Planète

Glyphosate et malbouffe : quand les lobbies font la loi à l'Assemblée

Par I Publié le 29 Mai 2018

L'herbicide de Monsanto ne sera pas officiellement interdit, pas plus que les publicités pour la malbouffe pour enfants. En cause, la pression, sur les députés, d'acteurs économiques dont les intérêts auraient été compromis par de telles mesures...


Les produits trop gras ou trop sucrés déstinés aux jeunes pourront continuer à être vantés à la radio (Crédit : Phil Whitehouse / Wikimedia Commons)
Les produits trop gras ou trop sucrés déstinés aux jeunes pourront continuer à être vantés à la radio (Crédit : Phil Whitehouse / Wikimedia Commons)
L’engagement du président Macron de sortie du glyphosate en 2021 ne sera pas gravé dans la loi. Ainsi en a décidé l’Assemblée nationale la nuit dernière. Après la décision de l’Union européenne en novembre 2017 de renouveler la licence de l’herbicide jugé cancérogène par l’OMS pour cinq ans, le président de la République avait promis qu’il serait interdit en France dès que des alternatives auront été trouvées, au plus tard dans trois ans.

Des amendements allant en ce sens avaient été déposés dans la loi "Agriculture et Alimentation", actuellement en débat au Parlement. Des textes qui venaient à la fois de la Commission du développement durable, des anciens ministres Guillaume Garot, Delphine Batho et Barbara Pompili, du député LRM Mathieu Orphelin proche de Nicolas Hulot, et de son collègue Insoumis Loïc Prud’homme. Ce dernier avait au passage pris soin de rappeler que Monsanto, qui fabrique le Round Up, avait pesé sur la rédaction d’études scientifiques lors du le scandale des "Monsanto Papers".

Rien n’y a fait : Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, soutenu par la majorité La République en marche et les Républicains a rejeté tous les amendements : "Poursuivons les recherches sur les alternatives", a justifié le ministre. "Soyons en confiance avec les agriculteurs", a ajouté Richard Ferrand président du groupe LRM. "Ne pénalisons pas les agriculteurs", a confirmé son collègue Les Républicains Christian Jacob, lui-même ancien responsable de la FNSEA, le syndicat qui avait  demandé aux députés "de ne pas alourdir la barque des agriculteurs".

Un autre amendement, visant à interdire ou encadrer l’utilisation des pesticides à proximité des résidences habitées, a connu le même sort, pour les mêmes raisons. Des votes "emblématiques de ce qu’est le renoncement du gouvernement sur le modèle agricole", a estimé l'Insoumis Loïc Prud’homme.

"Lavage de cerveau des jeunes"

La nuit précédente, ce sont les lobbys agro-industriels qui avaient obtenu gain de cause : L’Assemblée a rejeté l’interdiction des publicités pour les produits alimentaires (ou les boissons) trop gras, trop sucrés ou trop salés à destination des enfants.

Des amendements avaient été déposés par des députés aussi bien macronistes que socialistes, Insoumis ou Républicains. La députée LRM Anne-Laurence Petel avait rappelé, qu’en France, un enfant sur six est en surpoids, notamment dans les milieux les plus modestes, et que les industriels visent à l’envi des codes de l’enfance comme les Nounours ou autres bonbons transformés en personnages de BD.

L’Insoumis Loïc Prud’homme a évoqué un lavage de cerveau des jeunes, Guillaume Garot a plaidé pour que l’on pose un principe… En pure perte : Les amendements ont été rejeté, sous couvert d’arguments plus ou moins spécieux : "Il vaut mieux responsabiliser les parents que légiférer", "on risque de mettre des industries en danger", "c’est impossible juridiquement »…

Un élément a été oublié, et pour cause : les présidents de TF1, France Télévisions, Lagardère Active et NRJ, qui diffusent des émissions s’adressant aux adolescents, ont écrit au gouvernement et à des députés pour dire leur opposition aux restrictions à la publicité alimentaire… qui constitue une partie de leurs recettes.

Tant pis pour l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui tire la sonnette d’alarme sur le surpoids et l’obésité liés à la malbouffe, notamment chez les jeunes… Et pour le ministre de l'Écologie Nicolas Hulot, qui vient encore de perdre deux arbitrages.











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile