Tech-Sciences

Dès cet été, on pourrait se déplacer en taxi volant dans le ciel de Dubaï

I Publié le 21 Février 2017

L'Émirat compte mettre en service en juillet 2017 l’EHang 184, un drone-taxi.


L'EHang 184 est capable de voler sur une distance de 40 km  à une vitesse maximale de 120 km/h (Crédit: EHang)
L'EHang 184 est capable de voler sur une distance de 40 km à une vitesse maximale de 120 km/h (Crédit: EHang)
Dubaï n’est pas la seule ville à s’intéresser aux voitures volantes. Mais elle pourrait être la première au monde à lancer un service de taxi volants autonomes. Après avoir procédé à des essais, la ville devrait mettre en service l’EHang 184, un drone-taxi, dès juillet 2017, a rapporté l’Autorité des routes et des transports (RTA) de l’émirat.
 
Dévoilé en 2016 au CES – le plus important salon consacré à l'innovation technologique en matière d’électronique grand public – l’engin n'est pour l'instant capable de transporter qu'une seule personne. Le tout à une vitesse maximale de 120 km/h et sur une distance de 40 km. Autrement dit, son autonomie se limite à... 20 minutes.

D’un point de vue pratique, le client commandera sa course grâce à une application Smartphone. À bord, il indiquera sa destination à l’aide d’une tablette située dans l’appareil, puis devra appuyer sur les boutons "décoller" et "atterrir". Au sol, des opérateurs suivront les drones depuis un centre de contrôle, grâce à une liaison 4G.

La ville espère voir un quart de ses transports assuré par des moyens automatiques d’ici 2030, a rappelé la RTA. Pour l'heure, reste à lever les obstacles juridiques qui entourent le projet du drone-taxi. 
 













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile