Connectez-vous S'inscrire
Gérard Mermet
Gérard Mermet est sociologue, fondateur et directeur du cabinet d'études Francoscopie et auteur de... En savoir plus sur cet auteur

"L’écolonomie", ou la troisième voie

Par I Publié le 17 Octobre 2016

CHRONIQUE. Par Gérard Mermet, sociologue, auteur, fondateur de Francoscopie.


"L’écologie était apparue au début des années 1970, comme une suite logique des réflexions de Mai 1968." (Crédit : MariangelaCastro/Pixabay)
"L’écologie était apparue au début des années 1970, comme une suite logique des réflexions de Mai 1968." (Crédit : MariangelaCastro/Pixabay)
Dans le livre de "confidences" de François Hollande à deux journalistes, qui fait grand bruit et qui lui fait grand tort, on apprend qu’il est personnellement hostile au projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes. Une information qui n’est pas de nature à calmer la détermination des "zadistes" venus récemment manifester contre l’évacuation du site.

Et qui ne facilitera pas le démarrage du chantier, souhaité par la majorité des votants au référendum local organisé le 26 juin dernier. Le Président avait pourtant alors affirmé que leur volonté, démocratiquement exprimée, serait respectée. Le Premier ministre, Manuel Valls, l’a redit depuis avec force.

Mais c’est maintenant Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, qui déclare qu’il faudrait "arrêter les frais", rajoutant encore à la confusion. Ce sont plutôt les "couacs" qu’il faudrait arrêter.

Développement économique et respect de l’environnement

Au-delà de son côté ubuesque (le projet d’aéroport a été initié en 1963, il a été déclaré d'utilité publique en 2008 !), cette affaire illustre surtout la difficulté d’associer en France développement économique et respect de l’environnement.

L’écologie était apparue au début des années 1970, comme une suite logique des réflexions de Mai 1968. Mais les chocs pétroliers et la crise économique qui les a accompagnés allaient mettre au premier plan des préoccupations plus immédiates, comme l’emploi et le pouvoir d’achat.

Il aura fallu l’accident de Tchernobyl (1986), la disparition de la forêt amazonienne ou la fonte des glaces de l’antarctique pour que l'environnement trouve une place dans les médias et dans les esprits. 

Gestes écocitoyens

La plupart des Français reconnaissent aujourd’hui que l’environnement est une préoccupation importante et un défi majeur. Beaucoup ont adopté des gestes écocitoyens dans leur vie quotidienne ; ils trient leurs déchets, privilégient les produits "verts", consomment de plus en plus "bio" ; prennent des douches plutôt que des bains, consomment moins d’essence, évitent de laisser leurs appareils électriques en veille, etc.

Leurs motivations ne sont pas seulement écologiques et altruistes, mais aussi économiques et sanitaires. Ce qui montre bien qu’il n’y a pas d’incompatibilité.

Bouleversement des priorités

Avec un certain retard par rapport aux pays d’Europe du Nord, la prise de conscience écologique s’est confirmée en France au fil des années. Jusqu’à la crise de 2008, à l’origine d’une forte montée du chômage. Elle a aussi pâti de l’apparition en 2015 d’une autre menace : le terrorisme. Ces deux événements ont bouleversé les priorités.

Interrogés sur les thèmes qu’ils souhaitaient voir aborder lors du premier débat de la primaire de droite et du centre (sondage France Info/Odoxa), 41 % des Français ont ainsi placé le chômage en tête, 29 % la lutte contre le terrorisme, 27 % l’immigration, 26 % le pouvoir d’achat, 16 % la fiscalité, à égalité avec l’éducation, 14 % la lutte contre la délinquance.

Seuls 11 % ont cité l’environnement, qui n’était suivi (étonnamment) que par la santé (9 %) et la question de l’identité nationale (4 %). D’autres enquêtes montrent que peu de Français sont aujourd’hui convaincus qu’il faille dépenser des sommes considérables pour fermer des centrales nucléaires. Ils sont davantage intéressés par des solutions permettant de créer des emplois, assurer la sécurité, accroître le pouvoir d’achat. 

Écologie et égologie

Face à l’écologie, c’est donc "l'égologie" [néologisme inventé par l’auteur dans l’édition 1987 de Francoscopie, NDLR] qui prévaut. Une propension à faire passer son intérêt personnel avant l’intérêt général, et le court terme avant le long terme.

Mais aussi à vouloir prendre sa destinée en mains, sans ignorer pour autant toute forme de solidarité, ce qui la différencie de l’égoïsme ou de l’individualisme. Sans doute inscrite dans la nature humaine, l’égologie est exacerbée dans la société contemporaine où l’individu et la communauté priment souvent sur la collectivité.

Croissante verte

Même s’ils sont préoccupés par le quotidien, les Français savent au fond d’eux que la dégradation de l’environnement est une grave menace, qui pèse aussi bien sur eux que sur leurs descendants.

Mais beaucoup ont compris qu’elle représente en même temps une opportunité pour le monde et pour le pays. Une voie de sortie de crise existe, avec la "croissance verte".

Une expression plus familière et populaire que celle de "développement durable" ou de "croissance soutenable" (sustainable development) apparues dans le rapport Brundtland publié en 1987, qui a servi de fondement au Sommet de la Terre de 1992.

Un grand projet pour 2017

D’innombrables exemples (dont ceux présentés chaque jour sur We Demain.fr) démontrent que la croissance de l’économie peut être portée par le respect et la restauration de l’environnement. Tous donnent des raisons de croire en l’avenir et dans la capacité des humains à l’inventer.

Compromis synergique entre économie et écologie, "l’écolonomie" [un autre néologisme créé par l’auteur dans une tribune pour le Monde, le 13 octobre 2008, NDLR] pourrait renforcer la croissance et représenter la "troisième voie" dont le monde a besoin. 

L’écologie constitue pour l’opinion un garde-fou nécessaire contre les dérives de la "modernité". Cela ne signifie pas à ses yeux qu’elle doive être "préemptée" par un parti politique. Surtout s’il se montre incapable à l’intérieur de s’entendre sur les grandes options et se positionne comme une force "de gauche", alors qu’il défend une cause "transversale".

Cette cause commune devrait au contraire servir de prétexte pour sortir de "l’hémiplégie" dont souffre le pays. Et de support à une action concertée de tous les acteurs de bonne foi, de bonne volonté et de bon sens.

Pression citoyenne

Ce "front national" contre la destruction de la planète et le déclin de la France serait un excellent motif de réconciliation, le fondement d’un "grand projet" qui lui fait tant défaut.

La campagne pour l’élection présidentielle de 2012, obnubilée comme les précédentes par la bipolarisation traditionnelle de la société, n’avait pas permis de jouer cette carte. Celle de 2017 ne paraît pas non plus engagée dans ce sens. L’écologie y est jusqu’ici très peu présente (ceux qui s’en réclament en tant que parti n’ont guère de crédit dans l’opinion) et l’économie passe après la surenchère des discours sécuritaires.

C’est aux citoyens de faire pression sur les candidats pour qu’ils mettent l’écolonomie au centre de leurs programmes.

Gérard Mermet.




Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE