Connectez-vous S'inscrire

Faim de petits plats frais et locaux ? Vos voisins peuvent les cuisiner pour vous

Par I Publié le 26 Avril 2016

Pepeat est une plateforme qui met en relation des cuisiniers amateurs et des consommateurs en quête de petits plats fait maison. Une formule plus économique que le restaurant et plus saine que les traditionnels plats préparés.


Pepeat propose à des auto-entrepreneurs de cuisiner depuis chez eux. (Crédit : Pepeat)
Pepeat propose à des auto-entrepreneurs de cuisiner depuis chez eux. (Crédit : Pepeat)

Comment manger sainement quand on n'a pas le temps de cuisiner ? Confrontés à ce problème, deux étudiants lillois ont créé Pepeat. Une plateforme collaborative lancée en janvier 2016, qui permet de trouver des petits plats maisons cuisinés par les habitants du quartier.
 

"Notre idée c'est d'offrir une alternative aux plats préparés - qui sont souvent plein d'additifs - et aux restaurants qui sont généralement trop chers", explique Louis Fresel, l'un des deux cofondateurs.


Partenariat avec la Ruche qui dit Oui

Sur Pepeat, deux heures minimum avant leur repas, les utilisateurs peuvent choisir parmi les menus proposés : Cuisine du monde, repas végétariens ou spécialités locales y sont vendus aux alentours de dix euros pour une formule entrée-plat-dessert. 



Ces formules sont cuisinées par les "Pepeatos", des cuisiniers amateurs qui se mettent aux fourneaux une fois la commande passée. De préférence avec des ingrédients locaux, grâce à un partenariat signé entre Pepeat et la Ruche qui dit Oui. Les repas sont ensuite emballés dans des boîtes biodégradables et micro-ondables fournies par la plateforme, que les consommateurs n'ont plus qu'à venir les chercher chez le cuisinier.


Louis Fresel et Florent Angles sont venu présenter leur start-up à Sharing Lille, le 21 avril 2016 (Crédit : Jean-Jacques Valette)
Louis Fresel et Florent Angles sont venu présenter leur start-up à Sharing Lille, le 21 avril 2016 (Crédit : Jean-Jacques Valette)

"Pour nous cette rencontre [entre le cuisinier et le client] est importante car elle créé du lien social et permet à des passionnés de cuisine de se rencontrer", explique Florent Angles, le second cofondateur de la plateforme.


Une façon également de répondre à un problème récurrent pour les start-up qui se lancent dans le domaine de l'alimentation : assurer confiance et transparence sur la façon dont sont préparés les produits. À noter qu'un système de notation permet aussi de s'assurer de la fiabilité des cuisiniers amateurs.

 



Combien gagnent ces derniers ? "Sur un menu à 10 euros, notre plateforme prend une commission de 15 %, soit 1,5 euros. Le cuisinier réalise quant à lui une marge de 50 %, le reste couvrant le prix des ingrédients", explique Louis Fresel.

Une nouvelle activité pour ceux et celles qui aspirent à travailler depuis chez eux ?





Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !



DÉCOUVREZ WE LIFE PAPIER by WE DEMAIN LA REVUE




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE