We life

“Digital After Love” : que restera-t-il de nos amours numériques ?

À partir d’un smartphone abîmé, deux artistes retracent le fil d’une histoire d’amour. Retrouvez leur livre “Digital After Love” en librairie le 2 janvier prochain, et dans l’exposition Doisneau et la Musique à La Philharmonie dès le 4 décembre.

Par Pauline Vallée I Publié le 22 Novembre 2018


Photos pixelisées, textes graphiques et composition musicale s'entremêlent dans cette œuvre réalisée en duo. (Crédit : Oan Kim/M.Y.O.P)
Photos pixelisées, textes graphiques et composition musicale s'entremêlent dans cette œuvre réalisée en duo. (Crédit : Oan Kim/M.Y.O.P)

Retrouvez également notre dossier "L'amour en illimité" dans le dernier numéro de la revue We Demain. Disponible en kiosques et sur notre boutique  en ligne.
 

Que restera-t-il de nos amours ? Voilà la question qui nous tourmente l’esprit lorsqu’on referme le déroutant “Digital After Love ”, né du travail du photographe Oan Kim et de la compositrice Ruppert Pupkin. Le petit livre mêlant photographies, textes graphiques inspirés de SMS, et compositions musicales (que l'on peut écouter sur un CD inclus), a tapé dans l’oeil du jury de la fondation Swiss Life qui lui a décerné son prix “à 4 mains”.

Un travail original inspiré du glitch art, dans lequel le duo interroge la pérennité de nos relations amoureuses et leur sanctuarisation à l’heure du tout-numérique. “Nous étions tous deux fascinés par ces albums photos jaunis que l’on retrouve au marché aux puces, remplis de visages d’inconnus”, explique Emmanuelle Destremeau, alias Ruppert Pupkin, auteure, compositrice et réalisatrice.

Digital After Love raconte une rencontre, celle entre un homme et une femme, la passion des débuts, puis les premières disputes, l’éloignement… jusqu’à la rupture et aux regrets. Un voyage amoureux où le smartphone prend le relais des lettres d’amour ou du journal intime, dans la mise en scène du quotidien et l’entretien du souvenir.


Dans Digital After Love, l'amour surgit au détour d'un texto, ou d'une photo volée. (Crédit : Oan Kim/M.Y.O.P)


Se glissant dans la peau d’archéologues 2.0, les deux artistes ont creusé cette mémoire brute pour retracer le fil d’une obsession, et nous dépeindre la fragilité des sentiments à l’ère digitale. “L’idée n’était pas de dire ‘l’amour ne meurt jamais’, mais plutôt de souligner que la passion amoureuse laisse des traces”, insiste Oan Kim. “Je trouve ça plutôt rassurant, de se dire qu’il y ait la possibilité d’une trace d’immortalité, même à travers le numérique.

Dans Digital After Love, la mémoire numérique a pourtant perdu de sa toute-puissance. Les photos et SMS pixelisés, incomplets, abîmés, renvoient à la propre fragilité du souvenir humain. “Le numérique peut se résumer à une succession de 1 et de 0, c’est quelque chose de très froid”, ajoute Ruppert Pupkin. “Ce qui nous intéressait justement était de parvenir à raconter une histoire intime derrière tous ces 1 et ces 0, de faire surgir l’humain.
 

  • Une installation en lien avec l’œuvre sera exposée dans le cadre de l’exposition Doisneau et la Musique, organisée par le musée de la Musique – Philharmonie de Paris du 4 décembre 2018 au 28 avril 2019.












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile