We life

Lectures d’été : No Photo, photographions moins pour vivre mieux

I Publié le 3 Août 2018

"No Photo, photographions moins pour vivre mieux", par Pierrick Bourgault.


Lecture d’été : Faut-il prendre des photos de tout, tout le temps ? (Crédit : DR)
Lecture d’été : Faut-il prendre des photos de tout, tout le temps ? (Crédit : DR)
Plus de 1 200 milliards de clichés ont été réalisés dans le monde en 2017 ! Ce phénomène s’explique à la fois par la démocratisation du smartphone – à l’origine de 85 % des photographies de la planète – et par la facilité à partager nos photos en ligne.
 
Pour décrypter notre rapport à ce média, devenu le plus populaire de tous, Pierrick Bourgault, journaliste et photographe, donne la parole à des anthropologues, médecins, psychiatres, psychologues, thérapeutes, artistes, écrivains…
 
Dénonçant le "tout-photo" et ses impacts sur notre environnement – la technologie et internet polluent –, sur l’économie – le coût d’un cliché, le vrai prix du gratuit… – , sur nos rapports aux autres – frénésie des selfies , individus qui ne voient plus le réel autrement que sur leur petit écran, restaurateurs qui ont interdit à leurs clients de prendre leurs plats en photo pour garder le contrôle de leur communication… –, l’auteur nous invite à nous interroger sur ce qui nous motive à photographier à tout va et préconise une utilisation raisonnée du déclencheur, la slow photo. Car, comme le dit Albert Camus dans Noces à Tipasa : "Il y a un temps pour vivre, et un temps pour témoigner de vivre. […]" 
    

No Photo, photographions moins pour vivre mieux, par Pierrick Bourgault, éd. Dunod, 176 pages, 13,90 euros.













Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles


wedemain.fr sur votre mobile