Planète

Jour du dépassement : à partir du 10 mai, l’Europe vit au-delà de la nature

Si chaque Terrien avait le mode de vie d'un Européen moyen, les ressources naturelles que la planète peut offrir en une année seraient épuisées le 10 mai. Explications.

Par Romane Brisard I Publié le 10 Mai 2019


Si tous les Terriens vivaient comme des Européens, il nous faudrait l'équivalent de 2,8 Terres pour survivre (Crédit : Shutterstock)
Si tous les Terriens vivaient comme des Européens, il nous faudrait l'équivalent de 2,8 Terres pour survivre (Crédit : Shutterstock)

Les élections des 23 et 26 mai permettront-elles à l’Union Européenne (UE) d'engager (enfin) une véritable politique environnementale ? En attendant, l'UE ne laisse aucun répit à la Terre. Si l'humanité adoptait le mode de vie d'un Européen moyen, elle consommerait chaque année deux fois plus que ce que notre planète peut fournir et supporter en matière d'émissions de carbone, de nourriture, de bois, de fibres, d’espace bâtit... Une empreinte écologique intenable.

C’est ce que dénonce WWF – première ONG mondiale de protection de l'environnement – dans un rapport publié stratégiquement deux semaines avant les élections européennes : si chaque Terrien se comportait comme un Européen, le 10 mai marquerait la date à laquelle les ressources naturelles de la planète seraient épuisées. Une situation qui ne cesse d'empirer : en 1961, ce "Jour de dépassement" survenait le 13 octobre.


Comment calcule-t-on le Jour du dépassement de l’UE ?

La date du Jour de dépassement est déterminée par le Global Footprint Network, un organisme de recherche s’intéressant à la gestion des ressources naturelles et du réchauffement climatique par les individus.

Pour fixer l’échéance d’un tel événement, deux concepts sont nécessaires  :
 

  • Dans un premier temps, il faut quantifier la dépendance de l’UE vis à vis des ressources terrestres. C’est ce qu’on appelle "empreinte écologique" ou "activité humaine". Mesurée en hectares (ha), elle détermine la consommation annuelle de ressources d'une population donnée. L’empreinte écologique de l’UE ne correspond donc pas uniquement ce qui se produit sur son propre sol, mais bien à ce qui s’y "consomme".
 
  • Seconde donnée indispensable au calcul du Jour de dépassement de l’UE : la biocapacité. Mesurée en hectares globaux (hag, ou gha en anglais), elle désigne quant à elle la capacité de notre planète à se régénérer en ressources naturelles tout en absorbant les déchets et rejets de l'activité humaine.

L'Europe "consomme" 2,8 Terres

Au cours des dernières décennies, le développement humain a progressé au détriment de la planète. Depuis le début des années 1970, le taux de consommation mondial augmente sans cesse : il est aujourd’hui considérablement supérieur au taux de renouvellement du globe, atteignant l’équivalent de 1,7 Terre.

Quant à l'empreinte écologique des 28 pays de l’Union Européenne, elle est encore plus forte : entre 1961 et 2016, celle-ci passe de 1,6 milliards à 2,3 milliards d'hectares sous l'effet de la croissance. Traduction : si tous les Terriens vivaient comme des Européens, il nous faudrait l'équivalent de 2,8 Terres pour survivre.

Un tel rythme d’absorption des richesse terrestres n’est ni sain pour la planète, ni juste et équitable pour ses habitants : l’Union Européenne ne représente que 7 % de la population mondiale, tout en exploitant (à l’instar de la Chine) 20 % de la biocapacité mondiale.


Des disparités en Europe

Au sein même des pays de l'Union, des disparités en terme de consommation persistent. En tête du classement WWF des plus gros pollueurs du continent, on trouve le Luxembourg. L'essence y est la moins chère d’Europe, ce qui encourage de nombreux individus à venir se fournir à la pompe de ce petit pays. Ajoutez à cela une forte fréquentation de gros cylindrés sur les routes, et vous obtenez un Jour de dépassement le 15 février, soit seulement 46 jours après le début de l’année !

L’Estonie arrive en seconde position du fait de sa forte exploitation des forêts, tandis que les pays les plus pauvres comme la Roumanie se situent en fin de classement : en 2018, ce pays n'a épuisé ses ressources théoriques qu'au bout de 192 jours.

Quant à la France, son Jour du dépassement est lui fixé au 5 mai... Soit pas moins de 89 jours avant celui de l'humanité, qui est survenu le 1er août en 2018.

Les 23 et 26 mai prochains, les citoyens des 28 éliront leurs représentants au Parlement européen. À l'approche de cette échéance, ce rapport de WWF vise à inciter les responsables politiques nationaux et les électeurs à considérer les crises climatiques et environnementales comme urgentes et prioritaires. Dans l’espoir de voir le Jour du dépassement de l’UE cesser de se rapprocher, année après année.












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile