Politique

Démission d'Hulot : sa dernière interview de ministre, jeudi dans We Demain

Par Antoine Lannuzel & François Siegel I Publié le 20 Août 2018

Le ministre de la Transition écologique a annoncé ce mardi sur France Inter son départ du gouvernement. Cet été, il a accordé à We Demain son dernier grand entretien en tant que ministre, "Le monde dont je rêve en 2040", à paraître jeudi 30 août. Extraits, en avant-première.


Nicolas Hulot, alors qu'il était encore ministre de la Transition écologique et solidaire. (Crédits : Bruno Charoy)
Nicolas Hulot, alors qu'il était encore ministre de la Transition écologique et solidaire. (Crédits : Bruno Charoy)

Accédez la version numérique dès maintenant : ICI

Mardi 28 août, le ministre de la Transition écologique a annoncé sur France Inter son départ du gouvernement. Cet été, il a accordé à We Demain un entretien exclusif, au cours duquel nous avons emmené en 2040 celui qui disait alors être le ministre du "long terme".

"Le visage de nos sociétés n'aura rien à voir avec celui d'aujourd'hui"assure-t-il, dans le numéro de rentrée de We Demain à paraître jeudi 30 août. Extraits, en avant-première, du dernier grand entretien accordé par Nicolas Hulot ministre : "Le monde dont je rêve en 2040".

Les pesticides - "Pour moi, c'est fini. L'agro-écologie est devenue la norme en 2040, au niveau mondial."

Les vegans - "Je ne pense pas que le monde va [le] devenir en 2040. Notre rapport à l'animal aura largement évolué."

L’économie sociale et solidaire - "C'est une tendance irréversible et en 2040 ou en 2050 ce sera devenu la norme."

Les migrants - "Si nous ne sommes pas capables de gérer cet épisode [migratoire], il est clair que nous ne pourrons pas gérer la suite parce que, là, nous ne vivons qu’une bande-annonce."

Le ministère de la transition écologique - En 2040, il "aura disparu."

Macron - "S'il s'attaque aux causes en même temps qu'il s'attaque aux effets, oui il aura fait rentrer l'écologie dans la modernité et le XXIe siècle dans l'impératif écologique. L'histoire le dira."

Est-il encore temps de changer ? "Il y a deux scénarios : soit l'effondrement […]. Soit on a un modèle économique, marchand et culturel qui fait que la transition que je suis censé animer pour mon pays a réussi."

Accédez la version numérique dès maintenant : ICI













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile