Connectez-vous S'inscrire
wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

Grâce au financement participatif, ce village français s'offre le premier parc solaire citoyen

Par Livia Garrigue I Publié le 14 Janvier 2018

À Luc-sur-Aude, en région Occitanie, le premier parc solaire participatif de France est entré en fonction, mi-décembre. Grâce à un financement participatif, un quart des 220 habitants est actionnaire de cette centrale photovoltaïque.


Le parc solaire citoyen de Luc-sur-Aude, en région Occitanie. (Crédit : 1, 2, 3 Soleil)
Le parc solaire citoyen de Luc-sur-Aude, en région Occitanie. (Crédit : 1, 2, 3 Soleil)
"1, 2, 3, Soleil !" : si cette exclamation vous évoque un jeu d'enfant, sachez que c’est aussi le nom du premier parc solaire citoyen français, c'est-à-dire financé et géré par les habitants d'une commune afin d'assurer leur propre éclairage. En participant à la construction de leur propre centrale solaire, les habitants du village de Luc-sur-Aude, en région Occitanie, ont décidé d’être les acteurs de leur transition énergétique. 
 
Cette centrale solaire de 8 000 , qui a poussé dans la garrigue du Languedoc-Roussillon en quelques mois, est opérationnelle depuis mi-décembre. Sa puissance de 250 KWc couvre la consommation hors chauffage de la totalité des Lucois. L'énergie produite par les panneaux solaires est revendue à Enercoop, fournisseur coopératif spécialisé dans les énergies renouvelables.

Jean-Claude Pons, maire de Luc-sur-Aude, a vu défiler pendant des années des développeurs qui souhaitaient construire un parc solaire dans sa commune. Mais il a choisi de se tourner vers ses propres administrés en les impliquant pleinement dans le projet.
 
"On s’est rendus compte qu’à chaque fois qu’il y avait un projet d’énergies renouvelables, des investisseurs lointains emportaient la plupart des plus-values sur l’installation", explique Jean-Claude Pons dans une vidéo.

Les panneaux solaires de Luc-sur-Aude (Crédit : 1,2,3 Soleil)
Les panneaux solaires de Luc-sur-Aude (Crédit : 1,2,3 Soleil)

275 000 euros récoltés en trois semaines dans le village

"C’est un petit parc à taille humaine, mais c’est un parc citoyen !", souligne fièrement Georges Mounier, président de la société 1, 2, 3 Soleil, qui a rencontré Jean-Claude Pons pendant de leur carrière dans une entreprise de certification bio. Leur sensibilité à la transition écologique ne date donc pas d'hier.
 
Convaincre les Lucois de lancer un financement participatif pour "1, 2, 3 Soleil" a demandé un brin de pédagogie.
 
"La mairie a fait un travail d’animation, de sensibilisation auprès des citoyens, raconte Georges Mounier. Elle a aussi fait appel à une sociologue pour mieux cerner les attentes et les freins des citoyens."

Ce travail a vite porté ses fruits : 275 000 euros ont été récoltés en moins d'un mois. Un quart de la bourgade est actionnaire, et même des enfants de Luc-sur-Aude se sont prêtés au jeu, chaperonnés par leurs parents. Ils recevront leurs dividendes à leur majorité.
  
"La motivation de beaucoup de souscripteurs, c’est de participer à la transition écologique. Y investir son épargne a du sens. La rémunération des actionnaires sera supérieure à celle d’un compte d’épargne, ajoute Georges Mounier."

Jean-Claude Pons, maire de Luc-sur-Aude (à gauche) en visite sur le chantier (Crédit : 1, 2, 3 Soleil)
Jean-Claude Pons, maire de Luc-sur-Aude (à gauche) en visite sur le chantier (Crédit : 1, 2, 3 Soleil)
Le financement participatif en actions a été lancé sur Enerfip, plateforme spécialisée dans l’énergie solaire. Des permanences ont aussi été ouvertes pour rencontrer directement les 220 habitants de la bourgade, et permettre à ceux qui n'ont pas internet de payer par chèque.

Finalement, la centrale compte donc 286 actionnaires, habitant principalement la région Occitanie. Un financement réussi, auquel se sont ajoutés 100 000 euros de la Région pour couronner l'engagement citoyen.

Sédition énergétique

Assiste-t-on à la naissance d'une sédition énergétique à l'échelle des villages ? D'autres communes se réapproprient déjà collectivement la consommation de l'électricité en y ajoutant une composante citoyenne et participative. Parmi elles, Aubais, commune de 2600 habitants dans le Gard, où un parc solaire sera construit sur une ancienne décharge par l’association "Les survoltés ".
 
"Le maire de Luc-sur-Aude, note Georges Mounier, est régulièrement sollicité par des communes de la région qui envisagent d’opter pour un parc solaire participatif. L'objectif, c’est 1 commune = 1 parc solaire."

Ces initiatives dépassent la seule question d'une reprise en main écologique : "Le projet permet aux citoyens de s'investir pour la redynamisation de la démocratie locale", lit-on sur le site des "Survoltés".

La construction du parc solaire de Luc-sur-Aude s'est terminée mi-décembre. (Crédit : 123 Soleil)
La construction du parc solaire de Luc-sur-Aude s'est terminée mi-décembre. (Crédit : 123 Soleil)

Marmagne, dans le Cher, a été pour sa part le premier village à faire totalement sécession avec EDF. La commune vise une complète autoconsommation d’électricité. Pour combler 70 % des besoins des 2000 habitants de la commune d'ici 2019, des panneaux solaires seront installés sur les bâtiments publics, et d’autres installations sont prévues par la suite, comme une grande batterie afin de stocker de l’électricité.

 







[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE