Connectez-vous S'inscrire
Société-Économie

Instagram, nouvel eldorado pour la BD ?

Par Séverine Mermilliod I Publié le 21 Juin 2018

"Été", le feuilleton BD d’Arte, "Manger vers le futur" de Paris Agrotech,"la Relève" du Grand Palais... De plus en plus de bandes dessinées fleurissent sur Instagram. Un renouvellement du secteur ?


Instagram offre de nouvelles perspectives créatives pour la BD en ligne / DR
Instagram offre de nouvelles perspectives créatives pour la BD en ligne / DR
La BD vous évoque des souvenirs d’enfance dormant dans une bibliothèque ? Demain, elle pourrait se nicher dans votre smartphone. Plusieurs auteurs investissent en effet dans le réseau social Instagram pour faire vivre leurs histoires.

Depuis l'année dernière, vous pouvez par exemple suivre celle d’un couple, Abel et Olivia, dans le feuilleton BD "Été" coproduit par Arte, qui reprend jeudi 28 juin.

Publier des dessins sur Instagram n’est pas nouveau, mais les contenus spécialement conçus pour le réseau sont plus rares. Avec son post multiple de dix cases, ce dernier offre pourtant, selon Benjamin Hoguet, de belles possibilités.

Pour l'auteur transmédias et scénariste de "Manger vers le futur " – une BD sur l’alimentation sortie en juin –, "une BD sur Instagram reste une BD avant tout. Mais Instagram nous permet de diffuser un message auprès d’un public spécifique."

Le potentiel du réseau social

"L’intérêt d'Instagram, c’est de pouvoir toucher des gens qui ne lisent pas de BD", affirment Nepsie et Le Vilain. Ces deux auteurs racontent l’aventure de leur installation dans une maison troglodyte dans "Au fond du trou ". "Grâce aux hashtags, ils n’ont pas besoin de chercher : ils tombent dessus par hasard."

Après avoir tenu deux blogs BD, ils constatent une baisse du partage de leur travail liée selon eux au changement d'algorithme de Facebook. "On a donc voulu créer un projet taillé pour une plateforme, en l'occurrence Instagram, pour qu'il apparaisse directement dans le flux des utilisateurs."

Toucher un public plus large, donc, mais aussi être créatif : "Instagram est le réseau de l’image par excellence, donc pour la BD c’est génial, assure Camille Duvelleroy, scénariste et réalisatrice interactive, à l'origine du projet "Été" qui compte aujourd'hui 61 000 abonnés. Et les contraintes diffèrent : on peut lire dans un sens ou dans un autre, jouer sur la géolocalisation pour situer ses personnages, écrire des légendes qui complètent le dessin..."

Autant de possibilités de narration originale, que le Grand Palais a par exemple utilisé en mars pour "la Relève", une enquête interactive en BD.

Selon les dessinateurs, la plateforme favorise aussi l’échange avec les lecteurs : "Sur les blogs, il n’y a plus de commentaires. Alors que sur Instagram, les gens publient et se répondent", précise Camille Duvelleroy.
 

Une économie qui se cherche

Mais diffuser sur Instagram ne suffit pas à se financer.

"Créer et publier une BD entière demande énormément de travail, rappelle Benjamin Hoguet. Or, Instagram ne permet pas de vendre un contenu... Pour Manger vers le futur, nous avons travaillé avec un budget fixe et préfinancé, sans objectif de vente d’albums. Tout le monde n’a pas ce luxe."

Camille Duvelleroy valide : "Nous avons travaillé grâce à des aides du CNC. Sans cela, il est impossible de rentabiliser un projet. Instagram est un espace de publication ; pas un diffuseur".

L’équipe derrière "Été" a par ailleurs choisi de passer l’histoire en BD papier, pour donner une seconde vie au projet.

Certains optent pour d’autres solutions : Nepsie et Le Vilain ont fait appel au financement participatif via une cagnotte Tipeee. Le dessinateur Chris Hallbeck a quant à lui choisi de faire sponsoriser ses dessins par d’autres illustrateurs qui gagnent ainsi en visibilité. Gagnant, gagnant.

"Je pense qu’il est dommage de ne pas se poser la question de la bonne plateforme pour son histoire, confie finalement Benjamin Hoguet. Le temps où chaque art avait un seul média à sa disposition est révolu. Certaines BD doivent continuer à vivre sur papier ; d’autres s’épanouiront dans le monde numérique, et c’est tant mieux !"
 









WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE