wedemain.fr
[WE DEMAIN Info Partenaire]

Gyrolift, la mobilité augmentée

Alexandre Anquart I 16 Août 2018

Basé sur la technologie du gyropode*, Gyrolift offre aux personnes à mobilité réduite la possibilité de se déplacer aussi bien assis… que debout. L’outil est maniable et passe-partout, réagissant aux mouvements du corps. Au quotidien, il vise à améliorer la vie professionnelle des salariés handicapés et pourrait ouvrir la voie à d’importantes avancées en matière d’accessibilité. Concourant dans la catégorie Smart Health & self, Gyrolift fait partie des douze finalistes des Prix EDF Pulse 2018.


Lambert TRENORAS, PDG et cofonfateur de Gyrolift, Thamila FALI et Tafsut TAGNITHAMMOU, ingénieures système embarqué temps réel, devant la dernière version prototype du Gyrolift.
Lambert TRENORAS, PDG et cofonfateur de Gyrolift, Thamila FALI et Tafsut TAGNITHAMMOU, ingénieures système embarqué temps réel, devant la dernière version prototype du Gyrolift.
"Analyse et interprétation des variations intentionnelles ou perturbatrices de la station debout sur gyropode" : c’est en acceptant ce sujet de thèse en 2011 que Lambert Trénoras, alors doctorant en robotique, a intitié ce qui deviendrait Gyrolift quelques années plus tard. Un système qui permet aux personnes handicapées et en fauteuil de pouvoir se tenir quasiment debout et de se déplacer.
    
"C’est l’un de mes associés actuels, Luc Soubielle, président de l’association Handipode, qui avait proposé à mon directeur de thèse, Éric Monacelli, professeur à l’université de Versailles, de s’intéresser à ce sujet, se souvient Lambert Trénoras. Son constat initial était que dans le domaine de l’aide à la mobilité, la technologie était totalement archaïque et qu’il en existait une autre, totalement novatrice  : le gyropode." 
    
Rapidement, les premiers prototypes sont créés, et les résultats s’avèrent concluants. "Le gyropode est un système très compact, très maniable, sans angle de braquage et qui permet un franchissement accru des obstacles", détaille Lambert Trénoras.

Manier un gyropode nécessite que l’utilisateur recoure à son centre de gravité : se pencher en avant pour avancer, en arrière pour reculer, un guidon lui permettant de tourner et de pivoter. Mais les créateurs du Gyrolift y ont ajouté une fonction supplémentaire fondamentale : la verticalisation.
    
"Pouvoir se verticaliser est un avantage physiologique majeur, cela permet la réduction des escarres et la consolidation des os, facilite la circulation sanguine et la digestion", énumère l’inventeur du Gyrolift.
   
Permettant d’accéder à des objets en hauteur ou à des plans de travail "conventionnels", cette solution de mobilité facilite l’autonomie des personnes âgées et/ou en situation de handicap.
   
"Enfin, l’avantage est aussi d’ordre psychologique. Être à la même hauteur que son interlocuteur quand on lui parle permet de rompre la connotation visuelle du fauteuil roulant tel qu’on le connaît tous", assure le chercheur.
     
Actuellement en phase de levée de fonds auprès d’investisseurs privés et d’organismes publics, comme la Banque publique d’investissement, l’équipe de Gyrolift envisage de lancer l’industrialisation de son troisième prototype d’ici à l’automne 2018, pour une commercialisation en fin d’année. Le dispositif, proposé à la vente entre 10 000 et 16 000 € ou en location longue durée sur 36 mois, sera d’abord déployé auprès des entreprises "qui font face à la problématique du maintien et de l’insertion dans l’emploi pour des personnes à mobilité réduite", précise Lambert Trénoras.

La solution rend ainsi accessible à des personnes âgées et/ou en situation de handicap des postes qui nécessitent des aménagements spécifiques et coûteux. "Cela permet potentiellement à des entreprises d’au moins 20 salariés de respecter l’obligation d’employer au moins 6 % de travailleurs handicapés, de valoriser leur politique RSE, de participer activement à l’insertion dans l’emploi, etc.", explique le cofondateur de Gyrolift. 

Ce fauteuil roulant permet de garder son passager debout. (Crédit : Gyrolift).
Ce fauteuil roulant permet de garder son passager debout. (Crédit : Gyrolift).
Enedis a déjà commandé plusieurs unités du Gyrolift afin de les évaluer sur son site lyonnais. La mairie de Vélizy-Villacoublay et l’université de Versailles se sont aussi équipées de la solution.
   
"Nous sommes également en discussion avec Thalès qui envisage d’équiper de plusieurs Gyrolift son site de Bordeaux", ajoute Lambert Trénoras qui souhaite rendre son module "le plus universel possible, et capable de répondre aux besoins d’une grande majorité d’utilisateurs potentiels".
   
Ainsi, le Gyrolift est personnalisable  : " Si une personne ou une entreprise veut un gyropode tout terrain ou au contraire une version très compacte et adaptée au milieu urbain, elle pourra choisir le modèle de gyropode qui lui convient, que nous adapterons avec notre équipement", précise-t-il.
 
Hormis la base du Gyrolift (le modèle de gyropode que l’utilisateur peut choisir), et quelques pièces électroniques complexes, sa fabrication est presque entièrement française, de l’usinage des pièces mécaniques jusqu’à l’assemblage. Cohérence oblige, et parce que "contrairement aux idées reçues la démarche n’est pas plus coûteuse", précise Lambert Trénoras, la start-up envisage, pour la suite de son développement, de faire appel à des entreprises adaptées (qui comptent au moins 80% de personnes en situation de handicap dans leurs effectifs) pour réaliser certaines étapes d’assemblage et de production de son dispositif de mobilité augmentée.
 
* Selon la Commission générale de terminologie et de néologie, et publié au Journal officiel de la République le 26 mai 2009, un gyropode est un « véhicule électrique monoplace, constitué d'une plateforme munie de deux roues sur laquelle l'utilisateur se tient debout, d'un système de stabilisation gyroscopique et d'un manche de maintien et de conduite ».
 


Les Prix EDF Pulse récompensent les start-up françaises et européennes qui innovent dans le sens de la transition énergétique et imaginent les usages électriques de demain. Les entreprises qui concourent sont réparties dans quatre catégories, Smart Home (maison intelligente), Smart City (ville intelligente), Smart Business (entreprise intelligente), Smart Health & self (santé et bien-être  connectés). Un Grand Jury désignera un lauréat par catégorie, et un 5e Prix sera décerné par le public à l'issue d'une campagne de vote en ligne. Les résultats finaux seront annoncés lors des Electric Days, l'évènement innovation du groupe EDF, dont la deuxième édition se tiendra du 9 au 11 octobre à Paris. À la clé pour chacune des start-up lauréates : 70 000 € de dotation, une campagne de communication grand public et l’opportunité pour elles de bâtir leur notoriété et d’accélérer leur développement.

Gyrolift, la mobilité augmentée
L'énergie est notre avenir, économisons-la !



WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE