wedemain.fr
En savoir plus

Ma maison demain

"Les assistants vocaux des GAFAM menacent notre vie privée"

Par Alice Pouyat I Publié le 27 Mars 2018

Alors que Facebook est accusé de violation de la vie privée, l’entrepreneur Alexandre Zapolsky appelle à contrer le pouvoir des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Il vient de lancer un assistant vocal qui promet de respecter les données personnelles. Et pense que la France a un rôle à jouer dans le développement d’un Internet éthique.


Alexandre Zapolski présente LinTO (Crédit: Linagora)
Alexandre Zapolski présente LinTO (Crédit: Linagora)
Que devient notre vie privée sur Facebook et plus largement sur Internet ? Le réseau social est accusé de négligence suite à l'affaire Cambridge Analytica, une agence privée ayant travaillé pour la campagne de Donald Trump qui a piraté les données personnelles de 50 millions d'utilisateurs à des fins électorales...

Cette question va devenir encore plus présente avec le développement des assistants vocaux, Alexa d’Amazon ou Google Home, nouveaux majordomes capables de répondre à vos questions ou d'éteindre les lumières de la maison.
 
C’est du moins ce que pense Alexandre Zapolsky, président de Linagora, entreprise française d'édition de logiciels libres. Il vient lui aussi de lancer un assistant vocal, LinTO, mais respectueux de la vie privée. Et appelle à développer un Internet plus éthique.

Les dangers qui pèsent sur notre vie privée ne sont-ils pas exagérés ?
Hier, 1984 de George Orwell semblait de la fiction. Aujourd’hui, nous sommes en plein dedans. J’ose même dire que nous sommes en train de créer un "totalitarisme numérique", puisque toute notre vie privée est connue de Facebook, y compris des actions, des appels téléphoniques passés en dehors de la plateforme… On nous dit que cela n’est pas grave car Facebook est bienveillant, mais nous sommes en train de réaliser, avec le scandale Cambridge Analytica, qu’il est possible que ce ne soit pas toujours le cas... Le gens ne mesurent pas forcément le pouvoir qu’ils donnent à Facebook, sa force de frappe. Pensez que Mark Zuckerberg a été pressenti comme président des Etats-Unis…

Quels sont les risques liés aux assistants vocaux des Gafam ?
50% de l'utilisation d’Internet devrait se faire par la voix d’ici 2020, selon un sondage Forrester. Et cet Internet est encore moins neutre que celui que nous connaissons : il va donner une seule réponse à vos questions, pas une série de réponses comme un moteur de recherche écrit… En tant que citoyen, cela me pose un problème...

Concrètement, comment fonctionne votre assistant, LinTO ?
Depuis sa création il y a 20 ans, le respect de la vie privée est dans l'ADN de notre société. Nous nous engageons à ne pas utiliser vos données personnelles à des fins commerciales et nous nous appuyons sur un écosystème éthique. Par exemple, pour calculer un trajet, nous ne passons pas par Google Maps mais par OpenStreetMap. Le projet est initialement conçu pour de grandes entreprises. Nous développons par exemple la gestion vocale des agendas chez EDF,  la vocalisation du chatbot de la Société générale… Mais comme il a rencontré un franc succès au CES de Las Vegas, nous allons lancer une version pour les particuliers l’hiver prochain, plus petite, avec un nouveau design.

L'assistant Echo d'Amazon. (Crédit: Shutterstock)
L'assistant Echo d'Amazon. (Crédit: Shutterstock)
Mais les citoyens sont-ils prêts à quitter Google ou Facebook ?
Tout cela n’arriverait pas sans une forme de servitude volontaire. Tous les totalitarismes sont portés par une volonté populaire. La réponse est en partie individuelle. Mais il est vrai qu'il est difficile de bannir les outils existants, très pratiques, s’il n’y a pas d’alternative. La réponse revient donc aussi aux entreprises et aux pouvoirs publics. La grande nouveauté est que le danger est pris en considération par les autorités. Il n’y a plus de naïveté. Le président et ses conseillers comprennent très bien les enjeux du numérique. 
 
Pensez-vous vraiment que des autorités locales puissent lutter contre des plateformes globales, comme Facebook ?
Bien sûr. L’idée qu’on ne peut rien faire contre les Gafam est un mythe ! Il n’y a pas de fatalité. D’une part, notre pays reste souverain. Ensuite, notre grande patrie qui est l’Europe a un poids important. D’autres pays ont imposé leurs règles. La Russie a favorisé l’industrie nationale et son moteur de recherche Yandex face à Google. La Chine aussi. Ensuite, à chaque entreprise de décider de s’y plier ou pas. Uber est sorti du marché chinois. Les pays ont toujours édicté des normes pour faire et défaire des marchés et défendre des filières. Je ne sais pas pourquoi ce n’est pas encore le cas dans le numérique.
 
Vous êtes proche de la République En Marche dont vous avez été candidat aux législatives. Précisément, que devrait faire le gouvernement ?
L’entrée en vigueur en mai 2018 du RGPD (règlement général sur la protection de données voté en 2016 par l'Union européenne, ndlr ) va déjà donner plus de pouvoir aux citoyens. Il faut ensuite soutenir un écosystème numérique différent de celui des Américains, qui soit à la fois ouvert, inclusif, éthique, bienveillant, respectueux…
 
La France a un rôle particulier à jouer dans ce secteur ?
J’en ai la conviction. Nous devons être à la tête des Lumières 2.0, avancer en éclaireur en s’appuyant sur notre tradition de défense des Droits de l’homme. Je veux croire que le président a saisi l’importance du sujet pour prendre le leadership sur cette question au niveau mondial. Il devrait convoquer un grand sommet international du numérique éthique.
 
D’autres entreprises françaises, comme Snips, lancent justement à leur tour des technologies qui promettent de protéger la vie privée. C’est un début…
J’en suis ravi. Nous sommes à la fois en compétition et coéquipiers. Plus il y aura d’entreprises qui défendent l’open source et la vie privée, mieux ce sera.
 





[INFO PARTENAIRE]
Et si votre maison était une source de création où tout devient possible? Un lieu où vous avez le pouvoir d'imaginer, de faire... Selon vos goûts et vos envies.
Avec les solutions et l'accompagnement Leroy Merlin, vos projets vont plus loin.


WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE