Connectez-vous S'inscrire
 

En savoir plus


Habitat participatif : Comment à Bègles, 11 familles ont conçu elles-mêmes leur appartement

Par Pauline Jallon I Publié le 20 Septembre 2016

La Ruche a été conçue par ses habitants, assistés par les architectes du projet. Le résultat : une résidence composée de onze appartements uniques, des espaces mutualisés et des matériaux écologiques. Et, en prime, une mixité sociale et générationnelle importante. Un projet à l'image de l'essor que connaît l'habitat participatif en France.


Vue sur le second bâtimentd de La Ruche (Crédit : Aquitanis)
Vue sur le second bâtimentd de La Ruche (Crédit : Aquitanis)
C’est une première en Gironde. La petite commune de Bègles, au sud de Bordeaux, va inaugurer d’ici quelques jours une résidence participative. Nommée à juste titre La Ruche – bien que contrairement à une vraie ruche, ici, il n’y ait ici pas de reine -, cette habitation d’un nouveau genre accueille onze familles, installées depuis un mois et demi, dans des appartements allant du T3 au T6. Une première expérimentation qui a demandé quatre années de travail collectif avant de voir le jour début août. 

Habiter ensemble, chacun chez soi

Le slogan de la résidence ? "Habiter ensemble, chacun chez soi" . Outre les appartements individuels, les habitants y disposent depuis début août d’espaces "mutualisés", qu'ils ont conçu avec l'aide des architectes du cabinet Dauphins Architecture  : une pièce commune de 70m carrés, une grande terrasse, un jardin ainsi qu’une buanderie.

Une façon plus humaine, mais aussi plus économique de concevoir des habitations : mutualiser les espaces a permis de réduire les prix de près de 30 % par rapport à ceux du marché immobilier girondin. Un appartement à La Ruche vaut ainsi 2500 euros le mètre carré, contre 3500 euros en moyenne sur la métropole bordelaise. 
 
Outre les espaces en commun, les habitants ont imaginé eux-mêmes, en fonction de leurs besoins, à quoi ressemblera leur appartement : le nombre de pièces, la surface, l'orientation... Un agencement qui a donné lieu à la création de petites maisons accolées, qui ensemble forment deux bâtiments : l'un donne sur la rue, et l'autre sur le jardin.

Parmi les résidents de La Ruche, la sexagénaire Noëlle Ribot. Comme elle le confie à 20 Minutes , elle a choisi d'habiter un appartement au rez-de-chaussée, plus accessible pour son petit-fils handicapé. Pour Damien et Anne-Sophie Auzet, vivre dans cet ensemble avec leurs deux enfants représente un gain de confort : "Dans notre résidence précédente, les enfants dormaient dans la même chambre. Ici, nous avons pu choisir d'en avoir une pour chacun.

Concevoir soi-même son appartement

Un confort auquel a notamment aidé Hugues Joinau, cogérant du cabinet d'architectes en charge du projet. Pour lui, les onze familles n'empiètent pas sur le terrain de leurs voisins grâce à "l'intelligence collective" dont elles ont fait preuve, à l'heure de devoir conjuguer des envies contraires. Une "intelligence collective" qui s'explique par la méthodologie même du projet :

"Lors d'un projet immobilier classique, on trouve d’abord le terrain, ensuite les architectes. On commence la construction quand environ la moitié des logements est vendue. Pour l’habitat participatif, on commence aussi par le terrain, mais on va d'abord chercher les habitants, qui choisissent eux-mêmes leur cabinet d'architectes", confirme à We Demain Loris de Zorzi, le directeur général de la coopérative immobilière Axanis, à l'origine du projet. 

Les murs sont isolés grâce à un mélange de paille et d'argile (Crédit : Dauphins Architecture)
Les murs sont isolés grâce à un mélange de paille et d'argile (Crédit : Dauphins Architecture)

Un projet social et écologique

Une méthode qui permet, à en croire les habitants, de se retrouver "moins désemparé en cas de réparations à effectuer"  : "Le processus de construction a aussi prévu une semaine de formation, au cours de laquelle nous avons appris comment entretenir nos futurs appartement, à appliquer des enduis...", raconte Damien Auzet à We Demain. Car le projet de Bègles est aussi écologique : Tous les matériaux sont biosourcés, l’ossature est en bois et les murs sont isolés grâce à un mélange de paille et de terre.
 
Le résultat final correspond aux attentes des résidents, ce qui évite, d'après Hugues Joinau, "les allers et retours interminables" entre l'agence immobilière, le cabinet d'architectes et les habitants :"Paradoxalement, le processus est plus rapide que pour un logement classique, où les habitants vont formuler des réclamations sur le produit fini, qu’ils n’ont pas contribué à construire", explique l'architecte.

Un avis tempéré par Loris de Zorzi, pour qui ce type de projet est
 chronophage : "Se mettre d'accord prend du temps : avant de nous lancer, nous avons organisé plusieurs réunions publiques, et c'est seulement une fois que nous avons réussi à former une communauté d’habitants que des groupes de travail ont pu être mis en place"
 
Mais au-delà du côté participatif du projet de La Ruche, il y a aussi son aspect social. Les onze familles viennent de milieux sociaux différents, et tous les âges sont représentés. Retraités, ouvriers, fonctionnaires, cadres supérieurs, les résidents sont avant tout réunis par des aspirations environnementales et sociétales communes. Et ils bénéficient de modes d’accession sociale différents : deux familles sont propriétaires, deux d'entre elles locataires et les sept autres ont souscrit à un prêt social location-accession (PSLA), qui permet de bénéficier d’une TVA réduite à 5,5 % à l’achat. 

L’argent n’est pourtant pas la seule raison qui motive de nombreuses personnes à choisir le logement participatif : "C’est dans l’air du temps, il y a une véritable demande. Les gens veulent du sur-mesure et plus du prêt-à-porter", explique Loris de Zorzi. Un changement de moeurs qui a aussi des conséquences sur les métiers de l'immobilier, puisqu'il leur redonne "un peu plus d'humanité" : "En école d’architecture, on nous apprend la sociologie, mais aussi une certaine créativité. Ce type de construction donne du sens à tout cela, ça devrait même être la norme", avance Hugues Joinau. 

Les deux bâtiments sont liés par une grande terrasse mutualisée (Crédit : Dauphins Architecture)
Les deux bâtiments sont liés par une grande terrasse mutualisée (Crédit : Dauphins Architecture)

Une mutation des métiers de l'immobilier

À Bègles, un autre projet du même type est en cours de construction, toujours à l’initiative d’Axanis. Quarante appartements vont être construits non loin de la mairie, dans le parc des Sècheries. "La Ruche est vraiment une expérimentation, nous voudrions aller vers des résidences plus grandes par la suite", précise Loris de Zorzi, qui pense que le participatif constituera à terme près de 10 % de son activité. Et Bègles n’est pas la seule ville concernée : à Strasbourg, à Lille ou encore à Paris, des résidences participatives voient également  le jour. "Il y a de quoi être inspiré", conclut Hugues Joinau. 

La Ruche sera inaugurée le 22 septembre prochain en présence des onze familles et des différents acteurs du projet.



INFO PARTENAIRE
Leroy Merlin lance ENKI, son application universelle pour piloter les objets connectés de la maison, même de marques différentes !
Disponible gratuitement sur iOS et Android.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE