Tech-Sciences

La France a tremblé (littéralement) pendant la finale du mondial

Par Anaïs Marechal I Publié le 17 Juillet 2018

À chaque but et au coup de sifflet final, la liesse des supporters apparait sur les enregistrements sismiques. Jérôme Vergne, sismologue basé à Strasbourg, l'explique à "We Demain". Une observation inédite à l’échelle d’un pays entier.


La foule célèbre la victoire de la France (crédits : CatherineL-Prod / Shutterstock.com)
La foule célèbre la victoire de la France (crédits : CatherineL-Prod / Shutterstock.com)
Cette finale de Coupe du Monde est décidément pleine de surprises. Un sismologue nous révèle un phénomène observé pour la première fois à l'échelle d'un pays entier : les sismomètres – instruments mesurant les mouvements du sol – ont enregistré chaque but de l’équipe de France, sur tout le territoire. En cause ? L’exultation des supporters, qui ont fait vibrer le sol français.

Contacté par We Demain, Jérôme Vergne, sismologue à l’École et Observatoire des Sciences de la Terre à Strasbourg, raconte ce qu'il a découvert le lendemain de la victoire :
 
"Lundi matin, en regardant les enregistrements, j’ai clairement observé les signaux du mondial."

Les stations sismologiques servent à détecter les séismes, mais elles mesurent aussi certaines vibrations générées par l’activité humaine, appelées bruit sismique.

Premier effet collatéral de la finale : une atténuation globale du bruit sismique, associé à une diminution de la circulation automobile pendant toute la durée du match. Seconde conséquence : Griezmann, Pogba, Mbappé… à chaque but, lorsque les supporters s’enflamment, les mouvements de la foule dessinent des pics sur les enregistrements des sismomètres. Après le coup de sifflet final, le pic est même deux fois plus important que les précédents !

"J’avais déjà pu observer des signaux similaires à Clermont-Ferrand lors la finale de la coupe d’Europe de rugby en 2017, détaille le sismologue. Mais c’est la première fois que l’on observe ça à l’échelle d’un pays !" Des stations installées dans les centres urbains à celles implantées dans des zones isolées, les bonds des supporters ont été enregistrés sur tout le territoire français. Mais attention à ne pas s’y méprendre : ces vibrations ne sont pas les mêmes que celles provoquées par un tremblement de terre :
 
"Ce n’est pas équivalent à un séisme, les fréquences sont différentes et le mouvement est extrêmement faible."
 
L’occasion de rappeler le travail des sismologues qui scrutent le sous-sol français. Un réseau d’une centaine de stations sismologiques enregistre en permanence les mouvements du sol, pour mieux comprendre la structure de la croûte terrestre et détecter les tremblements de terre. L’activité sismique est modérée en France, et ces mesures sont importantes pour mieux comprendre l’aléa sismique. Ou, désormais, pour mesurer la ferveur des supporters.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile