Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Assureur partenaire de We Demain

Des scientifiques découvrent 467 millions d’hectares de forêts dont on ignorait l’existence

Par I Publié le 22 Mai 2017

Nous pensons tout savoir de la Terre, mais voici la preuve que certaines zones nous sont encore inconnues. Des chercheurs ont découvert l’existence de 467 millions d’hectares de forêts dans des zones sèches !


Un demi-milliard d'hectares de forêts caché aux yeux de tous. (Crédit : Pixabay)
Un demi-milliard d'hectares de forêts caché aux yeux de tous. (Crédit : Pixabay)
Comment est-il possible de découvrir encore aujourd’hui un demi-milliard d’hectares de forêts ? Constituées de baobabs ou d’acacias, ces forêts n’étaient pourtant pas cachées.
 
Jean-François Bastin, chercheur belge en écologie forestière de l’ULB (Université libre de Bruxelles) et de la FAO (organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), dirigeait initialement une équipe de scientifique dans le but de faire un recensement plus précis des forêts en zones arides.

C’est ainsi qu’ils ont fait une découverte inattendue : 467 millions d’hectares de forêts passées sous les radars ! Soit l’équivalent de la surface de la forêt amazonienne.
 
"J’étais le premier étonné de ces estimations. C’est surprenant de mettre encore en évidence aujourd’hui des superficies de forêt non rapportées précédemment pour une surface équivalente à la forêt amazonienne", commente Jean-François Bastin dans un communiqué de l’ULB diffusé le 12 mai 2017.

Les forêts arides sont encore très méconnues, elles représentent pourtant une grande ressource écologique. (Crédit : Pixabay)
Les forêts arides sont encore très méconnues, elles représentent pourtant une grande ressource écologique. (Crédit : Pixabay)
Les zones arides représentent 41,5 % de la surface de la Terre et sont le cœur d’un tiers des hotspots de biodiversité de la planète (zones représentatives de la biodiversité présentant une grande richesse d'espèces). Leur végétation joue ainsi un rôle crucial dans la lutte contre la désertification et dans la préservation de certaines espèces de végétaux et d’animaux.

Selon les scientifiques, cette nouvelle découverte augmenterait la superficie mondiale des forêts d’au moins 9 %. "Les différences sont particulièrement importantes en Afrique, où les chiffres sont doublés", ajoute le chercheur en écologie forestière.
 
Le GIEC (Intergouvernmental Panel on Climate Change) estime que ces zones arides pourraient représenter plus de 50 % de la surface émergée d’ici 2 100. Des territoires qu’il est donc important de connaître pour mieux les protéger. 

Comment est-ce possible ?

Si ces forêts nous sont restées inconnues jusqu'à ce jour, c'est à cause d'un défaut de détection par satellite. La méthode traditionnelle s'appuie sur des images satellites qui ne sont pas assez précises pour voir certaines forêts dans les zones arides.
 
C’est pour cette raison que les scientifiques de la FAO, en collaboration avec Google, ont mis en place un nouveau procédé. Il combine des données satellites, mises à disposition par Google, une nouvelle méthode de photo-interprétation développée par la FAO, et enfin, l’expertise participative coordonnée par plus de 200 opérateurs locaux. 

Ainsi, le chercheur donne l’exemple d’une forêt de baobabs au Sénégal complètement invisible dans la cartographie classique. Pourquoi ? En partie parce qu’ils n’ont pas de feuilles pendant la saison sèche.

La figure A représente la forêt de baobabs à la saison sèche, et la B à la saison des pluies grâce aux images à très haute résolution spatiale utilisées par les chercheurs. (Crédit : FAO/Faidutti)
La figure A représente la forêt de baobabs à la saison sèche, et la B à la saison des pluies grâce aux images à très haute résolution spatiale utilisées par les chercheurs. (Crédit : FAO/Faidutti)
"En révélant le réel potentiel des zones arides en terme de couverture forestière, nos résultats et notre méthode apportent de nouvelles informations pour mieux comprendre les incertitudes actuelles dans le bilan carbone de la planète, et permettent le développement d’actions nouvelles pour la conservation et la restauration des forêts, et par conséquent, pour la lutte contre la désertification et le changement climatique", explique Jean-François Bastin.






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE