intérêt des actionnaires de CoWatt n’est pas spéculatif. Notre but est surtout d'accélérer le développement des énergies renouvelables qui ne représentent que 10 % de la production nationale", fait valoir Eric Bureau.
 
Une nouvelle méthode d’action collective, qui tend aussi à relocaliser la production énergétique, en faisant des citoyens des acteurs de la transition écologique. "Aujourd’hui, les Pays de la Loire ne produisent que 6 % de l’énergie consommée. Il serait dommage de laisser les groupes privés et étrangers investir à notre place", juge Eric Bureau. 

Un nouveau modèle citoyen

Encore émergeant en France, ce modèle se consolide peu à peu. La société CoWatt a été créée en 2017 par deux associations de la région grâce à un crowdfunding citoyen et a remporté le concours "Mon projet pour la planète" du ministère de l’Ecologie en mai 2018, doté de 100 000 euros.
 
À son actif, déjà deux toitures couvertes en Vendée et une trentaines de projets en cours. Certains chez des particuliers mais la plupart sur des bâtiments collectifs, dans des coopératives d’habitants ou chez des viticulteurs bio ou … Nantes vient aussi de solliciter CoWatt pour équiper une partie des 30 000 m2 de panneaux solaires du futur marché de la ville.

Les membres de la communauté CoWatt veulent reprendre la main sur leur production d'énergie (Crédit: DR)
Les membres de la communauté CoWatt veulent reprendre la main sur leur production d'énergie (Crédit: DR)
Et partout en France, des initiatives similaires se développent. À Toulouse, par exemple, l’association Citoy’enR, qui fonctionne à peu près comme CoWatt, regroupe 266 habitants. Créée il y a un an, elle investit plutôt des bâtiments collectifs, où le modèle est plus intéressant - "sur une toiture individuelle, l'autoconsommation est souvent plus rentable".  Elle a couvert les toits d’un gymnase et d’un groupe scolaire de la ville. Quatre autres bâtiments municipaux seront équipés d'ici la fin de l'année. 
     
"Pour étendre le modèle, il faudrait que les tarifs de revente à EDF soient un plus élevés dans le Nord de la France, cela compenserait le manque de soleil", plaide Eric Bureau.
      
Un mouvement qui s’inscrit dans une tendance globale : l’envie de reprendre en main sa consommation énergétique, avec une autoconsommation des foyers désormais autorisée et de plus en plus de communes qui se dotent de mini-centrales solaires via des crowdfunding citoyens.
 


 






[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE