Société-Économie

D'Henri VIII à Mariah Carey, ces régimes de stars restés dans l'histoire

Par Jean Paul Curtay I Publié le 13 Août 2018

À table avec Mariah Carey, Kate Moss, Bill Clinton, Jackie Kennedy, Lord Byron, Henri VIII… Le photographe Dan Bannino s’est inspiré des régimes de célébrités pour réaliser sa série "still diets". De drôles de façons de manger que nous décrypte le docteur Jean Paul Curtay.


Kate Moss, top model, doit à son régime plus riche en alcool, clopes et nuits blanches qu’en nourriture, son vieillissement accéléré. (Crédit : Dan Bannino-Hollywood Diet/Kate Moss)
Kate Moss, top model, doit à son régime plus riche en alcool, clopes et nuits blanches qu’en nourriture, son vieillissement accéléré. (Crédit : Dan Bannino-Hollywood Diet/Kate Moss)

À mon arrivée à l’université de Californie à San Diego, en 1980, je reçois un appel de Tom Pfeiffer, chirurgien cardiovasculaire que j’avais connu à Paris, alors qu’il suivait l’enseignement du Pr Carpentier.
 
"Retrouvons-nous au restaurant White." En y arrivant, je découvre que c’est un restaurant suédois, tout blanc : murs, moquette, couverts, serveurs… et le menu, de l’entrée (du caviar blanc) jusqu’au dessert (un sorbet coco)…
 
Mariah Carey, elle, pour se débarrasser des quelques kilos gardés après sa grossesse, s’est jetée dans Diet Purple, un régime violet. Trois jours par semaine, du violet, et seulement du violet : aubergines, choux, choux-fleurs, oignons, carottes, endives, myrtilles, pruneaux, raisins… Bravo Mariah !
 
Pour une fois, un régime qui se trouve en résonance avec les publications scientifiques ! En effet, les aliments violets contiennent une famille de polyphénols, les anthocyanes, qui ont aussi acquis un statut de stars… dans les revues scientifiques : antioxydantes, anti-inflammatoires, protectrices du cœur, des vaisseaux, du cerveau, de la rétine…
 
Et ce n’est pas le seul principe actif intéressant de ces aliments. Toute la famille des crucifères, comme le chou et le chou-fleur, apporte des détoxifiants, dont le célèbre sulforaphane. Les alliacés, comme l’oignon, ont acquis une très fondée réputation d’aliments anticancer. Les pruneaux sont connus pour être riches en fibre et favoriser le transit intestinal… Un palmarès impressionnant !

Mariah Carey, pour maigrir après sa grossesse, avait adopté le régime violet : aubergines, choux, oignons, carottes, myrtilles, pruneaux…  Pas mal. Mais rien ne vaut le mélange des couleurs… (Crédit : Dan Bannino-Mariah Carey)
Mariah Carey, pour maigrir après sa grossesse, avait adopté le régime violet : aubergines, choux, oignons, carottes, myrtilles, pruneaux… Pas mal. Mais rien ne vaut le mélange des couleurs… (Crédit : Dan Bannino-Mariah Carey)
Mariah aurait pu ajouter les betteraves, qui, en plus des anthocyanes, contribuent à améliorer la circulation via les nitrates, et à favoriser une flore digestive anti-inflammatoire. Le photographe Dan Bannino ajoute dans le tableau du thé et du chocolat, également grands pourvoyeurs de polyphénols (mais, attention, sans lait qui bloque leur absorption. Optez plutôt pour le chocolat noir à plus de 74  % de cacao).
 
Pour donner encore un meilleur exemple, Mariah aurait pu envisager les autres couleurs qui jouent des rôles complémentaires : le vert de la chlorophylle, aussi antioxydante et riche en magnésium, l’orange du bêta-carotène (carotte, potiron, abricot…) qui protège les membranes des cellules en profondeur, de la peau au cœur, le rouge du lycopène (tomate, piment, pastèque…) qui combat les dégâts faits sur la peau par les rayons ultraviolets et renforce les défenses immunitaires, le jaune de la lutéine (poivron, maïs), qui protège, elle, la rétine des dommages de la lumière et du risque de dégénérescence maculaire.
 
Donc, la palette complète de l’arc-en-ciel remplacerait avantageusement la monochromie. Vérifier d’ailleurs, chaque jour, dans sa salade du midi et dans sa soupe du soir, la présence de toutes ces couleurs, est un guide ludique très fructueux sur le long terme.
 
Évidemment, un régime comme le Diet Purple reste déséquilibré et ne peut pas être conseillé autrement qu’à très court terme, car très déficient en protéines, en oméga 3… Mais en y intégrant des légumineuses, du soja, des céréales complètes, de l’huile de colza et de l’huile d’olive vierge, du curcuma…, on aboutirait à une alimentation non seulement antisurpoids, mais santé durable.

Clinton sauvé par les légumes

Bill Clinton avait la réputation d’être un dévoreur de burgers-frites et d’enchiladas au poulet… Malgré les tentatives d’Hillary de changer les habitudes alimentaires de son mari, en faisant conseiller les chefs de la Maison Blanche par le Dr Dean Ornish, fervent promoteur de la santé par une alimentation centrée sur les végétaux, Bill Clinton se retrouve en 1999 avec 10  kg de plus.

Bill Clinton, après deux opérations cardiaques, a abandonné les burgers pour la verdure. Depuis qu’il est végétarien, il a perdu 12  kg et n’a plus eu de problèmes de santé… (Crédit : Dan Bannino-CabbageDiet/Bill Clinton)
Bill Clinton, après deux opérations cardiaques, a abandonné les burgers pour la verdure. Depuis qu’il est végétarien, il a perdu 12  kg et n’a plus eu de problèmes de santé… (Crédit : Dan Bannino-CabbageDiet/Bill Clinton)
Puis, quatre ans après avoir quitté la présidence, à 58 ans, il ressent une douleur dans la poitrine. Après un quadruple pontage coronarien, déterminé à ne plus risquer sa vie, il se penche sur les publications de Dean Ornish et découvre qu’avec un régime végétarien, une réduction importante des graisses saturées et trans (graisses déformées que l’on trouve dans les margarines et la plupart des produits agro-industriels), l’arrêt du tabac, une activité physique modérée et un programme de gestion du stress pendant un an, chez des personnes d’atteintes d’une maladie coronariennes, on observe une régression des sténoses des coronaires (rétrécissement de l’artère du même nom) de 16,5 à 16,9 %, alors que celles des témoins n’ayant pas changé de régime ont progressé de 15,5 à 18,5 %.
 
Clinton décide de ne plus consommer ni viandes ni produits laitiers, de ne plus manger que des aliments végétaux et, parfois, du poisson. Résultat : il a perdu 12 kg, n’a jamais subi de nouveau problème cardiaque et est devenu un ardent promoteur de l’alimentation végétarienne. Le Cardiac Rehabilitation Program de Dean Ornish est maintenant remboursé par l’une des principales assurances de santé aux États-Unis.

Les ravages du régime Byron

La vie de Byron, impulsif, excessif, donne le tournis : amours folles, alcool, boxe, équitation, nage, engagement armé pour la libération de la Grèce sous domination ottomane, où il meurt à 36 ans, heureusement après avoir laissé à la postérité des chefs-d’œuvre littéraires aussi intenses que sa propre vie…

Lord Byron, le poète, est considéré comme l’inventeur des mortels "celebrity diets" : il ne mangeait quasiment rien et sa notoriété  a fait de lui un sinistre modèle diététique. (Crédit : Dan Bannino-Romantic Poets Diet/Lord Byron)
Lord Byron, le poète, est considéré comme l’inventeur des mortels "celebrity diets" : il ne mangeait quasiment rien et sa notoriété a fait de lui un sinistre modèle diététique. (Crédit : Dan Bannino-Romantic Poets Diet/Lord Byron)
Mais une autre facette de Byron est moins connue. Il était obsédé par son poids et était de toute évidence victime de ce qu’on appelle aujourd’hui des troubles du comportement alimentaire, des alternances de boulimie et d’anorexie.
 
Du fait qu’il se pesait chez les marchands de vin Berry Brothers, on sait qu’en 1806 il pesait 88  kg et en 1811… 57. Il a donc perdu 31  kg ! Comment est-il arrivé à ce poids ? Son petit-déjeuner : une tasse de thé et une fine tranche de pain. Son souper : quelques légumes et de l’eau gazeuse teintée de vin.
 
S’il sortait le soir dîner, il demandait toujours "quelques biscuits". Et si le restaurateur n’en avait pas, ils étaient remplacés par des pommes de terre arrosées de vinaigre. En 1821, il dit ne plus pouvoir manger qu’une fois par jour, boit du vinaigre pour calmer sa faim et déglutit des sels de magnésium qui font descendre à toute allure le peut qu’il a mangé dans les toilettes.
 
Sa visibilité sociale et littéraire en fait, à l’époque, un modèle et de nombreuses jeunes femmes suivent son exemple. Byron est considéré comme l’inventeur des celebrity diets qui occupent encore aujourd’hui une part substantielle des magazines. Ses héritières vont de l’impératrice Sissi aux jeunes top models dont des dizaines sont décédées d’anorexie ces dernières années.
 
En avril 2017, des pêcheurs trouvent dans la mer Adriatique une valise qui flotte. À l’intérieur, le corps d’une jeune femme décharnée. C’est Katerina Laktionova, 27 ans, mannequin russe. Elle s’est éteinte seule, dans le noir, dans son lit. Restée devant le corps de sa fille pendant des jours, sa mère, sous le choc, a mis le corps de sa fille dans cette valise. Mais le message de cette macabre bouteille à la mer sera-t-il entendu ?

Jackie Kennedy, tyrannisée par son apparence, suivait un régime déprimant à base de poulet bouilli et de légumes vapeur. Quand elle craquait, elle se jetait sur une patate à l’eau, bourrée de caviar. (Crédit : Dan Bannino-Caviar Diet/Jaqueline Kennedy)
Jackie Kennedy, tyrannisée par son apparence, suivait un régime déprimant à base de poulet bouilli et de légumes vapeur. Quand elle craquait, elle se jetait sur une patate à l’eau, bourrée de caviar. (Crédit : Dan Bannino-Caviar Diet/Jaqueline Kennedy)

D’Henri VIII à Jackie Kennedy

Jackie Kennedy, elle, subissait un régime permanent, bien que moins sévère que celui de Byron. On découvre, par son ex-gouvernante, Marta Sgubin, qui a écrit Cooking for Madam, ses menus : œuf dur et thé le matin, fromage blanc accompagné d’un fruit ou fruits de mer accompagnés de riz et d’épinards, de tomates au cottage cheese et pêche vapeur en dessert pour le déjeuner, blanc de poulet bouilli à l’eau ou poisson avec de la salade et des légumes à la vapeur pour le dîner. Quand elle craquait, elle s’offrait… une pomme de terre garnie de caviar Beluga de la mer Caspienne.
 
Kate Moss a la même obsession de garder la ligne. Le problème est que notre vedette consomme plus d’alcool, de cigarettes, de soleil et de nuits blanches dans les boîtes d’Ibiza que d’aliments… Et malgré son louable programme d’exercices (jogging, saut à la corde, méthode Pilates quatre fois par semaine), les journalistes people ne manquent pas de remarquer son vieillissement accéléré.

Henri VIII  était un ogre insatiable  et les repas à la cour d’Angleterre au XVIe siècle comptaient couramment quatorze plats, sans légumes. Il est mort obèse, à 55 ans. (Crédit : Dan Bannino-Banquet/King Henry VIII)
Henri VIII était un ogre insatiable et les repas à la cour d’Angleterre au XVIe siècle comptaient couramment quatorze plats, sans légumes. Il est mort obèse, à 55 ans. (Crédit : Dan Bannino-Banquet/King Henry VIII)
À l’extrême opposé, Henry VIII d’Angleterre était un gouffre. Deux cent cuisiniers officiaient au château. Le premier plat d’un repas servi en 1526 à Henry VIII et Catherine d’Aragon consistait en soupe, harengs, morues, lamproies, brochet, saumon, truites, haddock, sole, carpe, phoque, crabes, homards, fritures, tartes, fruits…
 
La suite comprenait 13 autres plats. Au total, Henry VIII consommait autour de 5 000 calories par jour, majoritairement constituées de protéines animales. Les légumes étaient considérés comme des aliments de paysan, donc absents de la table royale. Le résultat  : il est devenu quasiment aussi large que haut, avec un tour de taille d’1,40 m.

La Sagesse vénitienne

Bien loin des gloutonneries et privations extrêmes, Luigi Cornaro, issu d’une grande famille vénitienne de la Renaissance, après s’être goinfré pendant des années, décide à la quarantaine d’accroître ses chances d’améliorer sa santé et d’augmenter sa longévité. Nous sommes autour de 1580 et il développe son programme dans quatre livres.

Luigi Cornaro a, dès 1583, fait l’éloge  de la sobriété. Après  une vie d’excès, il a changé de régime à la quarantaine, et vécu jusqu’à 102 ans. (Crédit : Dan Bannino-Luigi Cornaro)
Luigi Cornaro a, dès 1583, fait l’éloge de la sobriété. Après une vie d’excès, il a changé de régime à la quarantaine, et vécu jusqu’à 102 ans. (Crédit : Dan Bannino-Luigi Cornaro)
"Pour remédier à tous ces maux que les gens ont dès l’âge de 40 ou 50 ans, l’homme doit vivre selon la simplicité dictée par la nature qui nous apprend à nous contenter de peu et à ne manger que le strict nécessaire, car tout excès de nourriture cause la maladie et mène à la mort. J’ai décidé de renoncer à l’intempérance à cause du long cortège d’infirmités qui avaient fortement affaibli ma constitution délicate. Je me suis livré à un excès de nourriture et de boisson durant des années et mon estomac a commencé à se détraquer, violentes coliques, accès goûteux avec fièvre continuelle. La seule délivrance que je pouvais espérer était la mort. Je me trouvais dans un état pitoyable à 40 ans. Des médecins m’ont fait comprendre qu’il était impératif que je change de mode de vie."
     
Quelques années plus tard, ses proches sont agacés par ses nouvelles habitudes et essaient de le convaincre de remanger plus. Il se laisse convaincre, mais en une semaine, son bien-être s’évanouit.
    
"J’avais à peine mené ce genre de vie pendant 8 jours que j’ai commencé à perdre mon entrain, ma gaieté et à devenir irritable et déprimé. […] J’ai rappelé à mes proches ces deux proverbes  : 'Qui mange peu, mange beaucoup, durant de longues années' et 'Ce que nous laissons après un repas copieux nous fait plus de bien que ce que nous avons mangé'. À l’avenir, l’homme qui suit ces recommandations ne tombera plus jamais malade, il n’aura plus besoin de médecins et de médicaments, il deviendra son propre médecin, car lui seul est son meilleur médecin."
   
Il fait aussi l’éloge de l’exercice et cultive une insatiable curiosité. Dans son quatrième livre, on peut lire  : "J’ai maintenant 95 ans et je suis toujours en bonne santé, vigoureux, content et joyeux. […] je crois fermement que j’atteindrai l’âge de 100 ans…" Luigi Cornaro mourut en 1566, à l’âge de 102 ans.














Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile