Planète

Le tour cycliste Alternatiba repart sur les routes d'Europe

Par Anaïs Marechal I Publié le 12 Juillet 2018

Après une première édition en 2015, le collectif Alternatiba organise son deuxième tour cycliste en Europe. Le but ? Faire connaître les alternatives concrètes locales pour lutter contre le changement climatique, et former les citoyens aux actions non-violentes. Entretien avec l'une des membres actives d'Alternatiba.


Le 9 juin, le Tour Alternatiba s'élance de Paris, en triplette, pour un circuit de 9 mois. (crédit : DR)
Le 9 juin, le Tour Alternatiba s'élance de Paris, en triplette, pour un circuit de 9 mois. (crédit : DR)
7 juillet 2018. Les coureurs du Tour de France s’élancent de l’ile de Noirmoutier pour trois semaines de compétition. Pendant ce temps, une autre course est déjà entamée : le Tour Alternatiba, où des citoyens engagés pédalent, eux, pour "le climat et la justice sociale".

Du 9 juin au 6 octobre, une centaine de cyclistes se relaient sur 5 800 kilomètres. Deux cent étapes, de Paris à Bayonne en passant par Toulouse, Bruxelles ou Genève. Organisé par Alternatiba, ANV COP21 et les Amis de la Terre, la deuxième édition du Tour Alternatiba fait connaitre des alternatives concrètes pour le climat.

Où en est le collectif Alternatiba, trois ans après le lancement de son premier tour ? Pauline Boyer, membre de l’organisation Alternatiba, nous dit tout.

  • We Demain : Le premier Tour Alternatiba avait eu lieu en 2015, en amont de la COP 21. Que s'est-il passé depuis ?
 
Pauline Boyer : En 2015, cinq personnes ont initié le premier Tour Alternatiba. L'événement rassemble aujourd'hui une équipe d'animation de 70 personnes et des milliers de participants ! Plus de 60 000 citoyens s'étaient mobilisés pour la première édition, qui s'inscrivait dans la dynamique de la COP21 et a permis le lancement du mouvement Action Non-Violente COP21. Depuis, de nombreuses actions ont pu être menées : blocage du sommet du pétrole offshore à Pau trois mois après la signature des Accords de Paris, création du Grand défi des alternatives et d’une plateforme web associée, rédaction du Guide des lieux alternatifs...
 
  • Pourquoi repartir sur les routes européennes cette année ?
 
2018 est une année symbolique pour le climat : date limite pour l'élaboration des Plans climat air énergie territoriaux, publication du rapport spécial du GIEC en octobre et la COP24, où les engagements des États devront être révisés. Le dernier rapport du GIEC montre que 50 à 70 % des leviers d’action sont au niveau des territoires : nous proposons des outils (1) pour faire passer les citoyens à des actions concrètes au niveau local, avec aussi la campagne Alternatives Territoriales.
L'équipe organisatrice du Tour Alternatiba 2018. (crédit : DR)
L'équipe organisatrice du Tour Alternatiba 2018. (crédit : DR)


Un exemple ? Des lettres type à adresser à ses élus pour influer sur les politiques locales. Nous sommes vraiment dans une dynamique de changement d’échelle, c’est très important car nous sommes la dernière génération à avoir des leviers pour limiter l'aggravation du dérèglement climatique !
 
  • Pourquoi assister à une étape d'Alternatiba plutôt que du Tour de France ?
 
Nos vélos sont bien plus rigolos (ndlr : des triplettes et quadruplettes) ! La concomitance avec le Tour de France, c’est un pur hasard. Si vous passez à une étape Alternatiba, vous partagerez un repas, assisterez à une conférence sur le climat et, événement inédit cette année, vous pourrez vous former à l’action non violente. Pour prendre conscience du fait que des alternatives concrètes existent.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile