Connectez-vous S'inscrire

Du commerce illicite à la liberté d'expression totale, on a plongé dans le darknet

Par I Publié le 9 Septembre 2016

Drogue, pédophilie, djihadisme, armes… Présenté en mars par le ministre de l’Intérieur comme le supermarché de tous les vices, le dark net est aussi un espace de liberté plébiscité par les lanceurs d’alerte et militants des droits de l’homme. Nous avons exploré les abîmes d’Internet.


(Crédit : Tech. Sgt. Dan Rea, U.S. Air Force/Wikimedia Commons)
(Crédit : Tech. Sgt. Dan Rea, U.S. Air Force/Wikimedia Commons)
"The Grid. A digital frontier." Je murmure cette réplique du développeur Kevin Flynn dans la bande-son du film Tron, tandis que mon PC se connecte au dark net. Je regarde autour de moi dans le Starbucks. Beaucoup d’autres clients sont sur leur ordinateur, très bien. Je vérifie d’un coup d’œil qu’aucune caméra n’est pointée vers mon écran. J’ai même donné un faux nom lorsque j’ai commandé mon café.

La musique des Daft Punk monte dans mes écouteurs. "And then, one day, I got in!" proclame Kevin Flynn tandis que sur mon écran s’affichent ces mots : "Félicitations. Votre navigateur est désormais connecté au réseau Tor." Je vérifie l’adresse IP qui identifie ma machine : c’est bon, rien à voir avec celle du réseau que j’utilise. L’adresse Mac ? OK, le numéro de série de ma carte réseau est bien contrefait.

Vidéos gore, drogues, virus informatiques...

J’ai l’impression d’être dans la série Mr. Robot, qui raconte les aventures d’un jeune pirate informatique new-yorkais. Pourquoi cette paranoïa ? Parce que je vais m’aventurer dans les profondeurs d’Internet. Plusieurs niveaux sous sa surface, loin des Facebook, Google et autres Amazon où de braves citoyens vaquent à leurs occupations quotidiennes.

Je vais pénétrer dans des lieux obscurs où, selon les légendes, se terrent des hackers, des pédophiles, des djihadistes et des espions de la NSA. Des endroits où tout s’échange au marché noir contre des bitcoins : vidéos gore, drogues, virus informatiques, données volées ou armes à feu.

Vivre l'expérience jusqu'au bout

C’est du moins ce qu’assurait Bernard Cazeneuve, le 22 mars, en réponse à une question au gouvernement.
 
"Ceux qui nous frappent utilisent le dark net, utilisent des messages chiffrés pour accéder à des armes qu’ils acquièrent en vue de nous frapper", avait lancé le ministre de l’Intérieur, sans plus d’éléments concrets.

Je me fixe comme défi d’aller vérifier cela. Et, au passage, de faire une petite emplette, histoire de vivre l’expérience jusqu’au bout. J’ai pensé à du modafinil, ce médicament disponible uniquement sur ordonnance, généralement prescrit aux narcoleptiques. Des biohackers affirment avoir découvert que, si une personne en bonne santé en prend, cette substance augmente ses facultés cérébrales sans risque de dépendance ni effets secondaires. Il paraît que de nombreux étudiants en médecine s’en procurent sur le dark net.

Plonger plus profondément dans le dark net

Lors de mes recherches, j’ai pu constater que cette partie d’Internet fait souvent l’objet de fausses informations. Beaucoup d’articles la confondent avec le deep web, qui représente entre 80  % et 95  % de la toile.

Dans les faits, cette couche du réseau abrite seulement les données non indexées par les moteurs de recherche : boîtes e-mail, intranets d’entreprise, cloud. Rien de bien excitant. Il faut plonger plus profondément pour trouver le dark net qui, lui, ne représente qu’une infime part d’Internet... Lire la suite de l'article dans We Demain n°15






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE