Pris dans la toile

En Grande-Bretagne, les coursiers Deliveroo en justice pour leurs droits

I Publié le 28 Novembre 2016


"Deliveroo, qui rémunère ses "bikers" londoniens à l'heure ou à la tâche, considère ces derniers comme des autoentrepreneurs." (Crédit : Deliveroo)
"Deliveroo, qui rémunère ses "bikers" londoniens à l'heure ou à la tâche, considère ces derniers comme des autoentrepreneurs." (Crédit : Deliveroo)
[Repéré sur La Provence.com]

Forts d'une victoire en justice décrochée fin octobre par deux chauffeurs Uber au Royaume-Uni, des coursiers londoniens de la plateforme de livraison de repas Deliveroo vont réclamer lundi davantage de droits devant des juges britanniques. La requête, portée par le Syndicat des travailleurs indépendants de Grande-Bretagne (IWGB), a été déposée au nom d'un groupe de livreurs de Camden, quartier du nord de la capitale britannique.

Mais la décision pourrait faire jurisprudence pour les coursiers du reste de la ville. Deliveroo, qui rémunère ses "bikers" londoniens à l'heure ou à la tâche - comme à Camden -, considère ces derniers comme des autoentrepreneurs, leur refusant le droit à un salaire minimum ou à des congés payés.

Lire la suite de l'article.











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile