We life

Par peur du Brexit, des centaines de Britanniques achètent ce kit de survie

Filtre à eau et repas déshydratés. Au Royaume-Uni, au moins 600 exemplaires de la "Brexit Box" se sont écoulés depuis le début de l'année. Une preuve de l'inquiétude grandissante de la population... et du flair marketing de certains entrepreneurs.

Par I Publié le 15 Février 2019


La Brexit Box contient 15 kilos de nourriture déshydratée, ainsi qu'un filtre à eau et de l'alcool gélifié. (Crédit : James Blake)
La Brexit Box contient 15 kilos de nourriture déshydratée, ainsi qu'un filtre à eau et de l'alcool gélifié. (Crédit : James Blake)
Retrouvez le dossier "Nervous Brexit" dans le n°25 de la revue We Demain . Disponible en kiosque et en librairie le 21 février et sur notre boutique en ligne

Que faut-il stocker chez soi en cas d’effondrement du commerce mondial ? C’est la question inédite qui tracasse de plus en plus de Britanniques. Alors que la perspective d’un "no deal" le 29 mars prochain semble se confirmer, c’est à dire une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne sans accord douanier, un entrepreneur a su profiter de la panique ambiante en commercialisant une "Brexit Box " dont au moins 600 exemplaires se sont vendus en quelques jours.
 
Dans ce kit de survie, pas de ligne de pêche ou d’allumettes, mais 15 kilos de nourriture lyophilisée. De quoi assurer 60 repas complets et compléter 48 autres avec de la viande séchée. On y retrouve de nombreux classiques comme le chili con carne, le poulet tikka ou le saumon aux brocolis. Mais aussi une gourde filtrante et un peu d’alcool à brûler pour cuisiner, au cas où les services publics venaient à s’arrêter…

Pénurie d’entrepôts frigorifiques

Une perspective écartée par le gouvernement britannique, qui s’inquiète néanmoins de perturbations logistiques en cas de Brexit "dur". Car le Royaume-Uni ne produit que 49 % de sa nourriture et en importe 30 % de l’Union Européenne. Le retour des contrôles douaniers dans tous les grands ports pourrait entrainer des embouteillages monstres pour les camions qui acheminent chaque jour 50 000 tonnes de denrées sur l’archipel. Ainsi qu’une augmentation substantielle des prix avec une TVA relevée à 20 %.
 
De nombreuses entreprises telles Tesco, Sainsbury's et McDonald's ont récemment exprimé leur inquiétude à ce sujet et ont même entrepris des stocks, entrainant une pénurie d’entrepôts frigorifiques dans le pays.
 
Si les gouvernements français et britanniques ont dernièrement multiplié les mesures pour éviter une crise logistique, la perspective d’un Brexit "dur" serait également catastrophique pour notre économie. Les exportations vers le Royaume-Uni représentent 3 % du PIB de la France et font vivre 30 000 entreprises tricolores.
 
Le seul gagnant de cette histoire semble être James Blake, le créateur de la Brexit Box, vendue tout de même 335 euros pièce. Le prix de la peur ?
   
Retrouvez le dossier "Nervous Brexit" dans le n°25 de la revue We Demain . Disponible en kiosque et en librairie le 21 février et sur notre boutique en ligne












Newsletter : recevez chaque semaine
une sélection de nos meilleurs articles



wedemain.fr sur votre mobile