Société-Économie

Coupe du Monde : les géants de la malbouffe "prennent nos enfants pour cibles"

Par Séverine Mermilliod I Publié le 28 Juin 2018

Coca-Cola, brioche Pasquier, McDonald’s, KFC... Avant, pendant et après les matchs de la Coupe du monde de foot, ces marques de l'agroalimentaire multiplient les publicités. Problème selon l'ONG Foodwatch : les enfants sont leur cible préférée.


L'ONG Foodwatch dénonce le marketing et la publicité pour des produits agroalimentaires trop gras, sucrés, salés, à destination des enfants.
L'ONG Foodwatch dénonce le marketing et la publicité pour des produits agroalimentaires trop gras, sucrés, salés, à destination des enfants.
"Les industriels de la malbouffe prennent nos enfants pour cibles", dénonce l’ONG Foodwatch, qui réclame dans une pétition lancée le 26 juin une loi les protégeant des publicités et du marketing "vantant des produits trop gras, trop sucrés, trop salés".
 
Il faut dire que la période de la Coupe est particulièrement propice aux pratiques telles que placement de produit, sponsoring, concours et cadeaux à destination des plus jeunes. Du 14 au 21 juin selon Libération, chaque match diffusé sur TF1 a été regardé par 6,8 millions de téléspectateurs en moyenne.

Une aubaine pour les marques visées par l’ONG, qu’ils soient sponsors officiels comme Coca-Cola, brioche Pasquier, McDonald’s et KFC, ou profitent simplement de l’événement pour attirer les jeunes clients : Ferrero a par exemple réalisé une pub Nutella avec Olivier Giroud en guest-star, en compagnie d’une enfant.

Capture d'écran Youtube de la publicité Ferrero avec Olivier Giroud.
Capture d'écran Youtube de la publicité Ferrero avec Olivier Giroud.
Et cela ne s’arrête pas là, insiste Foodwatch : "Youtube est le réseau social favori des jeunes ados, loin devant Facebook. En France, Coca-Cola n’a donc pas hésité à séduire la quasi-totalité des youtubeurs préférés de nos enfants - qui cumulent des millions d’abonnés - pour les faire apparaître sur sa « Coke TV » (YouTube), dans la « Creative House » de Fanta ou en s’assurant qu’ils parlent des sodas sur leurs chaînes Youtube personnelles", déplore l’association dans un communiqué, et cite notamment McFly et Carlito (rebaptisés Pascal & Obispo), Natoo, Amixem, Kevin Tran et El Hadj.
 

Un loi pour lutter contre l'obésité infantile

Pourtant, en France, un enfant sur six est en surpoids ou obèse et risque de le rester à l’âge adulte, selon un rapport de Santé publique France paru en 2017. Dans un rapport de 2016 cité par l'association, la Commission sur les moyens de mettre fin à l’obésité de l'enfant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) atteste : "Des données incontestables montrent que la commercialisation d’aliments nocifs pour la santé et de boissons sucrées a un lien avec l’obésité de l’enfant".
 
L’objectif de l’association est donc "d’interdire toutes formes de messages publicitaires et activités promotionnelles (incluant sponsoring, placement de produit et promotion) ciblant les enfants de moins de 16 ans pour des produits alimentaires et des boissons trop riches en sucre, sel et/ou matières grasses, sur tout support de communication (télévision, internet, réseaux sociaux, jeux vidéo, étiquetage, etc.)"

Pour ce faire, les pétitionnaires espèrent peser sur l’examen de la loi Agriculture et alimentation qui se déroule actuellement au Sénat. Certains sénateurs ont d’ailleurs déjà proposé des amendements en ce sens. La pétition a déjà été signée par plus de 4000 personnes.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile