Planète

Les jardiniers amateurs ont désormais le droit d'acheter des semences paysannes

Par Morgane Russeil-Salvan I Publié le 24 Juin 2020

Votée par l'Assemblée nationale, la loi est parue au journal officiel le 11 juin. Désormais, les paysans peuvent légalement vendre des semences non-inscrites au catalogue officiel aux jardiniers amateurs. Une bonne nouvelle pour la biodiversité.


Jusqu'à présent, le commerce des semences paysannes s'effectuait de manière illégale. (Crédit : Shutterstock)
Jusqu'à présent, le commerce des semences paysannes s'effectuait de manière illégale. (Crédit : Shutterstock)
Le combat était engagé depuis de nombreuses années. D'un côté, les collectifs de paysans et d'agriculteurs désireux de vendre leurs propres semences, récupérées à partir de leurs récoltes. De l'autre, le catalogue officiel où, depuis 1932, sont listées toutes les variétés autorisées à la vente. Ces dernières doivent répondre à des critères de stabilité, d'homogénéité et de performance taillés pour l'agriculture conventionnelles.

Ces semences-là sont la propriété de multinationales : Monsanto, Corteva – anciennement Dow DuPont – ou encore Limagrain. Les graines produites par ces grandes entreprises sont le plus souvent de type "hybrides F1", non réutilisables au-delà d’une saison. Ce qui contraint leurs utilisateurs à en racheter chaque année.
 

Un premier pas

Jusqu'ici, l'échange marchand de semences paysannes était interdit par la loi. Règle contre laquelle ont toujours protesté plusieurs organisations parmi lesquelles le Réseau Semences Paysannes et l'association Kokopelli, cette dernière se distinguant par son travail de distribution – parfaitement illégale – de semences anciennes.

Ces organisations étaient passées proche de la victoire en 2016, lors de la promulgation de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Mais le projet de loi avait rapidement été censuré par le Conseil Constitutionnel. Cette fois-ci, les Sages ne sont pas intervenus : la vente de semences paysannes à des jardiniers amateurs est enfin autorisée.
   
"N’oublions pas que 90 % des variétés agricoles traditionnelles ne sont plus cultivées", a souligné la députée Frédérique Tuffnel (LREM), membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire. "La culture de semences paysannes permet aussi de lutter contre la standardisation des formes, des goûts et des saveurs."

Cette loi constitue un pas en avant vers la protection de la biodiversité, mais ne concerne néanmoins que la vente de semences aux jardiniers amateurs. Pour la députée Barbara Pompili (LREM), la prochaine étape sera d'en rendre le commerce légal entre les différents acteurs de l'agriculture conventionnelle.
 










Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles









    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile