Politique

Lettre d'un Chinois de la diaspora sur les dérives glaçantes du régime de Pékin

Par Anonyme (traduit du chinois par Marie Holzman) I Publié le 27 Mai 2020

En tant que jeune Chinois, comment ne pas perdre espoir face à un régime qui tue toute forme de liberté ? En rejoignant le camp des "éveillés", comme le raconte ce message repéré et traduit par la sinologue Marie Holzman, dont l'interview est à retrouver dans notre numéro d'été.


Nombreux sont ceux qui se trouvent encore en Chine et qui subissent l’oppression à plein régime. (Crédit : Shutterstock)
Nombreux sont ceux qui se trouvent encore en Chine et qui subissent l’oppression à plein régime. (Crédit : Shutterstock)

Comment la crise du Covid-19 révèle-t-elle l'ampleur de la menace chinoise sur le monde ? Retrouvez l’interview de Marie Holzman dans le numéro d’été de la revue We Demain, disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne

Ce message a été trouvé sur un fil de discussion le 22 avril 2020 entre jeunes Chinois de la diaspora qui se demandent pourquoi le peuple chinois ne se révolte pas. Il a été traduit en français par la sinologue Marie Holzman.

UW LEE (pseudonyme) répond au dernier intervenant dans cette conversation virtuelle qui écrit : 
 
"Parfois, les Chinois dorment à poings fermés. À quoi bon les réveiller ?" 

 
Bonjour !

Voici mon avis sur la question. Il est possible que de nombreux Chinois ne se soient pas encore éveillés [1], ou qu’ils ne veulent pas encore s’éveiller, ou qu’ils n’aient pas eu l’occasion de s’éveiller.
 
Mais il y a tout de même beaucoup de Chinois qui sont très bien éveillés. Et justement parce qu’ils ont une vision juste de la situation, ce sont eux qui sont actuellement arrêtés, ou placés en résidence surveillés, ou encore ils ont été disparus [2], et Dieu sait où ils se trouvent.

Nombreux sont ceux qui ont dû s’exiler et à qui leur pays natal manque terriblement. 
Nombreux sont ceux qui se trouvent encore en Chine et qui subissent l’oppression à plein régime.
 
Les éveillés, qu’ils soient dans l’enceinte ou à l’extérieur de la Muraille [3] se doivent d’être attentifs sans relâche, se doivent de se préoccuper de la situation en Chine.
 
Et ceci jusqu’au jour, jusqu’à ce jour où les réseaux sociaux ne seront plus fermés à la moindre petite critique, où les individus ne seront plus incarcérés sous prétexte d’avoir voulu renverser le pouvoir politique, où les maisons ne seront plus détruites [4] dans la violence, où le petit peuple ne périra plus écrasé sous les chenilles des tractopelles, où les milices municipales ne pourront plus exercer la loi de façon brutale, où la Déclaration [5] sino-britannique de Hong Kong ne pourra plus être bafouée, où Taiwan ne pourra plus être menacée par les forces armées, où les Tibétains et les Ouighours ne seront plus obligés de fuir au-delà des mers…
 
Peut-être qu’ils seront nombreux à dire : "Mais à quoi ça sert ?"
J’espère que nous ne nous sentirons jamais inutiles.
Ne perdez pas l’espoir, vous ne pouvez pas désespérer.
Nous devons utiliser chacun les moyens dont nous disposons, pour réaliser ce que nous pouvons faire.
 
Je souhaite de tout mon cœur que ce jour arrive…
 
[1] Dans la conversation courante, les Chinois qui se sont engagés dans la lutte pour la démocratie distinguent ceux qui se sont éveillés, c’est-à-dire qui ont réussi à sortir du carcan mental dans lequel le pouvoir chinois les a confinés du reste de la population, toujours abusé. 
[2] L’usage du passif est courant lorsqu’on parle des interventions de la police. "J’ai été bu le café" signifie que j’ai été convoquée pour discuter avec un policier et faire un rapport sur mes activités. "Il a été disparu" signifie qu’il a subi une arrestation arbitraire.
[3] La Muraille de feu fait allusion aux quelque trente ou quarante mille cyber-policiers qui censurent tout ce qui se dit sur la Toile.
[4] Le caractère "Chai" 拆 "Détruire" est omniprésent en Chine. Il est écrit au pinceau sur les habitations destinées à la destruction.
[5] Déclaration signée en 1984 entre La Chine et le gouverneur britannique de Hong Kong. 

Comment la crise du Covid-19 révèle-t-elle l'ampleur de la menace chinoise sur le monde ? Retrouvez l’interview de la sinologue Marie Holzman dans le numéro d’été de la revue We Demain, disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne











Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles









    Aucun événement à cette date.

wedemain.fr sur votre mobile