wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Entraide entre voisins : quand les applications monétisent le lien social

Par Juliette Mantelet I Publié le 30 Janvier 2018

L’appli Mon Super Voisin veut, comme tant d'autres, développer un réseau d’entraide entre voisins. Si ces plateformes promeuvent l'entraide désintéressée, leur modèle économique repose aussi sur des prestations payantes...


L'application Mon Super Voisin vous met en relation avec le voisin idéal en moins de trois minutes grâce à son algorithme (Crédit : Mon Super Voisin)
L'application Mon Super Voisin vous met en relation avec le voisin idéal en moins de trois minutes grâce à son algorithme (Crédit : Mon Super Voisin)
Qui n'a jamais baissé les bras face à la notice de montage d'un meuble, ou n'a jamais été découragé à l'idée de passer la tondeuse ? C’est pour répondre à ces demandes du quotidien que se sont développées de nombreuses plateformes de jobbing, telle que TaskRabbitStootie, ou la petite dernière, Mon Super Voisin.

Mon Super Voisin, lancée en décembre dernier, est une application de plus sur ce marché, mais qui revendique d’offrir une meilleure expérience à ses utilisateurs, grâce à son algorithme de "matching".

Plus de recherche à faire, ce dernier se charge de vous mettre en relation avec vos voisins selon la tâche, les compétences requises, la localisation, le budget ou encore la disponibilité. Avec un "match" promis en seulement trois minutes. Même plus besoin de faire l’effort d’engager la conversation, l'application s'occupe elle-même d’avertir le voisin correspondant. Une carte indique aussi toutes les missions à proximité.

Vous pouvez y proposer des missions très variées, de la plomberie au ménage jusqu'à la réparation d’un ordinateur ou l’entretien de votre jardin. Elles peuvent être rémunérées ou gratuites, et faire aussi l’objet d’un échange de cadeaux proposés par l’application : coffrets Wonderbox, places de cinéma… 

Le bricolage pour recréer du lien social (Crédit : Mon Super Voisin)
Le bricolage pour recréer du lien social (Crédit : Mon Super Voisin)

Perte du lien social

Selon Mon Super Voisin, "l’application a été imaginée dans le but de favoriser l'entraide de voisinage dans un quartier". En effet, en 2016 selon une étude de la start-up CityLity, 52,5 % des personnes interrogées ne connaissaient pas le prénom de leur voisin de palier.  

Lucas Frémont, co-fondateur de Mon Super Voisin, déplore la perte de ce lien social de proximité dans la société actuelle, et met en cause les solutions alternatives comme Ubereats, Netflix ou Amazon. 
"Avec ces services on peut regarder tous les films qui existent, avoir son repas tout fait, recevoir n’importe quel objet livré en une journée. Or ces habitudes de consommation généraient autrefois du lien social. On sonnait à la porte de son voisin s’il nous manquait quelque chose." 
C’est cette envie de se dépanner entre voisins que Lucas Frémont et ses collaborateurs affirment vouloir recréer avec Mon Super Voisin. Les fondateurs souhaitent aussi modifier nos modes de consommation en permettant aux moins fortunés de bénéficier d’une entraide sociale pouvant être gratuite.

Mais il existe aussi des missions payantes sur l’application, qui permettent donc à certains utilisateurs de toucher un revenu complémentaire. La seule solution pour recréer le lien social est-elle donc de le rendre payant ?

Le lien social a désormais un coût  (Crédit : Shutterstock)
Le lien social a désormais un coût (Crédit : Shutterstock)

L’entraide a un coût

Il existe aujourd’hui une vraie tendance des plateformes de "jobbing" entre particuliers qui ne cessent de se multiplier, particulièrement autour de l'entraide entre voisins et des petits services, en surfant sur la vague de l’économie du partage. Ces initiatives transforment alors d'une certaine manière ce qui autrefois relevait juste de l'envie spontanée de se dépanner entre voisins en une activité, bien souvent rémunérée.

Pourtant, ces applications semblent plaire, puisqu'une plateforme comme Stootie revendique plus d'un million d'utilisateurs et près de 1 000 demandes par jour. 

Le paroxysme de cette tendance s’incarne peut-être dans le service, Veiller sur mes parents, mis en place par La Poste, où moyennant au minimum 19,90 € par mois, votre facteur peut rendre visite pendant sa tournée à vos proches âgés qui vivent seuls et vous communiquer un compte-rendu de cette visite. L’échange humain semble bel et bien en voie de monétisation… 






[INFO PARTENAIRE]
Envie d'en savoir plus sur la maison de demain, d'explorer les nombreuses mutations qui parcourent le monde de l'habitat, de mettre en place des solutions pour mieux vivre chez soi ?



wedemain.fr sur votre mobile