Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Assureur partenaire de We Demain

En Thaïlande, j’ai suivi Tristan Lecomte, l’homme qui ressuscite les forêts

I Publié le 8 Juillet 2016

Près de Chiang Maï, en Thaïlande, notre journaliste "free-lifeuse" a entendu le bruit de la forêt qui pousse. Elle y a rencontré le fondateur de Pur Project qui, depuis cinq ans, expérimente ici l’agroécologie. En réintroduisant de la vie dans les sols, il tente, avec les populations locales, de préserver leur autonomie alimentaire.


Dans la Pure Farm, les fruits, les légumes et le riz que nous mangeons ont été produits et préparés sur place. (Crédit : Christian Lamontagne)
Dans la Pure Farm, les fruits, les légumes et le riz que nous mangeons ont été produits et préparés sur place. (Crédit : Christian Lamontagne)
Mardi 10 novembre 2015. 19 heures. Don Jiang.

Éclairés à la lueur de la lune et de quelques bougies, nous bavardons autour de la table basse en teck, sur la terrasse de la maison construite par le fermier Khun Anan avec du bambou des alentours. Des insectes virevoltent autour des lanternes solaires jusqu’à l’épuisement.

Au milieu des arbres, dressée sur des pilotis, la ferme m’évoque l’univers sensuel des films asiatiques où la chaleur moite ralentit le rythme des cœurs et invite à la transcendance.

Dans ce clair-­obscur aux effluves de citronnelle, je suis accompagnée par quatre autres journalistes – Hélène, Arthur, Baptiste, Frédéric –, notre photographe Christian et Emma, coorganisatrice du voyage avec Tristan, notre hôte. Il est installé dans le nord de la Thaïlande depuis cinq ans.

Depuis huit ans, Pur Projet a replanté cinq millions d’arbres et on en coupe dix millions chaque jour. (Crédit : Christian Lamontagne)
Depuis huit ans, Pur Projet a replanté cinq millions d’arbres et on en coupe dix millions chaque jour. (Crédit : Christian Lamontagne)

Cinq millions d'arbres replantés

Nous sommes à une heure de Chiang Maï, à la Pure Farm, un projet pilote de quatre hectares qu’il a impulsé aux côtés de Khun Anan et de son frère, Khun Sunan. Il y développe des méthodologies low-tech à travers son collectif Pur Projet, qui gère 155 sites de plantation dans trente pays.

Dans ce laboratoire de l’autonomie et du vivant, Tristan Lecomte fait de l’arbre un trait d’union entre petits producteurs et chamanes, ONG et multinationales, pour trouver – ensemble – des réponses aux problématiques du sol, de l’eau, de la biodiversité, du climat et de l’autonomie alimentaire.

Dans le contexte du changement climatique, l’enjeu est de taille. Depuis huit ans, Pur Projet a replanté cinq millions d’arbres et on en coupe dix millions chaque jour.
 
"Si nous voulions compenser l’empreinte carbone annuelle mondiale avec des arbres, nous devrions en planter 90 milliards par an", explique Tristan.

Son utopie, c’est celle de développer ces projets à grande échelle en créant des ponts entre les mondes, aussi capitalistes soient-ils. "Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres", nous dit-il, citant Lao Tseu. D’ici 2020, quinze à vingt millions d’arbres sont en commande.

Valérie Zodo et Tristan Lecomte. (Crédit : Christian Lamontagne)
Valérie Zodo et Tristan Lecomte. (Crédit : Christian Lamontagne)

Travailler avec les forces en présence

19 heures 30. Fraîchement sortie d’une douche à l’eau froide installée dehors, sur le bas-côté de la maison. Tout semble avoir une saveur particulière. Comme ce jus d’hibiscus du jardin, offert à notre arrivée après plus de quinze heures de voyage.

Dans la Pure Farm, les fruits, les légumes et le riz que nous mangeons ont été produits et préparés sur place. Nous dégustons notre repas par terre, assis en tailleur sur des coussins et des tapis tressés. À 9 000 kilomètres du bitume gris de Paris, la pénombre est douce, porteuse d’espoir et de songes.

Je me porte volontaire pour accompagner Tristan acheter des bières dans un boui-boui perdu au milieu d’une route. Nous partons sur les chemins de terre sans lumière. Tristan est calme. Il passe d’une conversation à l’autre : son fils Tibet, les plantes qui guérissent, son amitié avec un chamane au Pérou.

Arrivés à destination – un logement de fortune en plein air –, nous sommes accueillis par un monsieur édenté au sourire sincère ponctué de blagues.

"Il te demande si tu restes ici longtemps car, si oui, il t’invite demain soir à dîner", me traduit Tristan, qui parle un thaïlandais impeccable. Il ne manque pas de me raconter une anecdote – un zeste hilare – d’une soirée un peu trop arrosée dans cet endroit isolé, le seul où l’on peut faire la fête à des kilomètres à la ronde.

Production locale et autosuffisance

"Quand je suis arrivé, tout était désert, les sols étaient épuisés." (Crédit : Christian Lamontagne)
"Quand je suis arrivé, tout était désert, les sols étaient épuisés." (Crédit : Christian Lamontagne)
Sur le mur est accrochée une photo du roi de Thaïlande ; Tristan me raconte son admiration pour ce souverain : depuis 1975, il prône la production locale et l’autosuffisance. Mystérieux personnage, ce Tristan Lecomte.

Tantôt masculin, tantôt féminin, yin et yang, homme, enfant, businessman et apprenti chamane. Je m’interroge : comment a-t-il fait pour mener à bien ce projet au beau milieu de la jungle, à des milliers de kilomètres de la France ?

Qu’est venu s’embourber ici ce diplômé d’HEC, lui qui a été contrôleur de gestion chez L’Oréal ? Et Tristan de confirmer : "Quand je suis arrivé, tout était désert, les sols étaient épuisés." 
Lire la suite de l'article dans We Demain n°14 .

Texte : Valérie Zoydo
Photos : Christian Lamontagne




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE