PODCASTS

Low-tech Lab : "Les low-tech permettraient de lutter contre les maux du XXIe siècle"

Par I Publié le 11 Mai 2020

Et si nous profitions de la crise du COVID-19 pour réinventer demain ? Dans ce 10e épisode de notre podcast "Les Jours d'Après", trois membres du Low-tech Lab imaginent un futur plus responsable. Pour Clément Chabot, Amandine Garnier et Quentin Mateus, toutes les solutions existent déjà. Ne reste qu’à les mettre en place...


Clément Chabot, Amandine Garnier et Quentin Mateus imaginent un Monde d'Après coronavirus plus responsable. (Crédit : Low-tech-Lab)
Clément Chabot, Amandine Garnier et Quentin Mateus imaginent un Monde d'Après coronavirus plus responsable. (Crédit : Low-tech-Lab)
Abonnez-vous à ce podcast sur AppleSpotifyDeezer

Des technologies simples, utiles durables et accessibles à tous tant techniquement qu'économiquement… C’est ce que promeuvent les membres du Low-tech Lab.  Phytoépuration, toilettes sèches, chauffe-eau solaire ou encore garde-manger : ces systèmes permettraient à chacun de retrouver la maîtrise de ses besoins de base sans perte de confort, tout en réduisant drastiquement son empreinte environnementale, estiment-ils.
  
"Si elles étaient connues, adaptées, répliquées, les low-tech permettraient de lutter contre les maux du XXIe siècle."
 
"Dans ce monde d’après, il serait temps de changer notre rapport à la technique, clouer le bec bionique au discours du tout technologique comme réponse à tous les maux", appelle Amandine Garnier. "Compétition, gaspillage, obsolescence, aliénation… le tout au crédit de la planète, des peuples et des générations futures." Il est temps de "refaire de la technologie un moyen plutôt qu’une fin", renchérissent Clément Chabot et Quentin Mateus, tous deux ingénieurs. 
 
Pour le Low-tech Lab, pas de doute : "Ce sera mieux après". Qui n'oublie pas de rappeler que "les prémices de ce nouveau monde existent déjà parmi nous" et n’attendent que d’être valorisées...

Écouter aussi : 
Abdelaali El Badaoui : "L’Etat doit soutenir les associations qui agissent dans les banlieues"
Laurence Devillers : "L'urgence ne doit pas devenir, pour les GAFAM, l'occasion de prendre un trop grand pouvoir"

Et retrouvez ici tous les épisodes du podcast