Planète

La France gourmande de terres agricoles

Par Zoé Berteloot I Publié le 29 Juin 2018

L'Île de France est la 1ère région agricole de France, mais peut être plus pour longtemps vu la croissance de l'étalement urbain. Zoom sur ces chantiers en cours.


Champ de blé Seine-et-Marne. (Crédit : Wikipédia)
Champ de blé Seine-et-Marne. (Crédit : Wikipédia)
Paris tiendra-t-elle ses engagements de COP21 ? On pourrait en douter au vu des Grands Projets qui menacent d'envahir l'Ile de France. Les coupables :  Europacity, Le Cluster du plateau de Saclay, ou encore les Villages Nature Disney.

L'Île de France est la première région agricole du pays, selon les chiffres de l'agreste. Mais depuis 50 ans, 100 000 hectares de terres fertiles ont disparu au profit du développement de l'agglomération parisienne, et ce n'est pas fini.

Le complexe Europacity: un immense centre de loisir commercial.(Crédit: Europacity)
Le complexe Europacity: un immense centre de loisir commercial.(Crédit: Europacity)

Europacity : la folie des grandeurs

Sur les plaines fertiles du Triangle de Gonesse dans le Val d'Oise, à 7min de l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle, un complexe pharaonique dédié au commerce et aux loisirs payants devrait sortir prochainement de terre. Son but? "Redynamiser le territoire". Ce projet est porté par des promoteurs chinois et une filiale d'Auchan.

Selon ses concepteurs, l'énergie requise sera produite sur place, les déchets intégralement recyclés. Et le centre s'inscrit dans le cadre de "Happy vallée ", qui est un projet d'aménagement paysager des abords de l'autoroute A1, sur l'axe Paris-Roissy, dans l'optique de remettre le végétal au cœur des zones urbaines et périurbaine.
        
"Un écosystème urbain exemplaire de transmission écologique", définissent les concepteurs.

Mais l'attention portée au développement durable et l'écologie dans la conception d'Europacity ne semble pas convaincre ses opposants.

Le collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) dénonce un "projet rescapé d’une autre époque", auquel répond le projet concurrent Carma dont la volonté est d'épargner les 670 hectares de terre actuellement vouées à l'agriculture intensive.

Une partie serait convertie au maraichage bio, le reste pour de la grande agriculture respectueuse de l'environnement.
        
"Un projet nuisible et inutile sur les meilleurs terres agricoles d’Île-de-France", répond Bernard Loup, président du collectif pour le triangle de Gonesse à Reporterre.
    
Et ce n'est pas tout : le collectif InCOPruptible à affirmé que son empreinte carbone d'ici 2040 sera équivalente à 170 hypermarchés. Ce collectif à comme objectif de contraindre les dirigeants privé et publics à respecter les engagements de la COP21. 

Pas étonnant que l'on craigne un nouveau Notre-Dame-Des-Landes.

Des constructions sur les champs du Plateau de Saclay. (Crédit: Wikipedia Commons)
Des constructions sur les champs du Plateau de Saclay. (Crédit: Wikipedia Commons)

Une silicon valley sur le Plateau de Saclay

De l'autre côté de Paris se trouve le Plateau de Saclay : plusieurs centaines d'hectares qui comptent parmi les plus fertiles de France, bientôt recouvert par le projet "Cluster " : un pôle de compétitivité qui doit venir renforcer le projet du Grand Paris. 

Décidée de longue date par l'État, la création d'un pôle de recherche de grande ampleur au sud ouest de l'agglomération parisienne est un choix stratégique et géopolitique.

Pour ses opposants c'est un gâchis d'espace, le plateau est en pleine transition agricole vers le bio et les circuits courts. 

Une trentaine d'associations locales s'élèvent alors contre celui-ci : l'étalement urbain a déjà avalé presque 1 000 hectares du Plateau de Saclay depuis 1982, dont 400 depuis 2009, et certaines terres agricoles sont sacrifiées au profit de bassins de rétention d'eau construits au titre de compensation environnementale.

Un mitage qui est inquiétant car les terres agricoles du territoire sont d'une qualité exceptionnelle. Plusieurs exploitations ont déjà misé sur ces points forts et se sont reconverti aux circuits courts, voire à l'agriculture biologique. 
     
 "Regardez les candidats à l’élection présidentielle. Qui parle de comment ils comptent nourrir les gens, alors que Paris n’a qu’un à trois jours d’autonomie alimentaire en cas de blocage des transports ? Le contenu de l’assiette a complètement été décorrélé du champ et c’est ça qui est dramatique", explique Emmanuel Vandame à Reporterre.

Les Villages Natures sont nés du partenanriat entre Euro Disney et Pierre & Vacances. (Crédit: DR)
Les Villages Natures sont nés du partenanriat entre Euro Disney et Pierre & Vacances. (Crédit: DR)

Center parc ou la stratégie du greenwashing

Les Villages Nature Disney   ne sont qu'un conte féerique qui peut rapidement passer du côté obscure de la force. Ce nouveau Center Parc est à 32 kilomètres de la capitale et 6 kilomètres à l'est de Disneyland Paris : un complexe touristique installé en Seine-et-Marne, fruit d'un partenariat entre Euro Disney et Pierre & Vacances.

Une destination touristique qui offre 868 appartements et cottages, sur 120 hectares autour d'un lac artificiel. Le clou du spectacle : un "Aqualagon" de 9 000 mètres carrés, c'est-à-dire l'équivalent de 7 piscines olympiques, nourri par l'eau chaude de la nappe du Dogger captée par géothermie.

Ses investisseurs le qualifie comme une: "destination pour un tourisme durable", pour Pierre & Vacances une "vision stratégique du tourisme de demain".

Sur le site web il est effectivement indiqué que : "Villages Nature Paris propose un dépaysement total pour mieux vous reconnecter à l’essentiel."

Un dépaysement qui n'est pas au goût de tous : 
 
«Alors qu’on parle tous du défi en Ile-de-France d’équilibrer espaces naturels et espaces urbanisés, Village Nature rognera 180 hectares de terres agricoles et espaces forestiers pour un projet privé et élitiste», commente Mounir Satouri de l'AES.
Le magique Aqualagon est chauffé, tout comme les bâtiments, par de l'eau qui mijote à 80 degrés à plus de 1 kilomètre de profondeur là où "il n’y avait que des champs de maïs", selon le paysagiste Thierry Huau à Libération. De nombreux agriculteurs ont également été expropriés pour laisser place à la ferme interactive, dont quatre céréaliers.

Europe Écologie les Verts à d'ailleurs rangé ce projet au même titre que le Center Parc de Roybon et les Grands Projets Inutiles.

Les élus écologistes ont indiqué que le montant total avoisine de 7.5 millions d'euros. Une partie va servir à développer les accès à la gare de Chessy (RER A), l'autre à financer les installations géothermiques pour le lagon. Selon Mounir Satori, "en période de raréfaction de l'argent public, accompagner des projets portés par des intérêts privés est illogique"

Le groupe Nature Environnement 77   a essayé lui aussi de lancer la révolte, mais Village nature a déjà été reconnu projet d'intérêt général par l'Etat. Et ce surement grâce à un argument de poids : ils ont annoncé créer 1.000 emplois directs et 2.000 indirects. 

La transition écologique est une priorité selon Emmanuel Macron, qui dit vouloir de grands changements et pas de petites mesures : de grands changements sont bien en marche, mais vont-ils dans la bonne direction?













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile