Connectez-vous S'inscrire
We Demain, une revue pour changer d'époque
Société-Économie

Grâce à la blockchain, deux ingénieurs créent un coffre-fort numérique pour les sans-abri

Par Alice Pouyat I Publié le 4 Janvier 2018

L’association Reconnect a créé un "cloud solidaire" qui permet aux personnes sans toit d’archiver leurs documents administratifs, et de faciliter leurs démarches. Un système bientôt sécurisé grâce à la technologie blockchain.


Les intéressés peuvent demander l'aide de travailleurs sociaux pour créer leur compte (Crédit: Reconnect)
Les intéressés peuvent demander l'aide de travailleurs sociaux pour créer leur compte (Crédit: Reconnect)
L’idée a mûri lors de maraudes à la Gare du Nord, à Paris. Vincent Dallongeville, ingénieur devenu membre du groupe d’action sociale SOS, y rencontre de nombreuses personnes sans abri, et souvent le même problème : ces personnes perdent fréquemment leurs papiers. Carte d’identité, carte de séjour, fiche de paye peuvent être égarées dans la rue, abîmées, volées…
 
"Ces pertes de papiers ont des conséquences graves car les acteurs sociaux doivent les retrouver, réitérer les mêmes démarches, ce qui freine l’accès aux droits des sans-abri", souligne Vincent Dallongeville.

Pour rappel, 25 % des personnes éligibles au RSA n’y ont pas recours en France.
 
Devant ce problème, Vincent Dallongeville et son ami Pierre Digonnet lancent en 2016 l'association Reconnect. Leur objectif : proposer aux personnes sans abri un "cloud solidaire", une sorte de coffre-fort numérique dans lequel elles pourront stocker et organiser tous leurs documents numérisés, un peu comme un Google Drive ou une Dropbox.

"Si elle n’ont pas accès à internet, elles peuvent demander l’aide de leurs proches ou de travailleurs sociaux", précise l’ingénieur. Avantage du système:  elles peuvent aussi leur donner un accès total ou partiel à leur compte.

La blockchain pour certifier les données

En deux ans, 3 000 comptes ont été créés. Avec une préoccupation croissante : celle de la sécurisation de toutes ces données personnelles. Reconnect vient donc d'opter pour la technologie blockchain.

Développée initialement pour la cryptomonnaie bitcoin, cette technique permet de créer des bases de données collectives sans organe central de contrôle. L’historique de toutes les modifications est enregistré par les différents utilisateurs du réseau, ce qui rend "la chaine" transparente et supposément infalsifiable.

Pour le fondateur de Reconnect, il s'agit du "moyen le plus sûr et le plus économique de sécuriser ces données". D’autant qu'il a obtenu le soutien gracieux de la start-up spécialisée Blockchain Partner pour développer la technologie dès mars prochain, aidé d’étudiants de CentraleSupelec.

Un cryptomonnaie solidaire ?

Du côté des organismes sociaux, on regarde ces innovations avec intérêt. Le Samu Social l'utilise déjà dans une quinzaine de centres d'hébergement.
 
"L’outil demande une formation des travailleurs sociaux et un accompagnement humain mais il est bien sécurisé et bien adapté à nos besoins, avec plusieurs catégories, santé, emploi, etc. On peut aussi envoyer des SMS de rappel de rendez-vous. Il répond à une vraie urgence", estime Etienne Marchal, responsable de projet au Samu.

Reconnect travaille également avec la Croix Rouge et l’association Aurore, soit 200 établissements au total, à qui elle vend des licences d’utilisation à un prix proportionnel à leur budget. Peu à peu, elle espère s’étendre à un maximum de structures sociales et de services de l'État, par exemple aux Hôpitaux de Paris pour un meilleur suivi des personnes sans abri.
 
"Savoir que tous mes documents sont sauvegardés m'apporte une sécurité", témoigne Corrine E., 31 ans.

Aux Etats-Unos, l'application Fummi doit permettre aux sans-abris de gérer leurs droits sociaux (Crédit: Blockchain for change)
Aux Etats-Unos, l'application Fummi doit permettre aux sans-abris de gérer leurs droits sociaux (Crédit: Blockchain for change)
Après avoir vécu un temps dans la rue, cette jeune femme a trouvé refuge dans un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) du Marais à Paris, où elle s'est approprié l'outil. "J'ai enregistré mon CV et mon livret de famille. Je peux maintenant les envoyer par mail pour obtenir la CAF, c'est plus facile."

Cette utilisation sociale du numérique s’inscrit dans une tendance globale. Dans l’État de New York, l’association Blockchain for Change entend distribuer 200 000 téléphones à des sans-abris en 2018. Ces derniers seront dotés d’une application qui permet non seulement de gérer leur identité numérique mais aussi d’accéder à des services sociaux, de recevoir de l'argent des organismes publics et de payer en ligne certaines factures grâce à une cryptomonnaie créée pour l'occasion, le "change coin". Une expérimentation qui sera suivie "de près" par les Français de Reconnect.




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE