wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Grâce à ce potager connecté, récoltez plus d’un kilo de légumes chaque mois

Par I Publié le 25 Avril 2018

Cinq étudiants-entrepeneurs développent un nouveau potager connecté : le Pousse Légume. Il sera beaucoup grand que les potagers connectés individuels existants, et permettra de faire pousser jusqu’à 24 plantes simultanément.


Le Pousse Légume est un potager format électroménager Made In France. (Crédit : Pousse Légume)
Le Pousse Légume est un potager format électroménager Made In France. (Crédit : Pousse Légume)
Un petit creux ? Et si vous alliez directement cueillir une salade fraiche à côté de votre frigo ? Dans la cuisine du futur, des potagers individuels s’encastreront comme d'autres appareils électroménagers. C’est en tout cas le pari de Pousse Légume. Le cinq étudiants fondateurs de cette start-up ont conçu un potager connecté Made in France aux mêmes dimensions qu’un four traditionnel.
 
Ils ne sont pas les premiers à avoir inventé un potager connecté domestique, mais les modèles existants ont plutôt la taille d'une jardinière. Celui-ci, plus grand, permet d’installer deux plateaux à l'intérieur. Sur chacun d'eux, l’utilisateur peut planter jusqu’à 12 plantes. L’appareil permet ainsi de récolter "de 500 à 800 grammes de légumes tous les dix jours", assure Anthony Thirion, co-fondateur. 

Des plantations variées

Le Pousse-Légume permet de planter quatre catégories de plantes différentes : des aromates, des jeunes-pousses (pousse de betteraves, de poireaux, de chia…), des mini-légumes (carottes rondes, oignons blanc, poireaux format crayon…) ou encore des fleurs comestibles (pensées tricolores, souci…).
      
"Chaque espèce a une exigence différente. Il faut donc planter le même type de culture, qui nécessite les mêmes paramètres, sur chaque plateau", explique Anthony Thirion.

Ce potager connecté permettrait de récolter 500 à 800 grammes de légumes tous les dix jours. (Crédit : Pousse Légume)
Ce potager connecté permettrait de récolter 500 à 800 grammes de légumes tous les dix jours. (Crédit : Pousse Légume)
La jeune start-up a mis au point une méthode baptisée "l’hydroponie progressive".  Globalement, le fonctionnement est le même que l’hydroponie conventionnelle : pas de terre, un substrat neutre, et les racines qui trempent dans une solution nutritive.
     
"La différence est que nous respectons le cycle de vie de la plante. La luminosité mime celle du soleil : une progression lente avec un pic à midi. Cette technique fonctionne avec tous les autres paramètres : humidité, température ambiante, température de l’eau, quantité de nutriments…", développe le co-fondateur.
      
Chaque cycle de culture nécessite 10 litres d’eau (de la plantation jusqu'à la récolte). Il faut donc remplir le réservoir à chaque fois qu’une nouvelle culture est lancée. Il suffit ensuite d’appuyer sur un bouton et le logiciel s’occupe du reste. Côté électricité, Anthony Thirion assure que le potager consomme l'équivalent de 50 euros par an, "un peu moins qu’un frigo".
 
L’entreprise propose plusieurs types de substrats en fonction des plantes. Pour les jeunes-pousses, elle privilégie une "absence du substrat", c’est-à-dire un support imprimé en 3D, sans terre, avec un tapis de graine déposé dessus. "Pour les aromates il vaut mieux opter pour la fibre de coco et du sable pour les oignons ou les carottes", poursuit l’étudiant-entrepreneur de Strasbourg. 

Ne pas être enfermé dans un système

Le point positif de cet énième potager connecté est de ne pas enfermer l'utilisateur dans l'écosystème de la marque. Pousse Légume proposera un abonnement trimestriel avec des graines et le substrat, mais le propriétaire du potager peut aussi se fournir dans n’importe quelle jardinerie. 

Le Pousse Légume devrait être vendu à partir de 600 euros d'ici moins d'un an. (Crédit : Pousse Légume)
Le Pousse Légume devrait être vendu à partir de 600 euros d'ici moins d'un an. (Crédit : Pousse Légume)
"Nous proposerons des graines atypiques, qu’on ne trouve pas dans les jardineries classiques, comme de la stevia, de la menthe bergamote ou chocolat, ou encore de la sauge citron", justifie Anthony Thirion.
      
Pour le moment, la start-up est en phase de finalisation du prototype. Elle débutera ensuite une phase de test de neuf mois avec des restaurateurs qui utiliseront le potager au quotidien.
 
Le potager Pousse Légume devrait être en vente courant mars 2019 pour les particuliers, à partir de 600 euros. Une application est également en cours de développement pour envoyer des alertes lorsque la culture est prête ou pour entretenir le jardin.

Reste à savoir si le goût sera le même que celui des légumes qui ont poussé au soleil.
 





[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


wedemain.fr sur votre mobile