2030


Pourquoi 2030 ?

Parce que cette année marque le point d’aboutissement utilisé pour signifier l’atteinte des objectifs des convergences. Intelligence artificielle, véhicules électriques et autonomes, transition énergétique, priorités environnementales : 2030 sera un point de passage sinon d’aboutissement,
le moment où le XXe siècle sera véritablement entré dans le XXIe.


EDITO

"2030", la newsletter qui permet d’anticiper le futur à travers les meilleurs travaux de prospective. Elle se nourrit d’un réseau international d’excellence dans l’objectif simple de vous fournir un outil d’accès rapide aux grandes évolutions du monde. Celles-ci sont en effet la trame qui structure la feuille de route des entreprises à ambition globale.



Les risques considérables d’une rupture de la relation de l’homme à la nature

Marc Giget

La dégradation actuelle de la relation de l’espèce humaine à la nature est très avancée dans les sociétés développés et son impact très négatif sur le bien-être.


Par exemple, un enfant américain joue à l’extérieur entre 4 et 7 minutes par jour, contre 12 heures passées devant un écran. 40% des écoles américaines ont supprimé les récréations à l’extérieur. Un adulte américain passe 95% de son temps de vie à l’intérieur de bâtiments, lesquels représentent pour les Etats-Unis une superficie égale à celle de la France. Les impacts négatifs de cette rupture avec le biotope, tant en santé physique que mentale sont largement et scientifiquement prouvés.

Par ailleurs, cette perte de l’expérience de l’environnement naturel favorise le désintérêt pour les questions d’évolution de la planète qui concernent l’humanité. Ces différents ponts sont analysés dans une étude prospective de très grande qualité et superbement illustrée réalisée par REIcoop et Futerra « THE PATH AHEAD : The Future of life outdoors ». En opposition avec les approches  technologistes du bien-être futur.

L’analyse est réalisée de façon originale avec des données scientifiques percutantes, notamment à propos des impacts très négatifs en santé et bien-être, de la rupture avec la nature. Et un traitement en parallèle des problèmes identifiés avec les solutions alternatives possibles :
  • Lost generation versus wild generation
  • Indoor species versus free range humans
  • Urban sprawl versus wild cities
  • All work, no play versus headspace
  • Sick and sad versus nature
  • Virtual world versus augmented outdoors
  • Niche nature versus outdoors for all
  • Turf wars versus natural economy
  • Post nature world versus outside chance

 

Une analyse remarquable, qui reste optimiste sur les possibilités de reconnecter nature et bien-être, y compris avec les nouvelles technologies : THE PATH AHEAD : The Future of life outdoors  - REIcoop et Futerra
À télécharger ici : https://www.rei.com/blog/wp-content/uploads/2017/10/REI-The-Path-Ahead.pdf