Connectez-vous S'inscrire

Grâce au chou rouge, il est possible de mesurer l'acidité des océans avec un t-shirt

Par I Publié le 11 Juillet 2017

Pour sensibiliser le grand public aux conséquences environnementales de l’acidification des océans, deux marques de mode ont créé un t-shirt, qui mesure le PH de l'eau grâce à une teinture à base de chou rouge.


La couleur de ces t-shirts dépend du PH de l'eau de lavage (Crédit : Thomas Bolwell)
La couleur de ces t-shirts dépend du PH de l'eau de lavage (Crédit : Thomas Bolwell)
Pour alerter sur l’acidification des océans, un studio de mode britannique The Unseen et le concept store The Lost Explorer ont réalisé une vidéo qui présente une solution étonnante. Dans cette dernière, ils expliquent comment faire un t-shirt qui mesure le PH de l’eau en utilisant du... chou rouge.
« Le jus de ce légume contient de l’anthocyanine et peut donc être utilisé comme un indicateur de PH », précise Lauren Bowker, fondatrice de The Unseen au magazine Wired.

La première étape consiste à faire bouillir pendant deux heures un t-shirt en coton dans de l’eau associée à des cristaux de soude.

Pour ouvrir les fibres textiles, il faut par la suite faire tremper le t-shirt entre 24 heures et quatre jours dans un mélange d’eau bouillante et de solution d’acide acétique à 5 %.

Enfin, pour réaliser la teinture, il suffit ne reste qu'à faire bouillir pendant une heure un chou rouge émincé et le t-shirt. La couleur du vêtement changera en fonction de l'eau avec laquelle il sera mis en contact. Plus l'eau est acide, et plus il tend vers le rouge. Plus elle est basique, et plus le t-shirt est violet.

L'acidification des océans, néfaste pour les organismes marins

Lauren Bowker veut attirer l'attention sur l'une des conséquences du changement climatique, celle de l'acidification des océans.

Un phénomène dû à l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère, dont environ 30 % se dissout dans les océans. On le retrouve dans l’eau sous différentes formes, dont l’acide carbonique. Cette réaction chimique est à l’origine d’un déséquilibre chimique de l’eau de mer. Ce dernier a des effets délétère sur les organismes marins : huîtres, palourdes, coraux ou encore planctons.
 
Avec cette expérience, The Unseen et The Lost Explorer ont également voulu attirer l’attention sur le fait que l’industrie textile est, selon la Banque mondiale, responsable de 17 à 20 % de la pollution de l’eau dans le monde, à cause des teintures et traitements chimiques des textiles.






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !



DÉCOUVREZ WE LIFE PAPIER by WE DEMAIN LA REVUE




WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE