Connectez-vous S'inscrire

Hulot candidat en 2017 ? "Ma réponse est non... Mais ma décision n'est pas définitive"

Par I Publié le 3 Juin 2016

L'écologiste attend l'automne pour statuer. Le temps que la société civile se mette en mouvement... Avant, pourquoi pas, "d'accompagner cette vague et lui servir de levier, d’accélérateur, et de porte-parole", explique l'un de ses proches.


Nicolas Hulot, en décembre, lors de la COP21 (Crédits : Flickr / COP PARIS).
Nicolas Hulot, en décembre, lors de la COP21 (Crédits : Flickr / COP PARIS).
Être ou ne pas être... "Candidat à la présidentielle ? Ma réponse est non… Mais ma décision n’est pas définitive !" Et Nicolas Hulot de souligner "la complexité, la gravité, la dangerosité" de l’exercice. Surtout, il insiste sur le "travail monumental" qui est devant lui pour "faire converger les intelligences diffuses, les énergies créatrices  qui rayonnent dans la société civile, pour les transformer en une force permettant de sortir le pays de l’ornière".


Ses amis, le député européen Pascal Durand, l’ex eurodéputé Jean-Paul Besset, le consultant aéronautique Gérald Feldzer, et les membres de sa fondation lui produisent des notes pour un nouveau Pacte écologique susceptible de créer une alternative hors des partis traditionnels et de toute radicalité, et de rassembler des personnalités qui apporteront de la crédibilité sur toutes les thématiques.

Le sondage We Demain-Harris Interactive qui vient d’être publié témoigne d’une attente chez les Français : 27 % d’entre eux souhaitent que Nicolas Hulot se présente à l’élection présidentielle. Ils le jugent davantage apte à diriger la France que les deux derniers présidents de la République (31 % contre 27 % pour Nicolas Sarkozy et 14% pour François Hollande).

Enfin dans l’hypothèse d’une candidature, Nicolas Hulot obtiendrait au premier tour 9% face à Marine Le Pen (27 %), Nicolas Sarkozy (19 %), François Hollande (14 %) François Bayrou (12 %) etc, et 11 %, à seulement deux points de François Hollande, si Alain Juppé était le candidat des Républicains.

"Il attend que la société civile se mette en mouvement"

Mais Nicolas Hulot n’entend pas pour autant lancer tout de suite sa candidature. "Il n’y a pas d’homme ou de femme providentiel(le), ce n’est pas comme cela que ça marche", insiste-t-il en refusant une présidentielle réduite à "un show de télé-réalité".
 
"Il attend que la société civile se mette en mouvement, avec sa diversité, ses initiatives, et des propositions fortes d’associations, d’ONG, de syndicats pour changer de modèle de développement et de démocratie : alors il pourra accompagner cette vague et lui servir de levier, d’accélérateur, et de porte-parole", précise Jean-Paul Besset.
 
Nicolas Hulot a pour lui sa popularité. Il incarne une écologie positive et non punitive ou anxiogène. Son image est celle d’un homme libre et pragmatique : il a converti Jacques Chirac au principe de précaution inscrit dans la constitution, il a fait signer en 2007 son Pacte écologique par les principaux candidats à la Présidentielle, et il a été en 2012 "l’envoyé spécial pour la protection de la planète" de François Hollande, en charge de la préparation de la COP21 qui fut un succès. Mais il a refusé ensuite de devenir son ministre.

Réponse au début de l'automne

L’ancien animateur vedette d’Ushuaïa a été échaudé par son élimination par Eva Joly lors de la primaire des Verts en 2012. Il ne veut pas écorner son image. Il sait aussi qu’il n’y a que des coups à prendre dans une campagne… Pas question donc de se faire à nouveau piéger dans une primaire "où ceux qui (lui) tendent la main (le) poignarde de l’autre".

 Mais voilà justement que Daniel Cohn-Bendit, l’un des auteurs emblématiques de l’appel en faveur d’une primaire à gauche, estime désormais que "le climat politico-culturel rend infaisable cette bonne idée", et que seul Nicolas Hulot est capable "de rassembler des écologistes, en partie des socialistes et même des centristes."

C’est au début de l’automne que l’intéressé jugera si les conditions sont réunies pour sa candidature.





Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE