Tech-Sciences

Dans ces 5 secteurs clés, la Chine surclasse déjà l'Occident

Par I Publié le 28 Septembre 2018

Deuxième puissance mondiale, la Chine entend dépasser les États-Unis et l'Europe d'ici 2049 dans toutes les industries de pointe. Une ambition crédible au vu des dernières grandes avancées scientifiques de ce pays.


(Crédit : DR)
(Crédit : DR)
Retrouvez notre dossier et reportage photo inédit "La Chine impériale : Comment elle se prépare à dominer le monde". À lire dans la revue We Demain n°23, disponible en kiosques et sur notre boutique en ligne.

Génétique, ordinateurs quantiques, intelligence artificielle… il ne se passe pas une semaine sans que les médias internationaux n’annoncent une percée dans un de ces secteurs d’avenir. Mais fait nouveau : une part grandissante de ces inventions est désormais chinoise.

Avec un budget de recherche et développement (R&D) qui a augmenté de 900 % depuis dix ans et devrait atteindre 400 milliards de dollars en 2020, la Chine est désormais une puissance scientifique majeure. La preuve ? Elle vient de dépasser le Japon cette année en nombre de brevet (48 882) et se hisse ainsi à la deuxième place juste derrière les États-Unis. Pays qu'elle devrait dépasser d'ici trois ans selon l'ONU.

Une montée en gamme impressionnante pour un pays longtemps perçu comme l'usine du monde, produisant des marchandises à bas prix et de mauvaise qualité. Mais qui ambitionne d'ici 2049 – soit 100 ans après sa révolution – de devenir le leader incontesté de secteurs de pointe comme  la robotique, les technologies de l’information, l’aviation ou les énergies renouvelables. Quitte à faire fi des règles de l'OMC.

Le XXIème siècle sera-t-il chinois ? Voici un top 5 des dernières grandes avancées scientifiques de l'Empire du milieu.

Le plus grand radiotélescope du monde

FAST est le plus grand radiotélescope au monde (Crédit : DR)
FAST est le plus grand radiotélescope au monde (Crédit : DR)
Dans les montagnes du Guizhou, la Chine a inauguré en septembre 2016 le FAST (Five-hundred-meter Aperture Spherical Telescope) qui, comme son nom l’indique, dispose d’une parabole de 500 mètres de diamètre. Ce qui fait de lui le plus grand télescope de sa catégorie avec une sensibilité trois fois supérieure au radiotélescope américain d’Arécibo.

Pour éviter toute perturbation électromagnétique, le gouvernement chinois n’a pas hésité à déplacer 10 000 personnes vivant dans un rayon de 5 kilomètres.

La première communication quantique par satellite

À l'été 2017, la Chine a surpris le monde entier en annonçant dans la revue Nature avoir réussi la première communication quantique par satellite. Permettant de transférer des données de façon ultra-sécurisée sur une distance de 1200 km, contre 100 précédemment.

Pour cela, les scientifiques ont utilisé un satellite expérimental qui emploie les lois de la physique quantique. Selon celle-ci, deux particules séparées physiquement peuvent être "intriquées" et se comporter comme une seule particule. Ceci permet une transmission instantanée et inviolable de l'information, qui pourrait préfigurer l'Internet de demain.
La Chine a réussi la première communication quantique depuis un satellite (Crédit : DR)
La Chine a réussi la première communication quantique depuis un satellite (Crédit : DR)

Le plus grand nombre de superordinateurs

Avec TaihuLight, la Chine a dominé pendant cinq ans le monde des superordinateurs, avant de se faire détrôner en juin dernier par Summit. Une nouvelle machine conçu par l'américain IBM d'une capacité de calcul de 200 petaflops contre 93 pour son concurrent asiatique.

Mais la Chine reste leader de ce marché avec 206 des 500 ordinateurs les plus puissants au monde contre 124 pour les États-Unis. Et malgré un embargo américain sur les puces de haute technologie, trois entreprises chinoises se sont hissées dans le top 5 des premiers fabricants de superordinateurs, dont Lenovo à la première place.
Avec 93 petaflops, TaihuLight est le plus puissant superordinateur chinois (Crédit : DR)
Avec 93 petaflops, TaihuLight est le plus puissant superordinateur chinois (Crédit : DR)

Le prochain leader de l'intelligence artificielle

D'ici 2030, la Chine pourrait dominer le secteur de l'intelligence artificielle. C'est en tout cas le plan affiché par le gouvernement qui n'hésite pas à se donner les moyens de ses ambitions. Aujourd'hui, 48 % des dépenses mondiales de recherche sur l'IA sont chinoises, contre 38 % pour les États-Unis et 14 % pour le reste du monde. Selon une étude de CBInsights, le nombre de brevets dans ce domaine est en pleine explosion : 652 brevets chinois sur le deep learning en 2017 contre 101 pour les États-Unis. 641 à 130 pour l'intelligence artificielle et 882 à 770 pour le machine learning.

Pour atteindre ce but, le géant asiatique peut de plus compter sur ses propres GAFA, les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi), de taille comparable à leurs homologues américains. Et sur près de 800 millions d'internautes dont les données servent déjà à entrainer les machines intelligentes de demain.
La Chine considère l'IA comme un secteur prioritaire et devance déjà les Etats-Unis en nombre de brevets. (Crédit : DR)
La Chine considère l'IA comme un secteur prioritaire et devance déjà les Etats-Unis en nombre de brevets. (Crédit : DR)

Le pionnier de l'édition génétique

Après avoir été les premiers à modifier des embryons humains en 2017, des scientifiques chinois ont réussi en août dernier la prouesse de changer une seule lettre de leur code génétique, avec un taux de succès de 16 sur 18 essais. Une invention qui pourrait permettre de faire disparaitre des maladies héréditaires.

Les chercheurs ont pour cela perfectionné la technologie Crispr-Cas9, surnommée la "paire de ciseaux génétique" pour lui donner selon eux la précision d'un "scalpel". Heureusement, ces embryons n'ont pas été inséminés et ont été détruits. Cette percée scientifique ouvre néanmoins la voie à de nouvelles formes d'eugénisme. Dans sa quête effrénée du progrès, la Chine ne s'encombre pas d'éthique.
Contrairement aux Occidentaux, les Chinois n'hésitent pas à modifier des embryons humains viables (Crédit : Pixabay)
Contrairement aux Occidentaux, les Chinois n'hésitent pas à modifier des embryons humains viables (Crédit : Pixabay)

Retrouvez notre dossier et reportage photo inédit "La Chine impériale : Comment elle se prépare à dominer le monde". À lire dans la revue We Demain n°23, disponible en kiosques et sur notre boutique en ligne.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile