Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Société-Économie

Égalité salariale homme-femme: inspirons-nous des pionniers islandais et scandinaves !

Par Juliette Mantelet I Publié le 8 Janvier 2018

En Islande, une loi obligeant les entreprises à appliquer l’égalité salariale entre hommes et femmes vient d'entrer en vigueur. D'autres initiatives existent en Europe pour plus d'équité au travail. Voici quelques pistes inspirantes.


L'Islande innove en matière d'égalité salariale (Crédit : Public Domain Pictures)
L'Islande innove en matière d'égalité salariale (Crédit : Public Domain Pictures)
Depuis le 1er janvier, l'Islande est le premier pays à contraindre strictement les entreprises à payer les hommes et les femmes de manière égale. D'autres pays, comme la France, disposent déjà d'une loi censée garantir l'égalité salariale, mais l'Islande est le premier à mettre en place un outil contraignant pour sanctionner les réfractaires.  

Les entreprises islandaises doivent désormais fournir aux autorités la preuve qu'elles payent équitablement leurs salariés, afin d'obtenir une certification annuelle obligatoire. Sans cette dernière, elles devront s'acquitter d'une amende. Cette nouvelle loi s’impose à toutes les entreprises publiques et privées de plus de 25 salariés. À l'inverse, dans la plupart des pays ayant légiféré sur le sujet, c'est aux victimes de prouver que leur employeur les discrimine.

Une avancée qui intervient dans un pays où l'égalité homme femme est cultivée de longue date, ce qui a notamment permis à l'Islande d'atteindre la parité totale parmi ses députés.

L’Islande est depuis neuf années consécutives en tête du classement du Forum économique mondial sur les inégalités entre femmes et hommes. Elle est suivie de près par les pays scandinaves, qui ont eux aussi adopté des mesures volontaristes pour réduire les inégalités au travail. 
The Global Gender Gap Report 2017 (Crédit : World Economic Forum)
The Global Gender Gap Report 2017 (Crédit : World Economic Forum)

Des initiatives à suivre

  • En Norvège, les déclarations de revenus et les taxes payées par chacun sont accessibles à tous et publiées chaque année en octobre sur le site de la Skatteetaten (l’administration fiscale). Le pays est un exemple en matière de transparence, "condition indispensable à la réduction de l'écart salarial entre femmes et hommes"pour les militantes du comité Les Glorieuses (newsletter féministe). Une transparence qui peut inciter les entreprises à faire preuve de davantage d’égalité.
 
 
 
  • La Suède, elle, fut la première, en 1974, à remplacer le congé de maternité par le congé parental – donc accessible au père comme à la mère. En 2016, le pays a même instauré, pour les pères, un congé obligatoire et non transférable de 90 jours. Ainsi, les femmes peuvent revenir plus rapidement au travail, et obtenir plus facilement le même salaire que les hommes. 
 
  • Plus proche de nous, le Luxembourg a également légiféré sur la question en 2016. Désormais, lorsqu'une entreprise du duché ne peut justifier une différence de salaire par des raisons objectives, elle peut écoper d'une amende allant jusqu'à 25 000 euros et pouvant être doublée en cas de récidive. Une solution qui a permis de réduire à 8 % en 2016 l'écart entre les salaires, selon un article du journal local L'essentiel.

La France mauvais élève

La France se situe encore loin du modèle islandais. En 2017, selon une étude Eurostat, les femmes y étaient encore payées 15,8 % de moins que les hommes. L'an passé, ces dernières ont donc travaillé gratuitement à partir du 3 novembre, à 11h44.
Campagne du collectif Les Glorieuses (Crédit : Les Glorieuses)
Campagne du collectif Les Glorieuses (Crédit : Les Glorieuses)

Si une loi sur l’égalité salariale existe en France depuis 1972, elle est peu respectée dans les faits. Très peu d’entreprises sont sanctionnées. Une situation que Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, a promis de faire évoluer.

En août dernier, dans l’émission Tout est politique  sur France Info, Marlène Schiappa avait annoncé travailler à la création d’un système contraignant les entreprises récalcitrantes à payer leurs amendes. Durant l'été, la secrétaire d'État avait aussi signé une convention permettant plus de contrôles aléatoires dans les entreprises.


Ces promesses seront suivies de près par les salariées françaises.




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE