Connectez-vous S'inscrire
wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

Habitat partagé : En Suisse, l'histoire d'une utopie devenue réalité

Par Alice Pouyat I Publié le 12 Avril 2018

À Zurich, un immense projet d’habitat autogéré, basé sur une utopie libertaire, a vu le jour en 2001. Depuis, le modèle "Kraftwerk" s’est répliqué. Une aventure singulière que relate l’architecte Adrien Poullain dans un ouvrage richement documenté.


Le modèle favorise les moments de partage (Crédit: Adrien Poullain)
Le modèle favorise les moments de partage (Crédit: Adrien Poullain)
"Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité." Cette exergue ouvre à juste titre le livre Choisir l’habitat partagé, l’aventure Kraftwerk, d’Adrien Poullain (Editions Parenthèses), une singulière aventure dans le monde de l'architecture. Tout commence en 1983 par la parution en Suisse d’un mystérieux manifeste : Bolo’bolo. Signé des initiales P.M., ce texte devenu culte dans les milieux alternatifs invente de A à Z un nouveau modèle de société basé sur des unités de vie autogérées.

Dix ans plus tard, rallié par deux activistes, son auteur Hans Widmer décide de donner vie à son idéal. Après une longue gestation et quelques concessions avec la réalité, Kraftwerk 1 est construit à Zurich en 2001. Un immense bâtiment composé d’espaces partagés et de 125 logements évolutifs, du studio à la colocation.

Ici, les occupants sont à la fois propriétaires et locataires: ils possèdent des parts de la coopérative, et payent un loyer très modéré. Ils décident ensemble de la gestion des lieux, et participent à des tâches et activités collectives. Un projet favorisant la mixité sociale, le respect de l’environnement, la convivialité… Qui a depuis inspiré trois nouveaux Kraftwerk. Adrien Poullain dresse le bilan de cette utopie devenue réalité.

L'architecture massive et fonctionelle de Kraftwerk, une ville dans la ville (Crédit : Adrien Poullain)
L'architecture massive et fonctionelle de Kraftwerk, une ville dans la ville (Crédit : Adrien Poullain)
We Demain : L’habitat partagé est assez répandu en Suisse. En quoi ce projet est-il unique ?
Adrien Poullain : Dès la fin du XIXe siècle, cette solution permet aux ouvriers de sortir des centres-villes insalubres, et de se loger de façon abordable.Kraftwerk émerge dans les années 1980, à une autre époque morose, avec du chômage massif, une désindustrialisatoin, beaucoup de drogue… Dans ce contexte,  Kraftwerk réactualise le modèle en le poussant très loin. Aujourd’hui, 20% des logements sont coopératifs à Zurich mais Kraftwerk est le plus ambitieux. 

Quelle a été l’influence de Bolo’bolo dans l’aventure Kraftwerk ?
Le début des années 1980 est un peu le "mai 1968 de Zurich", avec une contestation, une scène alternative, des squats, des confrontations assez violentes avec les forces de l’ordre. Bolo’bolo répond à une envie collective de réinventer le monde, très utopique. Kraftwerk reprend ses idées mais avec pragmatisme et en s’adaptant à la société suisse contemporaine.

La prise de décision est censée être collective, même si tout le monde n'y participe pas. (Crédit : Adrien Poullain)
La prise de décision est censée être collective, même si tout le monde n'y participe pas. (Crédit : Adrien Poullain)
En quoi Kraftwerk est-il une réussite ?
Ce modèle d’habitat citoyen est intéressant car il permet aux habitants de reprendre la main sur leur vie. Kraftwerk est un lieu des possibles, où l’on peut inventer, créer. C’est un espace où se retissent des liens sociaux, avec des espaces de rencontre. Un fonds solidaire permet de financer des services collectifs, comme une garderie, une cuisine collective, des voitures partagées, des espaces culturels. Résultat, Kraftwerk est aujourd’hui pris d’assaut… Même les personnes qui y sont entrées sans grande conviction ne s’imaginent plus vivre autrement. Un quatrième Kraftwerk est d’ailleurs en construction à Zurich.

Economiquement, est-ce aussi intéressant ?
Oui, les loyers sont inférieurs de 30 à 50 % à ceux du marché local. Ils baissent peu à peu, en même temps que le remboursement du prêt d’achat de l’immeuble. Le modèle est donc une bonne façon de lutter contre la spéculation immobilière et la gentrification des centres ville. Le fonds de solidarité, qui représente un petit pourcentage du loyer de chacun (10 à 50 euros), permet aussi de financer à hauteur de 20% le loyer de personnes aux revenus plus modestes, ce qui garantit une certaine mixité sociale.

Atelier bricolage partagé (Crédit : Adrien Poullain)
Atelier bricolage partagé (Crédit : Adrien Poullain)
Quels sont les écueils de Kraftwerk?
Les occupants sont souvent très impliqués à leur arrivée, prêt à participer à des projets collectifs, mais ils s’essoufflent un peu au fil du temps. Pour garder une dynamique, il faut un renouvellement des habitants. Le risque est aussi de fonctionner en vase clos, de ne plus sortir de la communauté. Contre cela, Kraftwerk accueille aujourd’hui des entreprises extérieures, des crèches et des activités ouvertes aux voisins. La prise de décision collective est aussi complexe et se réduit souvent aux personnes les plus motivées.

Le modèle est-il exportable en France ?
De plus en plus de gens s’intéressent à ce modèle en France, où la situation sociale rappelle celle de Zurich : spéculation dans les centres-villes, crise de l’habitat, chômage...Un million de personne attendent aujourd’hui un logement social… La loi Alur, depuis 2014, autorise la création de coopératives d’habitants. Mais il existe trois freins à cette évolution : l’accès au foncier est plus couteux qu’à Zurich où la ville est propriétaire de terrains vendus à petits prix. Ensuite, la propriété individuelle est très encouragée et appréciée en France. 60 % des Français sont propriétaires, contre 30% des Suisses. Enfin, les Français ont culturellement une posture citoyenne moins proactive que les Suisses, habitués à une démocratie plus participative. On France, on se repose plus sur l'Etat, et l'on a moins le sens du collectif.

Dîner collectif (Crédit: Adrien Poullain)
Dîner collectif (Crédit: Adrien Poullain)
Que faudrait-il pour encourager le modèle ?
On voit des petits logements coopératifs qui se créent peu à peu en France, souvent de 10 à 40 personnes. Il serait intéressant de passer à une plus grande échelle pour financer plus de des services collectifs sans peser sur la communauté. Je conseille aux personnes intéressées de se rapprocher de la fédération Habicoop. Au final, il manque peut-être un grand projet pionnier en France, une vitrine, comme Kraftwerk, démontrant au grand public qu’il est possible d’inventer de nouvelles façons d’habiter.

Habitat partagé : En Suisse, l'histoire d'une utopie devenue réalité
  • Choisir l'habitat partagé. L'aventure de Kraftwerk. Adrien Poullain, Editions Parenthèses, avril 2018, 24 euros





[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE