Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque

Du gadget de riche au taxi du futur, voici cinq prototypes de voitures volantes

Par Grégoire Di Fiore I Publié le 3 Février 2017

Aéromobil, Vahana, TF-X… Encore inconnues du grand public, ces start-up sont peut-être en train d’inventer la voiture de demain. Mais à la différence de Tesla, celles-ci ne visent pas la conquête des routes… mais des airs.


La voiture volante pourrait mettre Paris à nos pieds. (Crédit : Terrafugia )
La voiture volante pourrait mettre Paris à nos pieds. (Crédit : Terrafugia )
Bonne nouvelle pour tous ceux qui subissent quotidiennement embouteillages et métros bondés : il se pourrait bien que l'avenir du transport soit aérien. C'est en tout cas ce qu'a affirmé Tom Enders, le directeur général d'Airbus lors de la présentation de leur voiture volante, à Munich le 16 janvier 2017 : "Il y a 100 ans, le transport urbain s’est enterré, aujourd’hui, nous avons la technologie pour le faire décoller."

La voiture volante d'Airbus, actuellement en phase de prototypage, pourra se commander avec un smartphone et décoller à la verticale comme un hélicoptère. La piloter ne nécessitera plus, en outre, l'obtention d'une licence.

Le géant européen n'est pas le seul acteur de ce nouveau marché. Alors que plusieurs start-up construisent actuellement leurs prototypes, des entreprises comme Uber envisagent déjà l'étape suivante. À savoir l'élaboration de services, dont celui de taxi volant à la demande. En novembre, le leader des VTC dévoilait dans un livre blanc son plan pour accélérer la croissance du secteur en planchant sur son futur cadre légal.

Voici cinq concepts de voitures volantes, dont les modèles vont peut-être conquérir le ciel dans la décennie à venir.

1. Vahana : "l'autolib volante"

Airbus ambitionne de fluidifier la mobilité urbaine avec trois projets phares. (Source : Airbus Group)
Airbus ambitionne de fluidifier la mobilité urbaine avec trois projets phares. (Source : Airbus Group)
Prévus pour fin 2017, les premiers tests devraient concrétiser la prévision du directeur général de la compagnie européenne qui espère lancer la production avant 2020. Conçu pour une seule personne, Vahana possède huit hélices et fonctionne à l’énergie électrique. Chez Airbus, on le destine à être un taxi volant autonome et un service de livraison automatique. Depuis son smartphone, il sera possible de faire venir l’appareil qui sera capable de transporter la personne vers le lieu de son choix. Dans cette perspective, la société prévoit la mise en place de couloirs aériens dédiés au transport des personnes (sorte de ligne aérienne de métro) ou de colis.

2. TF-X : la luxueuse familiale

Baptisé TF-X, ce modèle fait suite à Transition. (Crédit: Terrafugia)
Baptisé TF-X, ce modèle fait suite à Transition. (Crédit: Terrafugia)
Pionnière de ce nouveau marché, l'entreprise Terrafugia a présenté en juillet 2015 son deuxième modèle, la TF-X. Contrairement à son aînée, le modèle TF-X présente l’avantage de décoller à la verticale et ne nécessite donc pas de piste : on parle de VTOL (Vertical Take Off and Landing). Pour s'envoler, il utilisera ses deux ailes rétractables et des hélices alimentées par deux moteurs électriques. Sa conception lui assure 800 km d’autonomie et une vitesse maximale de 320 km/h.

Ses constructeurs mettent en avant la simplicité d’utilisation de l’appareil : il suffirait de quelques heures pour apprendre à le piloter. Pour les petites distances, le TF-X peut aussi prendre la route. Prévu à l’horizon 2025, il est d’ores et déjà possible de commander son TF-X pour prendre l’air en famille. Néanmoins, atteignant presque un million d’euros, la facture n’est pas à la portée de tout le monde.

3. L'Aeromobil : entre le petit avion et la voiture citadine

En dépit du crash d'un de ses prototypes, le constructeur annonce une commercialisation en 2017. (Crédit: AeroMobil)
En dépit du crash d'un de ses prototypes, le constructeur annonce une commercialisation en 2017. (Crédit: AeroMobil)
Développé par une entreprise slovaque, l’Aeromobil , lui, aura besoin d'une piste de 200 mètres au moins pour décoller. L’inconvénient majeur réside dans le fait qu’il faudra, pour prendre le volant, détenir un permis de conduire et une licence de pilotage.

Fonctionnant à l’essence, il est doté de deux ailes rétractables et de quatre roues et jouit d’une autonomie de 700 km et pointe à 200 km/h. Fin prêt, la commercialisation est prévue pour 2017 mais est compromise par des questions légales. La voiture fait partie des modèles les moins chers, avec un prix qui oscillera entre 80 000 et 100 000 euros.

4. Xplorair : des réacteurs à biocarburant

La française revendique un prix décent et une technologie révolutionnaire. (Crédit: XplorAir)
La française revendique un prix décent et une technologie révolutionnaire. (Crédit: XplorAir)
Xplorair est la deuxième voiture volante européenne dans ce classement. Son inventeur, Michel Aguilar, est toulousain. À la différence des prix exorbitants des engins américains, il prévoit la vente de ce monoplace à décollage vertical pour une somme n’excédant pas 100 000 euros. Le véhicule offre une autonomie de 500 km pour une vitesse moyenne de 200 km/h.

Un réservoir de biocarburant alimente des réacteurs situés sur les ailes. Le Français a d’ailleurs breveté ses "thermoréacteurs" qu’il considère comme une innovation majeure pour l’aviation. Le projet a déjà séduit des investisseurs chinois. Un prototype d’Xplorair sera présenté du 19 au 25 juin 2017, au salon du Bourget.

5. Zee.Aero : le mystérieux prototype du fondateur de Google

Illustation issue d'un brevet. (Crédit : Zee.Aero)
Illustation issue d'un brevet. (Crédit : Zee.Aero)
En investissant 100 millions de dollars dans la course aux voitures volantes, Larry Page, le cofondateur de Google, nourrit la modeste ambition de révolutionner le transport individuel. Zee.Aero, c’est le nom de la discrète entreprise qu'il a fondé en 2010 et qui emploie 150 personnes.

Cette start-up a adopté une communication réduite à l’essentiel, qui n’a cessé d’épaissir le mystère autour de son projet : sur son site I-internet, on ne peut lire qu’une phrase générale décrivant son activité et consulter des offres d’emploi… L’engin en développement devrait, lui aussi, décoller à la verticale. Quelques photographies, réalisées lors des essais réalisés par la firme, mettent en scène des prototypes sommaires. De quoi attiser la curiosité des passionnés.

Ces voitures aux allures de drone ont tout pour séduire les plus fortunés qui seront, dans un premier temps, les seuls à pouvoir profiter de cette technologie. Sauf si le covoiturage prend, lui aussi, la voie des airs....






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE