We life

Lecture de rentrée : Heineken en Afrique

Par I Publié le 29 Août 2018

Heineken en Afrique, par Olivier Van Beemen.


Heineken en Afrique, par Olivier Van Beemen. (Crédit : Pixabay)
Heineken en Afrique, par Olivier Van Beemen. (Crédit : Pixabay)
Fondé en 1873 à Amsterdam, le groupe Heineken est devenu un symbole de la mondialisation. Présent dans 170 pays, il a fait de son implantation en Afrique, « le continent de demain », un objectif prioritaire. Mieux, Heineken a imposé son propre récit, valorisant : celui d’une entreprise pionnière qui malgré les obstacles (manque d’infrastructures, de pouvoir régalien et d’éducation), aurait su oublier ses intérêts pour participer au développement de l’Afrique.
 
La réalité, établie par le journaliste Olivier van Beemen après cinq années d’enquête dans 11 pays d’Afrique, plus de 300 entretiens et des centaines de documents étudiés, est tout autre. Heineken a tiré le meilleur profit de l’absence de réglementation pour fermer les yeux sur les dégâts causés par l’abus d’alcool dans les pays où elle opère. Tout en s’octroyant des marges folles. Plus grave encore, l’entreprise pratiquerait la corruption des élites et l’évasion fiscale, aurait collaboré avec des dictateurs, voire des criminels de guerre…
 
Après la parution du livre aux Pays-Bas, les Parlements néerlandais et européen se sont saisis du sujet.

Heineken en Afrique, par Olivier Van Beemen, éd. Rue de l’Échiquier, 264 pages, 20 euros. Sortie le 30 août.






wedemain.fr sur votre mobile