2030


Pourquoi 2030 ?

Parce que cette année marque le point d’aboutissement utilisé pour signifier l’atteinte des objectifs des convergences. Intelligence artificielle, véhicules électriques et autonomes, transition énergétique, priorités environnementales : 2030 sera un point de passage sinon d’aboutissement,
le moment où le XXe siècle sera véritablement entré dans le XXIe.


EDITO

Bienvenue dans ce premier numéro de « 2030 », la newsletter qui permet d’anticiper le futur à travers les meilleurs travaux de prospective. Elle se nourrit d’un réseau international d’excellence dans l’objectif simple de vous fournir un outil d’accès rapide aux grandes évolutions du monde. Celles-ci sont en effet la trame qui structure la feuille de route des entreprises à ambition globale.



La montée en puissance du programme mondial de développement humain durable à horizon 2030

Marc Giget

L’Agenda pour le développement humain durable à horizon 2030, adopté par 193 pays membres de l’ONU représentant la quasi-totalité de la population mondiale est entré en vigueur en 2016. Il structure les objectifs de développement de l’ensemble du monde sur une durée de 15 ans. En plus des gouvernements, des centaines d’entreprises multinationales et d’ONG se sont engagées sur ces objectifs.


Attention à la traduction « Développement durable » en français. En fait le programme concerne 11 objectifs de développement humain et 6 de développement durable, d’où le terme développement humain durable, cf. ci-dessous.
 

C’est le plus grand programme coordonné de développement dans le monde. Il a fait suite au programme « Objectifs du millénaire » qui avaient rassemblé la plupart des pays émergents de 2000 à 2015, sur 8 objectifs centrés notamment sur la réduction de la grande pauvreté. Son grand succès a justifié ce nouveau programme, élargit à tous les pays, dont la Chine, qui a d’ailleurs abondé le programme d’un milliard de $ en plus de sa contribution au prorata du PND.
Il est fondamental pour les entreprises, notamment à activité internationale de se situer en rapport à ce référentiel prospectif, qui leur fournit des informations de grande qualité sur les objectifs et sur les progrès réalisés par tous les acteurs en quasi temps réel. Il leur est possible de se procurer très facilement les objectifs et leur état de réalisation par thèmes, par pays, par secteur, par organisation et de se tenir au courant de leur réalisation et pour mieux préparer le déploiement de leurs innovations à travers le monde.
Si environ 2/3 des grandes entreprises internationales sont très bien intégrées dans ce programme mondial (Danone par exemple forme la totalité de son personnel sur ce programme et la façon d’en faire un outil d’action), d’autres ne l’ont pas encore intégré ou n’y voient qu’une trame de présentation de leur bilan RSE.
 

Pour aller plus loin concernant ce programme, quatre études de références à télécharger



UNDP
http://www.undp.org/content/undp/en/home/librarypage/poverty-reduction/2030-agenda/financing-the-2030-agenda.html

EUROSTAT
http://ec.europa.eu/eurostat/documents/3217494/8461633/KS-04-17-780-EN-N.pdf/f7694981-6190-46fb-99d6-d092ce04083f