wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Travailler demain

Livreur, cuisinier et scénariste dans la même journée : Vis ma vie ubérisée

Jongler de job en job, grâce à des applis. C'est le principe de la Gig Economy. Née aux Etats-Unis il y a 10 ans, elle promettait de révolutionner l'emploi, au risque de créer un nouveau prolétariat...Extraits de notre enquête.

Par Aline Michel, à Washington I Publié le 23 Novembre 2018


Aaron Stallings  a quitté son emploi  de collecteur des impôts à Richmond (Virginie) pour entrer dans la gig economy, c’est-à-dire enchaîner les jobs via les plateformes. Quand  il ne travaille pas, il a l’œil rivé sur les applis Snag Work et Fiverr. (Crédit : Alex Webb/Magnum)

Aaron Stallings, jeune homme de 25 ans, était collecteur d’impôts à Richmond. "J’étais affreusement malheureux, je passais mes journées à appeler des gens qui avaient rarement envie de causer avec moi." Il démissionne et après un entretien, est « recruté » par Snag Work, une appli où des PME postent des offres de jobs temporaires. Un jour il fait la plonge ou l’homme de ménage, le lendemain il colle des étiquettes sur des bouteilles de bière, joue les déménageurs… Le salaire varie entre 10 et 15 dollars de l’heure (le salaire horaire minimum est de 7,25 dollars en Virgine) et il se fait, en travaillant 40 à 60 heures, 500 à 600 dollars bruts par semaine. Il complète avec Fiverr, un site où l’on trouve des boulots rédactionnels et de relecture. Il vient par exemple de rédiger des pubs diffusées sur Facebook. "C’est génial. Je n’ai pas un vrai patron sur le dos et j’aime ce que je fais. C’est varié et ça me laisse du temps libre." Son but est d’écrire des scénarios de séries télé. "Et puis les gens sont contents de me voir, ils m’accueillent bien. Hier, par exemple, je les ai sortis d’une situation chaotique, l’un des aides cuisiniers avait été viré." Bref, il n’a aucune envie de retrouver un CDI.

Retrouvez l'intégralité de notre enquête dans le dernier numéro de la revue We Demain, en kiosques le 22 novembre et sur notre boutique en ligne.

En route. Aaron enchaîne parfois deux missions différentes  par jour. Le matin,  il dépanne en remplaçant un aide-cuisinier dans un resto, l’après-midi,  il travaille dans une usine de bière. (Crédit : Alex Webb/Magnum)

Son travail chez Ardent Craft Beer : vérifier la conformité des bouteilles avant remplissage. (Crédit : Alex Webb/Magnum)

Aaron déballe. Il n’a aucun recours en cas d’abus de son employeur. Il lui est arrivé de travailler dix heures… pour rien. (Crédit : Alex Webb/Magnum)

Son rêve : écrire des scénarios pour des séries. En attendant de voir sa production repérée, il relit et donne son avis sur les scripts des autres via la plateforme Fiverr. (Crédit : Alex Webb/Magnum)




[INFO PARTENAIRE]
Morning Coworking s'engage à transformer votre journée de travail en un moment de partage et d'épanouissement personnel. Pour y parvenir, Morning Coworking conçoit des espaces imaginés comme de véritables catalyseurs de rencontres.