wedemain.fr
En savoir plus
Twitter
Rss
Ma maison demain

"Ma cité va briller" : des jeunes de Colombes relèvent le défi de la collecte de déchets

À Colombes, des jeunes de la cité de Fossés-Jean participent au Clean Challenge. Pendant leur cinquième collecte, 25 sacs-poubelles et 6 bouteilles de mégots ont été remplis en quelques heures. Un défi qui se propage de ville en ville.

Par Romane Brisard I Publié le 23 Août 2019


Les jeunes de Colombes relèvent le défi du Clean Challenge dans la cité Fossés-Jean, mardi 20 août. (Crédit : Romane Brisard)
Les jeunes de Colombes relèvent le défi du Clean Challenge dans la cité Fossés-Jean, mardi 20 août. (Crédit : Romane Brisard)

Quelle sera la cité la plus propre de l’été ?

Sartrouville, Marseille, Poissy, Gones, Romainville... Voilà quelques semaines qu’en France, des jeunes de banlieue se défient pacifiquement à travers le "Clean Challenge".

Ce concept, au slogan accrocheur "Ma cité va briller", consiste à réunir des enfants et ados autour de leur quartier en les invitant à collecter les déchets qu’ils y trouvent avant de nominer à leur tour une autre ville.

Lancé à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise) à l’initiative de Hind Ayadi, présidente de l’association Espoir et Création, le défi s'est rapidement propagé à d’autres périphéries, comme Colombes (Hauts-de-Seine).

We Demain a assisté à la cinquième opération de collecte menée cet été dans la ville.



Il est 18h. De tous les côtés, les enfants débarquent et l’entourent. Elle n'a pas une minute pour elle. En ce mardi 20 août, Samia Elbouche les accueille un par un, à deux pas du magasin Leclerc devant lequel elle leur a donné rendez-vous sur les réseaux sociaux.

C’est ici, en plein coeur du quartier des Fossés-Jean, à Colombes, qu’elle a décidé de les réunir pour relever le défi écolo que les jeunes d'une autre ville, Garges-lès-Gonesse, leur ont lancé la semaine du 5 août.

Ingénieure chimiste de 26 ans, Samia est aussi fondatrice et présidente de l’association Jeun’Espoir de Colombes. Lorsqu’elle entend parler de l’initiative d’Hind Ayadi, elle est tout de suite convaincue :
 

"Nos banlieues françaises connaissent des rixes : Hind Ayadi a eu la bonne idée de pousser les jeunes à s’affronter écologiquement plutôt que dans la violence"


Le quartier d’Orgemont, le boulevard de Valmy, la Gare du Stade, la cité des Grèves ou de Fossés-Jean… Ni une ni deux, Samia et son équipe organisent plusieurs réunions de ramassage dans différents quartiers fréquentés de Colombes.

Collecte après collecte, le challenge fait parler de lui et gagne ses adeptes. Malgré les vacances et le pont du 15 août, le groupe compte une dizaine de petites mains au cours du premier ramassage. Lors du dernier, mardi, elles étaient une trentaine.

Enfants, parents, grands-parents… Même si le défi s’adresse à la jeunesse, toutes les générations finissent par se baisser, un sac-poubelle à la main. Pour les plus jeunes, cela devient un jeu responsabilisant. Pour les seniors, une balade écolo pleine de vie. 
 

"Ce défi mélange finalement tous les âges, mais aussi tous les quartiers : des mamans de quartiers plus favorisés, que certains appellent les 'bobos des Vallées', ont répondu présentes à chacun de nos rendez-vous, explique Samia. On se réunit tous ensemble pour une seule cause : l'environnement."


Car si d’innombrables poubelles se succèdent en file indienne sur le bord de la route, les déchets sont nombreux à finir leur vie par terre. Pneus, bidons d’essence, encombrants divers, mégots… Au total, 25 sacs-poubelles ont été remplis de débris plus ou moins dangereux ce mardi.

Si lors des première collectes, le tri n’était pas au rendez-vous, désormais le verre fait bande à part du carton et du plastique. Reste le problème des 6 bouteilles remplies de mégots ce jour-là : l’association de Samia n’a pas les fonds pour les acheminer dans le seul centre de recyclage payant se trouvant en Bretagne.

"Ma cité va briller" : des jeunes de Colombes relèvent le défi de la collecte de déchets
En espérant que la municipalité se saisisse du problème à la rentrée, les participants se servent des moyens du bord. Grâce à l’application Colombes dans ma poche, ils peuvent signaler aux agents d’entretien les endroits où venir récupérer les débris de la collecte. 
 

"Il y en a un qui nous a remerciés sur les réseaux sociaux, ça nous a beaucoup touchés", relate Samia.

 

 


Compétitrice dans l’âme, la jeune femme espère renouveler plus de sept fois l’expérience dans sa banlieue, record aujourd’hui détenu par les jeunes de Garges-lès-Gonesse. Et pourquoi pas inscrire ces actions de nettoyage dans le temps, notamment en faisant participer sa ville au World Clean Challenge, le 21 et 22 septembre prochain. 

Il est 19h. La rue apparaît soudain bien plus propre. À peine a-t-elle retiré ses gants de plastique que Samia sort son téléphone pour photographier le groupe et le résultat de leur effort. Sur Snapchat, Instagram ou Twitter, les participants exposent leurs déchets tels des trophées, utilisant les hashtag #Fill TheBottle, #ColombesCleanChallenge et #MaCitéVaBriller sans modération. Avant de rentrer chez eux, les membres se mettent d'accord sur la prochaine ville à défier : ce sera Bruxelles.
Au total, 25 sacs poubelle ont été remplis de débris ce mardi là,et 6 bouteilles de mégots (Crédit : Romane Brisard)
Au total, 25 sacs poubelle ont été remplis de débris ce mardi là,et 6 bouteilles de mégots (Crédit : Romane Brisard)




[INFO PARTENAIRE]
Découvrez notre nouveau catalogue Inspiration 2019 pour vous donner des idées !



wedemain.fr sur votre mobile