wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

Grand débat : les idées de nos lecteurs pour mieux se loger

​Dans le cadre du Grand débat national, We Demain vous vous a proposé de partager des idées pour mieux se loger et habiter demain. Alors que ce débat touche à sa fin, retour sur ces propositions.

Par Alice Pouyat I Publié le 20 Mars 2019


Dans le cadre du Grand débat, les lecteurs de We Demain plaident pour des logements plus écologiques, plus abordables et plus mobiles. (Crédit : Shutterstock)
Dans le cadre du Grand débat, les lecteurs de We Demain plaident pour des logements plus écologiques, plus abordables et plus mobiles. (Crédit : Shutterstock)
Lancé le 15 janvier par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des Gilets jaunes, le Grand débat national a officiellement pris fin le 15 mars, avant l'annonce des mesures du gouvernement entre avril et juillet.

We Demain s'est invité dans ce débat et vous a proposé de partager des idées sur deux thèmes : les alternatives à la voiture individuelle et le logement. Habitats plus économiques, plus écologiques, plus modulables et partagés, retour sur vos idées.

Des logements plus accessibles

Des logements plus accessibles ! Voici votre principale attente et ce n'est pas un hasard. Les prix de l'immobilier ont flambé dans les grandes villes en 2018 (+ 6 % à Paris + 8 % à Lyon...) faisant du logement le premier poste de dépense des Français. Aussi, vous avez été nombreux à appeler à des mesures rapides et contraignantes pour endiguer la spéculation. 
 
Certains d'entre-vous proposent d’intégrer des quotas de logements sociaux dans toutes les constructions par exemple, comme a pu le faire Vienne en Autriche, l'une des rares capitales européennes où les loyers restent assez stables et qui maintient une mixité sociale dans ses quartiers. Un lecteur propose quant à lui de plafonner les loyers pour les propriétaires ayant remboursé leur bien.
 
Pour lutter contre le mal-logement, qui touche 4 millions de personnes en France – un problème notamment rappelé par le drame de la rue d'Aubagne à Marseille –, certains pointent la possibilité de réquisitionner les nombreux bâtiments et bureaux inoccupés. Au moins de façon temporaire, pour les sans-abri en hiver, comme le fait par exemple cette association toulousaine.
 
D’autres suggèrent la mise en place d’un "permis de louer" décerné aux propriétaires par les services d’hygiène après vérification de la salubrité de leur bien. Un rempart contre les marchands de sommeil déjà en vigueur dans certaines collectivités, mais assez compliqué à systématiser.

Des habitats plus communautaires

Vous êtes nombreux aussi à soutenir le développement de logements collectifs plus mutualisés.
 
"La densificiation est inévitable", souligne l’un d’entre vous, rappelant que près de 75 % de la population mondiale vivra en ville d’ici 2050. Mais pas question de revenir aux grands ensembles de l'après-guerre : "Il faut construire des logements capables d’accueillir un grand nombre de personnes mais dans le respect de l’être humain, bref s’inspirer des Cités radieuses de Le Corbusier", estime un autre lecteur.
 
Dans cet esprit, vous appelez aussi à multiplier les coopératives d’habitants et les "logements partagés", avec des espaces, "des garderies", "des buanderies", des voitures communes pour développer les liens sociaux, la convivialité, mais aussi pour réduire l’impact écologique des habitants. Un lecteur cite la plateforme Yvivre qui propose de concevoir une résidence sur-mesure avec ses voisins.
 
Pour aller encore plus loin, vous vantez aussi les éco-quartiers et écovillages, "où tout est pensé pour vivre de façon plus harmonieuse", avec une consommation responsable et des biens mutualisés.

Des logements bioclimatiques et mieux isolés

Plus généralement, vous plaidez pour le développement d’habitats plus écologiques et mieux isolés.
 
Nécessaire, quand on sait que le secteur du bâtiment est responsable d'environ 45 % de la consommation d’énergie de la France et de 25 % de ses émissions de gaz à effet de serre. Le retard pris dans la rénovation et l'isolation des bâtiments touche plus durement 7 millions de Français en situation de précarité énergétique.

Vous proposez notamment des normes plus strictes pour les promoteurs immobiliers, des aides plus incitatives pour encourager les particuliers à rénover leurs logements puisque ces travaux sont souvent peu rentables à court terme, mais aussi le développement d’habitats bioclimatiques, passifs ou à énergie positive capables de se passer pratiquement de chauffage, ou même des constructions biomimétiques s’inspirant du génie de la nature pour faire des économies d’énergie. 
 
Une façon aussi de réduire les inégalités, souligne l’un d’entre vous : "Une personne ne pouvant se payer l’électricité, par exemple, pourra s'en passer avec une maison passive."
 
Certains louent aussi les vertus des matériaux naturels, locaux et biodégradables, comme le bois ou le chanvre pour la construction, des alternatives intéressantes au béton. Vous avez par exemple cité en exemple les maisons en paille de Tom Rijven.

Habitats nomades et égalité territoriale

Vous demandez aussi à faire évoluer la loi pour favoriser le développement d’habitats alternatifs et nomades comme les maisons containers ou les tiny house, qui ne peuvent pas toujours stationner et donc se déplacer facilement. 
 
De quoi, selon vous, "revitaliser les espaces ruraux". Plusieurs lecteurs ont d'ailleurs appelé à une décentralisation afin de lutter contre les inégalités territoriales dénoncées par les Gilets jaunes, à l’origine du grand débat.

Reste à voir désormais quelles seront les réponses du gouvernement à vos demandes et plus largement à celles des Français.




[INFO PARTENAIRE]
Découvrez notre nouveau catalogue Inspiration 2019 pour vous donner des idées !



wedemain.fr sur votre mobile