Tech-Sciences

Des drones livreurs de médicaments en Afrique

I Publié le 16 Novembre 2012

La start-up californienne Matternet veut mettre en oeuvre des drones – aéronefs de petites tailles commandés à distance – programmés pour livrer des médicaments dans des régions reculées d’Afrique. Dans un article pour Sciences et Avenir, Arnaud Devillard rend compte du projet de ces pigeons voyageurs du futur.


Crédit photo : ConservationDrones.org
Crédit photo : ConservationDrones.org
Été 2011, lors d’une session de la Singularity University, la start-up Matternet explique comment elle veut mettre en oeuvre des drones à visée humanitaire.
L'idée ? Expédier des médicaments à des cliniques, de faire transiter des prises de sang et des résultats d’examens d’un laboratoire à un hôpital sans emprunter les routes, parfois en piètre état, dans des zones où les réseaux de communications sont peu développés.
Pour réussir ? Pensés sur le mode du « point par point », ses « coursiers aériens » pourraient effectuer leurs trajets en plusieurs étapes, de station en station. Les « petits engins volants » à propulseurs à hélices fonctionneraient grâce à l’énergie solaire. Ils pourraient se déplacer sur 10 km à une vitesse de 40 km/h quelques soient les conditions météorologiques. et contenir des colis de deux kilos.
Combien ? Ces appareils dotés de GPS, d’un magnétomètre et d’une série de logiciels de navigations développés en open source, représentent un coût raisonnable. Selon Matternet, 900 000 $ (694 000 €) pour un réseau d’une cinquantaine de stations et 150 drones. Un drone coûte 1 000 $ à fabriquer soit, 771 €.  La start-up met en place son propre système d’exploitation, aura ainsi la main sur l’ensemble du réseau et utilisera la technique de modulation radio Ultra Wideband (UWB) comme système de communication sans fil.

Des drones pour livrer des médicaments dans les régions isolées
Arnaud Devillard
Sciences et Avenir
Lire l’article












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile